Aller à…
RSS Feed

les Arabes libres doivent poser de sérieuses questions sur leur scène politique actuelle.


 

Si l’on met en relation l’article n° 1 en anglais avec l’article n°2 d’Oumma.com,

les Arabes libres doivent poser de sérieuses questions sur leur scène politique actuelle.

…on ne pouvait pas s’empêcher d’ailleurs déjà de poser la question pourquoi l’emir du Qatar, puis celui du Bahrein,

les deux plus grands démocrates absolutistes occidentalophiles, ont pu se rendre à Gaza, d’ailleurs sous la protection de l’entité sioniste qui bombardait Gaza quelques jours avant les visites, puis la bombarde quelques jours après… mais ne l’a pas bombardé pendant les visites.

On sait que le Hamas est très divisé intérieurement suite aux positions contradictoires de ses membres sur la crise syrienne …et on doit poser la question qui aujourd’hui est visé par Tel Aviv au sein du Hamas, et qui ne l’est pas.

 

un enfant poserait ces questions …mais les gouverneurs arabes et leurs médias domestiqués ne l’ont pas vraiment posé ….

 

Le Hamas sera peut-être décapité cette fois-ci.

…mais il reste le djihad islamique et quelques autres groupes laïcs ou religieux pour prendre la relève de la résistance.

BD

De : « narmi michejda » > Objet : Qatari emir – locating Hamas leaders in Gaza

Qatari emir’s visit to Gaza aimed at locating Hamas leaders: Report

Emir of Qatar Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani waves to the crowd as he arrives in the Gaza Strip on October 23, 2012.
Qatar’s King Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani has reportedly located the whereabouts of senior Hamas members during his recent visit to the Gaza Strip, and later provided Israel with the information to assassinate them.
http://www.presstv.ir/detail/2012/11/17/272801/qatar-emir-located-hamas-cmdrs/

According to a report published by the Fars news agency, the emir of Qatar distributed a number of watches and ballpoint pens among Hamas leaders, which could transmit low-frequency signals to Israeli satellites.

The Israeli military officials would then use the received signals to spot the high-tanking Hamas fighters, and launch assassination strikes on them.
Sheikh Hamad arrived in Gaza on October 23 to become the first head of state to visit the besieged enclave since the Palestinian resistance movement, Hamas, took power in the territory five years ago.
Qatar’s emir has met Israeli leaders in the past, and is working hard to boost the diplomatic clout of his small Persian Gulf country.

Gaza has been blockaded by the Israeli regime since 2007, a situation that has caused a decline in the standard of living, unprecedented levels of unemployment, and unrelenting poverty.
The Israeli military frequently carries out airstrikes and other attacks on Gaza Strip, saying the actions are being conducted for defensive purposes. However, disproportionate force is always used, in violation of international law, and civilians are often killed or injured.
The new wave of Israeli aggression on the Gaza Strip has claimed more than 41 lives since November 14. Ahmed al-Ja’abari, the popular and influential head of the Hamas military wing, the Ezzedeen al-Qassam Brigades, was assassinated in an Israeli attack on his car on Wednesday.
On Friday, Ahmed Abu Jalal, a field commander of the Ezzedeen al-Qassam Brigades, was also killed in an Israeli airstrike on the central Gaza district of Maghazi.

MP/AZ

L’Emir du Qatar rend hommage à Israël
le21. novembre 2011 –

C’était le 23 Février 2010. Rapporté par un câble Wikileaks et relayé par un site israélien, la déclaration de l’Émir Hamad bin Khalifa al-Thani, lors d’une réunion avec le sénateur américain John Kerry, fait froid dans le dos.

Simple déclaration de façade ou intime conviction, toujours est-il que le Cheikh aurait affirmé que « les dirigeants israéliens doivent représenter le peuple d’Israël, qui lui-même ne peut pas faire confiance aux arabes. C’est compréhensible puisque les israéliens ont été menacés depuis très longtemps ».

En chantre de la paix, l’Émir du Qatar pense que son pays pourrait «  pousser le Hamas vers la paix et jouer un rôle précieux en tant qu’intermédiaire », malgré que « le Qatar n’accepte pas l’idéologie du Hamas ». Selon lui, les israéliens « devraient être félicités pour avoir le mérite de toujours vouloir aller vers la paix ».

Paradoxalement, les relations entre Doha et Tel-Aviv ont été rompues depuis les bombardements israéliens sur Gaza en décembre 2008. Mais en coulisse, les deux pays entretiennent d’excellentes relations. A ce propos, un autre câble Wikileaks révèle que « Le Qatar a d’ailleurs invité Hadas [NDLR : chef de la division Moyen-Orient du ministère israélien des Affaires étrangères] à Doha pour discuter de la réouverture de la mission israélienne dans le pays ».

Alors Hadas ou Hamas ? L’émir du Qatar a semble-t-il déjà choisi.

>