Aller à…
RSS Feed

Les radars de la FINUL n’ont pas détecté le drone « Ayoub »


Par Nabil Haitham

(revue de presse : As Safir, quotidien libanais – Médiarama – 16/10/12)

Le silence dans lequel se sont murés les Américains et les Européens après l’affaire du drone du Hezbollah est significatif. Si les Américains ont chargé leur ambassade au Liban de collecter des informations sur le drone«Ayoub», les Européens eux, en particulier les Etats participant à la Finul, ont examiné les aspects techniques de l’opération et ont décortiqué les messages, en se basant sur les déclarations du secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah ?

Celui-ci a souligné que le drone a déjoué les systèmes de radars des Etats-Unis, d’Israël et de la Finul. L’ambassadeur d’un Etat européen dont le pays joue un rôle important au sein de la Finul a tenté de masquer l’incapacité des radars de la force onusienne à détecter le drone, en affirmant que l’appareil n’a pas traversé la zone terrestre ou aérienne des Casques bleus, et que le décollage aurait eu lieu en dehors du Liban.

La Résistance s’est contentée de répondre en disant qu’Israël pourrait savoir, après la chute de l’avion, d’où il a décollé et qu’il n’y a « pas besoin d’en dire plus» à ce sujet! La Finul était confrontée à deux possibilités: soit reconnaître son échec et admettre que le drone a déjoué ses systèmes de radars, soit justifier cet échec. Elle a opté pour la 2ème, affirmant que l’avion n’a pas décollé du Liban.

Certains ont considéré que l’échec des radars de la Finul est une preuve supplémentaire du succès de «l’opération Ayoub».

*http://gallery.mailchimp.com/fdeacba4fa4c5ec4d8ce5787c/files/Mediarama_198.pdf