Aller à…
RSS Feed

Le front An nosra responsable de l’attaque au chlore à Alep (TV britannique).


 
 

 

La quatrième chaine britannique, spécialisée dans les enquêtes sur le terrain, a confirmé que le massacre qui a eu lieu dans la province d’Alep mardi dernier a été perpétré avec une arme chimique composée de gaz de chlore,  et accuse le front An Nosra, lié à Al Qaida ,d’en être responsable.

Dans une enquête effectuée à Alep, le correspondant de ladite chaine, Alex Thomson, a expliqué que la matière chimique utilisée dans une roquette RPG de fabrication locale était un mélange de chlore CL17  et de sel salin. De même source, on dément  les informations faisant état de l’utilisation d’un obus de char pour incriminer le régime syrien.

D’après la chaine de tv britannique, le chlore utilisé dans ce crime est prohibé internationalement et fait partie des armes chimiques interdites de catégorie 2, ce qui signifie qu’il vient en deuxième position juste après le gaz sarin meurtrier.

Ce chlore est utilisé dans le domaine industriel et dans la purification des eaux de piscine et de l’eau potable. Dans cette enquête, le correspondant a établi un lien entre le crime et l’unique usine du gaz de chlore située à l’Est d’Alep. Le front An Nosra avait pris le contrôle de cette usine l’été dernier.

Le reportage britannique conclut que les Nations Unies n’auraient  pas accepté de former une commission d’enquête suite à la demande du gouvernement syrien, si elles n’étaient pas convaincues de la version officielle syrienne, ajoutant que le gouvernement syrien jouit d’un certain niveau de crédibilité  au sein de cette instance internationale. 

 Reste à souligner que les médecins, ayant informé la chaine britannique de ces informations ,sont entrés en contact avec les Nations Unies qui forment actuellement une commission d’enquête sur cette affaire et qui peut arriver en Syrie à tout moment.

La version de la chaine britannique est conforme aux révélations faites par Nizar Nayyouf sur sa page Facebook.

 Plus de trente civils et militaires ont trouvé la mort dans l’attaque alors que 100 personnes ont été blessées et hospitalisées dans la ville d’Alep.