Aller à…
RSS Feed

Le terrorisme ou la chronique d’une défaite annoncée des terroristes syriens


Allain  Jules

Publié le 17 mars 2012 

Famille Assad dans l'intimité

La Famille  Al Assad dans l’intimité.

C’est le champ du cygne. Les protégés de l’Occident ,dont on dit qu’ils n’ont pas d’arme, viennent de commettre deux violents attentats à Damas. L’arme des faibles, des perdants, qui ne passent que par la terreur pour tenter de déstabiliser la Syrie, est bien sûr le terrorisme. Ne nous a-t-on pas vendu ces derniers comme des pacifistes, des pro-démocrates et tutti quanti ?

 Pour sûr, les occidentaux, avec leur morgue habituelle, leur cynisme, ne condamneront pas ces attentats.

Sur une chaîne anglosaxone, j’ai suivi, hier, un reportage d’un pseudo journaliste en immersion dans le camp des terroristes syriens, après que ceux-ci aient perdu l’ex émirat islamique de Bab Amr. En pleurs, un des terroristes déclarent: “on nous a abandonné, je ne sais pas ce qu’on deviendra”. Hélas, un terroriste reste un terroriste. C’est bel et bien le dernier soupir ou la chronique d’une défaite annoncée des terroristes.

Armée syrienne libre (ASL) ? Laissez-moi rire.

Des renégats, mauvais perdants qui demandent de l’aide à l’étranger pour assassiner leur propre pays ? Ce matin donc, les deux attaques terroristes de l’ASL ont visé la direction de la police criminelle et un centre des renseignements de l’aviation, faisant plusieurs morts parmi les civils et les membres des forces de sécurité. Que Koffi Annan, l’envoyé spécial et ex secrétaire général des Nations unies retire ses paroles ridicules. Il se disait déçu de la réponse de Damas qui lutte contre des bandes armées.

Les régimes réfractaires au diktat de Washington ont toujours été victimes des fondamentalistes religieux. Ces derniers sont combattus par l’Occident dans les endroits où il place ses soubrettes, notamment dans les pays du Golfe. Mais, les occidentaux les utilisent et/ou les manipulent pour renverser les régimes qui ne leur plaisent pas et, par conséquent, seuls leurs intérêts comptent, non ceux des peuples.

L’opinion publique mondiale comprend.

Nul ne peut attribuer ces tueries au gouvernement Assad, d’autant plus que la victoire militaire et en train de s’écrire lentement mais sûrement. Les prémices de la défaite conduisent donc ces gens aux abois, vers l’extrémisme. Ils croyaient gagner, comptant sur la haine de l’Occident sur les arabes mais, eux, ne pensaient pas plus loin que le bout de leur nez. Seule la prise du pouvoir avait un sens à leur yeux.

Sachant qu’elle a le soutien tacite des Etats-Unis, en toute illégalité et après avoir retiré ses diplomates de Damas, l’Arabie saoudite vient d’envoyer des armes aux terroristes syriens. Pourvu que la Russie et la Chine fassent que ce pays soit condamné très rapidement. Trop c’est trop, on ne peut violer ainsi les lois internationales.

 >> VOIR TOUTES LES PHOTOS DES ATTENTATS