Aller à…
RSS Feed

Les petits copains… de François Hollande + article sur la bande de copains


Par

Ahmed Halfaoui

 

Le Président français, François Hollande, a amené, dans ses bagages, l’union des Etudiants Juifs de France (UEJF).

Le Président de l’UEJF était très content et il n’a ma manqué de le dire : « Cette visite permettra aux jeunes français et algériens de toutes origines et de toutes confessions de pouvoir, ensemble, travailler à une meilleure connaissance de l’histoire ». Il était si content qu’il a annoncé ceci : « Nous organiserons un prochain voyage réunissant étudiants et représentants de la société civile ». Car, pour lui, « La paix des mémoires’ (…) ne pourra se réaliser qu’avec un désir fort de connaissance et de dialogue des jeunes Français et Algériens ». Il sera question, aussi, a-t-il souligné, de l’exil des Juifs d’Algérie. « Pourquoi pas pourrions-nous dire. Cela procède d’intentions louables et puis, refuser le dialogue n’est pas toujours une bonne chose. Cependant il y a comme un problème, quand on se penche sur la nature de l’UEJF et sur son palmarès, en termes de dialogue. Dans les attendus de cette organisation “L’UEJF ira …dialoguer avec les jeunes démocraties arabes, pour favoriser la construction d’un avenir pacifique, en Méditerranée, et expliquer le sens du Sionisme et la légitime aspiration qui fonde Israël”. On constate, immédiatement, que cela se complique, car il ne s’agit plus de simples étudiants français ou de Juifs, mais d’une mission diplomatique d’un pays étranger, qui viendra plaider, à côté des rapports franco-algériens, la cause sioniste. Laquelle constitue le fondement de l’existence de l’UEJF et de ses activités.

Au début de ce mois de décembre, l’UEJF a salué « la décision du recteur d’académie de Toulouse d’interdire le meeting ‘Palestine vaincra’ prévu, à l’Université Toulouse-Le Mirail ». Son président, le même qui est venu, à Tlemcen, nouer des contacts avec les étudiants algériens, a expliqué le sens de cette salutation. Selon lui « L’Université Toulouse le Mirail a failli aux valeurs républicaines et manqué à son devoir de protéger ses étudiants, en acceptant la tenue d’une conférence, qui donnait la parole à une organisation terroriste. Nous déplorons les propos du président de l’Université, qui voulait maintenir cette conférence, sous le prétexte de la liberté d’expression.

L’université doit rester un lieu d’ouverture, de débats voire de contradictions. Elle doit se prémunir de la haine et de ses conséquences dans ses amphithéâtres ». L’organisation « terroriste » dont il parle est le Front Populaire de Libération de la Palestine. En juin dernier Le Président de l’université Paris Diderot fait part de sa « consternation » à propos d’une question posée aux étudiants le 12 juin 2012 dans le cadre d’un examen optionnel de médecine humanitaire. La question portait sur la qualification de crime de guerre, de crime contre l’humanité, ou de génocide, l’exemple cité étant un bombardement dans la bande de Gaza ayant fait 22 victimes. L’UEJF, toujours elle, est là, plus vigilante que jamais. Elle « juge que le professeur a contraint les étudiants à adopter ses positions haineuses avec cette question. « Son président, quant à lui, « demande à ne pas comptabiliser les points liés à la question litigieuse ».
Le Pr incriminé s’appelle Christophe Oberlin et la question posée sur la mort de la famille palestinienne est celle-ci : « Quelle est la ou quelles sont les qualifications des crimes perpétrés (crime de guerre, crime contre l’humanité, crime de génocide) »? Dans son communiqué, « Le Président de l’université regrette le «hors-sujet» d’un de ses professeurs ». Nos étudiants devraient, donc, commencer par demander à l’UEJF, à son retour, ce qu’elle pense du colonialisme.

lesdebats.com

 

Les Officines Sionistes UEJF/CoExist, Exclues De Durban II -Exigeons Qu’Elles Soient Aussi Exclues Du Système Educatif Français

Suite à leur intervention raciste lors du discours du Président iranien Mahmoud Ahmadinejad, l’UEJF/CoExist ont été exclues, leurs badges retirés. Ces officines Sionistes, avec le soutien de SOS Racisme, opérent en milieu scolaire et pour cela sont subventionnées avec l’argent des contribuables. Exigeons leur exclusion du système éducatif français, et l’arrêt des subventions.

 


Les Officines Sionistes UEJF/CoExist, Exclues De Durban II -Exigeons Qu'Elles Soient Aussi Exclues Du Système Educatif Français

 

Deux groupes sionistes sévissant sur le territoire de la République, l’UEJF et CoExist (dont le slogan est « pour mieux vivre ensemble » ?!) , ont été exclus de la Conférence sur le Racisme, Durban II à Genève, suite à leur intervention raciste contre le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Cette intervention était téléguidée du ministère des affaires étrangères israélien – comme l’a avoué l’un des membres de l’UEJF, Boaz Toporovsky – dirigé par le raciste notoire, Avigdor Lieberman. Leurs badges leur ont été retirés selon le porte parole de l’ONU, Rupert Colville. Ces badges leur auraient été fournis par le ministère des affaires étrangères français occupé, avec la bénédiction de Sarkozy, par un Sioniste ex eurodéputé PS, François Zimeray, notoirement connu pour ses prises de position outrageusement agressives contre les Palestiniens et son lobbying à Bruxelles en faveur du régime de Tel Aviv. Zimeray a été nommé à un poste obscur « d’ambassadeur des droits de l’homme » rémunéré avec l’argent des contribuables, entre autres pour agir en soutien au régime sioniste en utilisant ses fonctions au Quai d’Orsay, et notamment dans le cadre de la préparation de la Conférence sur le Racisme de Durban II. C’est lui qui a orchestré la sortie des représentants des 23 pays membres de l’UE, à la queue leu leu, sous l’oeil des caméras de médias complaisants. Ce sont donc vu retirer leurs badges et exclus de la conférence, 20 participants de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), 15 de COEXIST, et 4 de l’Union européenne des étudiants juifs. La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a pris ces mesures « en raison du comportement perturbateur inacceptable de plusieurs ONG à Genève, en violation des règles de la conférence. »L’UEJF -qui fait partie du CRIF et siège lors de son assemblée générale -, et CoExist interviennent en milieu scolaire. Si le lien ombilical qui lie l’UEJF à Israël est bien connu, son drapeau flottant dans toutes les manifestation pro Israël, y compris lors de celle, début Janvier, en soutien aux crimes de guerre sionistes à Gaza, celui de CoExist l’est moins.CoExist qui a été crée en 2004 par l’UEJF et les clubs Convergences,se définit sur son site comme  » un programme de lutte contre le racisme et l’antisémitisme essentiellement en milieu scolaire ». Depuis 2007 ce programme est mis en place en milieu scolaire à la fois par l’UEJF et SOS Racisme. Toujours selon son site (www.coexist.fr)  » La spécificité de CoExist réside dans l’élaboration originale d’un module pédagogique innovant et dans la formation de médiateurs issus de milieux et origines différents qui interviennent ensemble dans les classes….CoExist est essentiellement soutenu par l’ACSE, l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale et pour l’Egalité des chances. »Autrement dit, par l’argent des contribuables.

Certains participants à Coexist, ont, avec des membres de l’UEJF, sur les conseils du ministère des affaires étrangères israélien, planifié et exécuté une intervention raciste contre le Président de l’Iran, un pays membre de l’ONU, lors de la Conférence contre le Racisme, Durban II. Par conséquent, il est hors de question que ces officines sionistes continuent, sous prétexte de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, et en utilisant l’argent des contribuables, d’intervenir dans les établissements scolaires de la République. Cette action les disqualifie pour ce genre de mission auprès des jeunes français.

L’ action de l’UEJF et CoExist a porté atteinte à la crédibilité de l’Organisation des Nations Unies dont ils se sont moqués ouvertement, en abusant des passes qui leur avaient été remis, mais aussi en tournant vulgairement en dérision devant une assemblée de hauts responsables politiques venus du monde entier, cette Conférence contre le Racisme.

Qui plus est ils s’en sont vantés : « nous voulions montrer que c’était une énorme farce » a confié Jeremy Cohen de l’UEJF au quotidien israélien ynetnews.com ( 20/04/09) à propos de cette Conférence.

Ils ont également porté atteinte à la position de la France dans le monde arabo musulman, car c’est un chef d’état musulman qui a été insulté par une bande d’énergumènes qui font passer les intérêts de la puissance étrangère sioniste avant ceux de la France. De plus ils ont donné un exemple lamentable, relayé dans le monde entier par des chaînes TV , de racisme, d’islamophobie, d’atteinte à la liberté d’expression, mais aussi tout simplement d’arrogance vis à vis des pays orientaux, et d’un total manque d’éducation.

Enfin ils ont conforté l’opinion des foules arabo-musulmanes que désormais sous Sarkozy la France obéit au doigt et à l’ oeil au régime sioniste.

Ainsi donc, par cette action, ils ont montré à tous qu’ils ne contribuent ni à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, ni au développement du vivre ensemble, bien au contraire. 

Pour toutes ces raisons l’UEJF et CoExist doivent être exclus du système éducatif français et cesser de bénéficier de l’argent des contribuables pour avoir organisé et exécuté ce genre d’exhibi -sionisme préjudiciable aux Institutions Internationales, à la France et à la République laïque.

PS 🙂 Nous n’irons pas jusqu’à invoquer le risque de « trouble à l’ordre public », bien qu’à Genève c’est de cela qu’il s’agissait. Mais, afin qu’ils « n’importent » pas le conflit israélo- iranien dans nos cours d’école, il est nécessaire de leur en interdire l’accès.

 

Jeudi 23 Avril 2009
Myriam Abraham