Aller à…
RSS Feed

Le départ de Bachar «discutable» mais les Occidentaux ferment la voie : Pourrissement en Syrie, le Liban dans la tourmente


par Salem Ferdi
Les médias occidentaux font mine d’être surpris d’entendre un ministre syrien déclarer que la question du départ de Bachar Al Assad pourrait faire partie de la négociation. La logique du pourrissement l’emporte. Le Liban est déjà un dommage collatéral massif.Des « spécialistes » ont été tout de suite convoqués et ils répètent le même discours : c’est une « manœuvre », une offre de négociation qui « arrive trop tard ». En réalité, le discours tenu à Moscou, par le vice-Premier ministre et ministre du Commerce syrien Qadri Jamil, ancien membre du PC syrien et chef du Front Populaire pour le Changement et la Libération, n’a rien de nouveau. A Damas, c’est l’exigence du « préalable » du départ de Bachar Al Assad qui est jugé rédhibitoire et Qadri Jamil n’a pas dit autre chose. Il a indiqué que poser «la démission de M. Assad comme condition pour ouvrir un dialogue signifie qu’il est impossible d’ouvrir le dialogue». Mais, a-t-il ajouté, « pendant le processus de négociations, rien n’empêche d’étudier toutes les questions et, nous sommes prêts à examiner même cette question». C’est le thème qui a miné d’emblée la mission de Lakhdar Brahimi avant même qu’elle n’ait officiellement commencé. Et personne n’est surpris du « scepticisme » exprimé par les Etats-Unis ? ils seront sans le moindre doute suivis par les occidentaux et les émirs du Golfe ? qui, selon une déclaration d’un porte-parole du département d’Etat « n’a rien vu de terriblement nouveau» dans le propos de Qadri Jamil.

ENTRAVER TOUT PROCESSUS POLITIQUE

«Le gouvernement syrien sait ce qu’il a à faire et le gouvernement russe nous avait rejoints à Genève (fin juin) pour mettre sur pied un plan de transition (politique) très clair», a affirmé Victoria Nuland du département d’Etat. «Ces consultations (entre Damas et Moscou) étaient donc l’occasion pour les Russes d’encourager le régime d’Assad à commencer à suivre ce plan de transition, sans avoir besoin de «chercher midi à quatorze heures», comme a semblé le faire le vice-Premier ministre» syrien, a-t-elle jugé. « Plus vite Assad s’en ira, plus nous aurons de chances de passer rapidement au jour d’après », pour une transition en Syrie, a répété Victoria Nuland. On reste sur les mêmes positions et le contraire aurait été surprenant. La stratégie des occidentaux et de leurs alliés arabes consiste, en faisant du départ de Bachar Al Assad un préalable, à entraver tout processus politique.

La logique de l’affrontement qui est encouragé, avec des afflux importants d’armes, d’argent et une mise à disposition des instruments de propagande. Désormais, les Etats-Unis, prenant prétexte du « risque » présenté par les armes chimiques ont menacé d’intervenir militairement. Certains observateurs accusent même Obama d’inciter l’opposition armée à attaquer d’éventuels dépôts d’armes pour offrir le « prétexte » à une intervention militaire rendue impossible sous la couverture de l’ONU par le véto russe et chinois.

LE LIBAN EN ROUTE VERS LA GUERRE

Le message belliciste de Barack Obama a été rejeté par Qadri Jamil qui a déclaré que les «pays occidentaux cherchent un prétexte pour s’ingérer dans les affaires intérieures de la Syrie. Si un prétexte ne convient pas, ils en trouveront un autre». Le ministre russe des affaires étrangères, Serguei Lavrov a de nouveau rejeté toute ingérence étrangère tout en estimant que les efforts menés par Damas pour mettre fin aux violences n’étaient pas suffisants. Il a néanmoins souligné que les puissances étrangères doivent se contenter de créer les conditions d’un dialogue en Syrie. Sergueï Lavrov, a déclaré mardi, après une rencontre avec un haut responsable chinois, que Moscou et Pékin fondaient leur coopération diplomatique sur «la nécessité d’adhérer à la charte de l’ONU et de ne pas autoriser sa violation», mettant en garde l’Occident contre une intervention unilatérale. Un responsable aux affaires étrangères à Moscou a déclaré qu’il ne croyait pas que le président syrien Bachar al Assad avait l’intention d’utiliser des armes chimiques et le croit capable de protéger son arsenal.

Ces propos, rapportés par le journal Kommersant, qui cite un responsable du ministère des Affaires étrangères, sous le sceau de l’anonymat, indiquent que pour Moscou, le thème des armes chimiques relève de la propagande guerrière. Sur le terrain, les affrontements s’intensifient. Ils contaminent inexorablement le Liban, où des affrontements armés entre Alaouites pro-régime syrien et Sunnites anti-régime syrien ont fait ces trois derniers jours huit morts et 75 blessés à Tripoli (nord). Le Premier ministre libanais Najib Mikati s’est dit «inquiet des tentatives d’entraîner le Liban de plus en plus dans le conflit en Syrie». Paris a mis en garde contre toute importation du conflit syrien au Liban, alors que Washington s’est dit «très inquiet» d’une «réaction en chaîne à partir de la Syrie». Comme si les occidentaux ne sont pour rien dans le pourrissement de la situation et de l’extension de la logique de guerre.

LEQUOTIDIENDORAN.COM