Aller à…
RSS Feed

Les « printemps arabes » ne sont pas ceux que l’on souhaiterait


 

Les « printemps arabes » ne sont pas ceux que l’on souhaiterait


La présentation au CAPE était très intéressante, et livre très important et instructif sur toutes ces fameuses révoltes baptisées printemps arabe …

Cordiales amitiés 

Ayssar Midani 


Jeudi 06 décembre 2012 à 15h00

« LA FACE CACHÉE DES RÉVOLUTIONS ARABES »

Depuis le milieu de l’hiver 2011, en Afrique du Nord et au Proche-Orient, des mouvements de contestation populaire ont pris forme, incarnant les aspirations démocratiques et le ras-le-bol des citoyens à l’égard des régimes tyranniques et corrompus qui les gouvernaient. Ils sont parvenus à provoquer leur chute, mettant fin à des situations qui n’étaient plus acceptables au XXIe siècle.
 Telle apparaît la merveilleuse épopée du « printemps » arabe et de ses « révolutions » aux yeux de la majorité de l’opinion publique internationale. Toutefois, derrière ce conte au dénouement heureux se cache une réalité bien différente. Alors que la très grande majorité des médias et des observateurs internationaux a fait de ces « révolutions » arabes, le symbole de l’émancipation des peuples d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, il est apparu indispensable à de nombreux experts d’en donner une lecture plus objective.
 En effet, plus de dix-huit mois après que se soit levé le vent de révolte qui a balayé le monde arabo-musulman, il est possible de discerner plus distinctement le fil des évements et les jeux d’acteurs qui les ont impulsés.
 Afin de percevoir plus clairement ce qu’ont été ces « révolutions », le Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), en collaboration avec le Centre international de recherche et d’études sur le terrorisme (CIRET), a réuni une équipe d’experts internationaux afin de dresser un bilan détaillé du printemps arabes. Leurs contribution ont été réunies dans l’ouvrage intitulé LA FACE CACHEE DES REVOLUTIONS ARABES, qui vient de paraître aux éditions Ellipses.
 Ce livre s’attache successivement à étudier et déconstruire les événements ayant eu lieu au Maghreb et au Proche-Orient ; à mettre en lumière le rôle essentiel des acteurs extérieurs à ces « révolutions », dont l’action a été déterminante ; et à évaluer les conséquences du printemps arabe, lesquelles ne semblent pas être à la hauteur des espérances suscitées. Il réunit les analyses de vint-trois auteurs de huit nationalités différentes – Algérie, Belgique, Côte d’Ivoire, Egypte, France, Mali, Tunisie, Syrie – et d’horizons très divers – femmes et hommes politiques, officiers de renseignement, journalistes, universitaires, etc. Ensemble, ils dénoncent la pensée dominante qui tend à faire du printemps arabe un événement spontané et positif pour les pays d’Afrique du Nord et du Proche-Orient et démystifie les « révolutions » arabes en mettant en lumière leurs mécanismes, leur manipulation et leurs retombées négatives.

Intervenants :
Anne-Marie Lizin Ancienne Présidente du Sénat de Belgique

Saida Benhabylès Ancienne Sénatrice et ex-Ministre algérienne

Mezri Haddad Ancien Ambassadeur de Tunisie auprès de l’UNESCO

Yves Bonnet Ancien Député – Ancien Directeur de la DST – Président du CIRET

Richard Labévière Expert du Proche-Orient

Eric Denécé Directeur du CF2R