Aller à…
RSS Feed

L’armée américaine sait que les rebelles en Syrie possèdent du gaz sarin.


 
 

Le site d’informations des néo- conservateurs aux Etats-Unis World Net Daily a révélé avoir un document qui atteste que l’armée américaine est bien informé que du gaz sarin a été confisqué plus tôt cette année auprès du front al-Nosra, «  l’organisation la plus influente » en Syrie, selon les termes du site.

Ce dernier assure tenir ces informations à partir d’un document obtenu en exclusivité  classé top secret et surnommé NOFORN, de la part du ministère de la défense américain et du « Centre national d’intelligence terrestre » ( National Ground Intelligence Center -NGIC-) .

I

l y est question que du gaz sarin a été fabriqué par l’organisation Al-Qaïda en Irak et celle de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) avant d’être envoyé en Syrie via la Turquie.

Le texte assure qu’il existe 50 indices généraux qui certifient les progrès réalisés par le front al-Nosra et l’EIIL dans la fabrication du gaz sarin qui décrivent les efforts déployés et les étapes réalisées.

Ces progrès se poursuivent  en dépit des arrestations des personnes-clé qui ont eu lieu en Turquie et en Irak.

À la fin du mois de mai dernier, deux kilos de gaz sarin avaient été retrouvés dans la maison de membres syriens d’Al-Qaïda, dans les provinces d’Adana et de Mersia au sud de la Turquie  où 12 d’entre eux ont été arrêtés.

A Khan al-Assal

Selon le WND,  le rapport de la NGIC rejoint l’enquête préliminaire de l’ONU sur l’attaque perpétrée à Khan al-Assal à Alep, selon laquelle la responsabilité de l’attaque chimique en incombaient aux rebelles syriens qui a coûté la vie à 26 personnes dont 15 militaires de l’armée syrienne qui venait de reprendre le contrôle de ce quartier.

 

Ezzat Ibrahim Douri

Par ailleurs, le site se penche sur le rapport présenté par les Russes à l’Onu. Il indique que le gaz a été procuré aux miliciens par l’ancien responsable irakien et ancien vice-président Ezzat Ibrahim el-Douri ,actuellement en fuite.

Sur la foi d’une source qui assure avoir connu Douri, le site signale que le gaz sarin utilisé à Alep avait été confectionné par l’ancien commandant militaire irakien Adnan Al-Dulaimi et qu’il a par la suite été envoyé à Alep aux combattants ,soutenus par l’Arabie saoudite avec la collaboration des autorités turques,  par la ville d’Antioche dans la gouvernorat d’Iskenderun.

Adnane Dulaimi

Al-Dulaimi a été un acteur majeur des projets de production d’armes chimiques de Saddam Hussein et travaille actuellement dans les régions du nord-ouest irakien, où s’est abrité le parti Baas proscrit .Il semble que c’est dans cette région que le gaz sarin soit produit.

 

Livre de Youssef Bodansky

Ces révélations consolident la version d’un expert américain en terrorisme, Youssef Bodansky, selon lequel  l’attaque de la Ghouta a été perpétrée par les rebelles dans le cadre de ce qu’il qualifie «  la crise auto-infligée pour provoquer une intervention militaire américaine », rapporte le site.

Selon Bodansky, qui est un ancien directeur de la Task Force(agence sur le terrorisme et la guerre non conventionnelle) au sein du Congres américain , les analyses préliminaires de sarin dans la banlieue de Damas ont montré qu’il s’agit « d‘une variété de cuisine » et non d’une production militaire.

Youssef Bodansky

Et pour cause : «  le gaz sarin produit militairement s’accumule sur les cheveux des victimes et leurs vêtements, ce qui provoque la mort immédiate des premiers secouristes qui les touchent sans masques et sans précaution », explique-t-il.

Et de poursuivre : «  quant aux autres symptômes chez les victimes qui ont été traitées par l’organisation Médecins sans frontière , comme l’asphyxie, la mousse, les vomissements et les diarrhées , ils conviennent à une faible contamination de quelques gouttes de gaz sarin liquide ».

L’expert américain assure que les mouvements jihadistes possèdent ce genre de neuro -toxique qui a été découvert lors des perquisitions de leurs laboratoires en Irak et en Turquie.

Bodansky assure aussi que les missiles porteurs de produits chimiques présentés par les rebelles syriens ne correspondent pas aux caractéristiques des armes de l’armée syrienne ».