Aller à…
RSS Feed

Le printemps de qui ?


Les "printemps arabes" ont inventé la guerre "low cost"

EDITORIAL

La dénomination de «printemps arabe» pour désigner les bouleversements qui touchent les pays arabes depuis près de deux ans sert à cacher l’engrenage dans lequel ont été entraînées les forces politiques nationales de ces pays pour les broyer. Cette appréciation imagée est de Pierre Dortiguier, philosophe et grand connaisseur des pays arabes, bien placé donc pour savoir ce qui se passe dans notre région. Son appréciation est conforme à ce que chacun peut constater en observant les événements qui s’enchaînent sans discontinuer, contribuant non pas au progrès social et à la démocratie, mais à entretenir l’instabilité dans les pays ciblés par le «printemps arabe» et où les islamistes ont été les seuls à en tirer profit. Dans l’interview accordée à Algeriepatriotique, Pierre Dortiguier fait ressortir l’affaiblissement des institutions du fait de l’instabilité qui s’aggrave de jour en jour. L’Egypte, la Libye et la Tunisie sont plongées dans une situation proche du chaos. Les puissances qui tirent les ficelles ont inscrit également comme cibles la Syrie qui résiste et l’Algérie qui leur a échappé. A partir de l’exemple de la Tunisie et du secteur qu’il connaît particulièrement, l’enseignement, il montre que les aspects négatifs dans ces pays pouvaient être corrigés par le développement. Le vrai «mobile» du «printemps arabe» apparaît nettement avec la position acquise par le Qatar dans les pays arabes concernés. Là également, Pierre Dortiguier prend un exemple qui lui est familier, celui de la Tunisie : «Aujourd’hui, le pays est colonisé par le Qatar qui prend toutes les offres.» C’est un exemple constatable par n’importe quel observateur sérieux. Le philosophe met l’accent sur un autre fait significatif : la démarche du Qatar consiste à «répandre une idéologie faussement musulmane, un islam artificiel qui s’attache aux formes extérieures, mais abandonne la gestion et l’initiative géopolitique aux USA, en réalité au lobby sioniste». Sa démonstration ne s’arrête pas là, il donne l’objectif de cette démarche qui vise à détruire les Etats qui exercent leur souveraineté sur leur système financier.
Lazhar Houari

 

algeriepatriotique.com