Aller à…
RSS Feed

L’Iran demande au Conseil de sécurité de l’ONU de déclarer Israël comme le plus grand criminel international


Publié par Jean-Pierre | 7 Août 2021 | Iran | 0 |
L’Iran demande au Conseil de sécurité de l’ONU de déclarer Israël comme le plus grand criminel international

Zahra Ershadi, représentante permanente adjointe de la République islamique d’Iran
auprès des Nations Unies – Photo : Iran press
Par Fars News Agency

TEHERAN (FNA)- La représentante permanente adjointe de la République islamique d’Iran auprès des Nations Unies, Zahra Ershadi, a demandé au Conseil de sécurité de l’ONU de faire en sorte que le régime sioniste rende des comptes pour plusieurs décennies de crimes contre les Palestiniens.

“L’histoire de l’humanité témoigne que lorsque les actes illégaux restent impunis, ils se répètent. Par conséquent, le régime israélien commet tous ces crimes en toute impunité, parce que, pendant plus de sept décennies, le Conseil de sécurité a gardé un silence de mort contre tous les actes illégaux commis par ce régime, et l’inaction totale et inexcusable du Conseil pendant des décennies a sérieusement encouragé ce régime à commettre plus de crimes avec plus de brutalité”, a déclaré Ershadi, s’adressant à une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur “La situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne” mercredi.

“Depuis le précédent débat trimestriel ouvert du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, dont la question palestinienne, la situation en Palestine s’est considérablement aggravée en raison des politiques illégales et des pratiques barbares du régime israélien, notamment la profanation d’Al-Haram Al-Sharif, la confiscation et la démolition, la saisie et la confiscation de maisons palestiniennes, ainsi que les meurtres et les blessures de milliers de Palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza par les forces d’occupation”, a-t-elle déclaré.

“Par exemple, rien que dans sa guerre brutale et totale de 11 jours contre Gaza en mai 2021, les forces israéliennes ont tué 256 Palestiniens, dont 66 enfants et 40 femmes. Cela inclut 13 membres d’une famille élargie qui ont été tués et enterrés dans les décombres de leur propre maison — dont beaucoup étaient des enfants, l’un d’entre eux n’ayant que six mois.”

Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), près de 2000 Palestiniens ont également été blessés lors des attaques sur Gaza, dont “plus de 600 enfants et 400 femmes, dont certains peuvent souffrir d’un handicap à long terme nécessitant une rééducation”, a précisé Zahra Ershadi.

Par ailleurs, selon le Secrétaire général, du premier avril 2020 au 31 mars 2021, “les forces militaires et de sécurité israéliennes ont tué 21 Palestiniens, dont 6 garçons, et blessé 1 662 autres Palestiniens, dont 185 enfants (7 filles et 178 garçons) et 21 femmes”, a-t-elle ajouté.

“Le régime israélien continue également de commettre les violations les plus systématiques et les plus graves des droits de l’enfant. Selon le rapport annuel du Secrétaire général, en 2020, les Nations unies ont vérifié 1031 cas de violations graves à l’encontre de 340 enfants palestiniens, dont 11 ont été tués, 324 mutilés et 361 détenus.”

“En outre, comme l’indique le Secrétaire général, du premier avril 2020 au 31 mars 2021, “4450 Palestiniens ont été détenus en tant que ‘prisonniers de sécurité’ dans les prisons israéliennes, dont 140 enfants, 37 femmes et 10 membres du Conseil législatif palestinien”. Dans un acte barbare, le 8 juillet 2021, les troupes israéliennes ont déclenché des explosifs, détruisant la maison familiale d’un prisonnier palestinien, Muntasir Shalabi, a déclaré l’envoyé iranien.

En outre, l’une des actions illégales et brutales du régime israélien a été la confiscation et la démolition de maisons palestiniennes. Selon le Secrétaire général, du premier avril 2020 au 31 mars 2021, “les autorités israéliennes ont démoli 1015 structures appartenant à des Palestiniens. Les démolitions ont plus que triplé pendant le ramadan de 2020, par rapport à la même période en 2019”. Ces mesures “ont entraîné le déplacement de 1 255 Palestiniens, dont la majorité étaient des femmes (296) et des enfants (666, dont 305 filles)”, a-t-elle ajouté.

“Le 7 juillet 2021, le régime israélien a entièrement démoli le village palestinien de Humsa al-Fawqa pour la cinquième fois.”

Au cours de son attaque de 11 jours sur Gaza en mai 2021, le régime israélien a détruit plus de 2300 unités d’habitation et, selon OCHA, “environ 16 250 unités d’habitation ont subi des dommages plus ou moins importants, tout comme de multiples installations et infrastructures d’eau et d’assainissement, 58 établissements d’enseignement, neuf hôpitaux et 19 centres de soins de santé primaires”, a précisé l’ambassadrice.

Comme l’a clairement indiqué le Secrétaire général, dans sa note sur “les répercussions économiques et sociales de l’occupation israélienne sur les conditions de vie du peuple palestinien dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et de la population arabe du Golan syrien occupé”, le blocus “peut s’apparenter à une punition collective, ce qui est interdit par le droit international.”

Pourtant, le régime israélien continue sur une base régulière de frapper la bande de Gaza, a déclaré l’envoyé.

Bien entendu, il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg des crimes inhumains et des pratiques illégales commis par le régime israélien contre les Palestiniens, constituant des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, et entraînant la responsabilité internationale du régime israélien, dont les responsables doivent donc être traduits en justice pour avoir commis des crimes aussi odieux, a déclaré Ershadi.

“En outre, nous devons également évoquer les mesures de déstabilisation et l’aventurisme militaire continus du régime israélien dans la région, dont des exemples clairs sont l’occupation continue du Golan syrien et de certaines parties du Liban, ainsi que la violation systématique de la souveraineté de ces deux pays en violation du droit international, notamment de l’article 2(4) de la Charte des Nations unies.”

“En même temps, il est évident que le silence et l’inaction du Conseil de sécurité pendant des décennies face à ces graves violations de la paix qui constituent une menace sérieuse pour la paix et la sécurité internationales, est dû au fait que les États-Unis ont systématiquement protégé le régime israélien contre toute action du Conseil, un exemple étant l’utilisation du veto à 44 reprises pour empêcher l’adoption de projets de résolution du Conseil de sécurité contre Israël, ce qui est sans précédent dans l’histoire du Conseil.

Le dernier exemple en date de ces mesures a été le comportement des États-Unis, en mai 2021, qui a empêché le Conseil de sécurité de publier ne serait-ce qu’un simple communiqué de presse appelant à la fin des bombardements israéliens sur Gaza.”

“Un tel soutien indéfectible des États-Unis à Israël va à l’encontre des droits inhérents des Palestiniens opprimés, notamment leur droit à la vie, à la dignité, à la libération, à l’autodéfense, à l’autodétermination et à la création de leur propre État indépendant”, a déclaré Ershadi.

“Le Conseil de sécurité doit mettre un terme immédiat à cette tendance injustifiable et inacceptable et contraindre le régime israélien à cesser, immédiatement et complètement, tous ses crimes contre les Palestiniens ; à lever le blocus illégal et inhumain de la bande de Gaza ; à mettre fin à l’occupation de tous les territoires palestiniens, du Golan syrien occupé et de certaines parties du Liban ; et aussi, à tenir ce régime responsable des crimes internationaux les plus graves qu’il commet depuis plusieurs décennies.”

“Condamnant, dans les termes les plus forts possibles, tous les crimes du régime israélien contre les Palestiniens, la République islamique d’Iran réitère son soutien à la juste cause du peuple palestinien et à la pleine réalisation de tous ses droits inaliénables, en particulier son droit inhérent à l’autodétermination et à l’établissement d’un État palestinien indépendant sur tout le territoire de la Palestine, avec Al-Quds Al-Sharif comme capitale”, a-t-elle ajouté.

“En conclusion, je voudrais rappeler le trente-neuvième anniversaire de l’enlèvement de trois membres de l’ambassade de la République islamique d’Iran à Beyrouth, ainsi que d’un journaliste iranien, qui ont été capturés en juillet 1982 pendant l’occupation de Beyrouth par le régime israélien. Diverses informations et indications montrent qu’après avoir été arrêtés et détenus dans le nord de Beyrouth, qui était alors sous l’occupation du régime israélien, lesdits Iraniens ont été immédiatement remis aux forces militaires israéliennes.

De même, plusieurs éléments de preuve, y compris les affirmations de certaines personnes qui étaient dans les prisons israéliennes et ont été libérées plus tard ou qui ont visité les prisons, suggèrent qu’ils sont toujours en vie et sont aux mains du régime israélien. Nous soulignons la responsabilité des Nations Unies dans le traitement approprié de cet acte criminel ainsi que son aide pour le retour des diplomates et du journaliste enlevés en Iran”, a-t-elle ajouté.

“Enfin, dans sa déclaration d’aujourd’hui, le représentant du régime israélien a une fois de plus joué les victimes, et pour détourner l’attention des crimes brutaux qu’il continue de commettre, a accusé d’autres personnes dans la région et dans le monde. Au lieu de proposer de relever les défis des autres, le régime israélien doit mettre fin aux meurtres et aux effusions de sang et cesser d’étendre ses activités terroristes à toute la région.

Les accusations d’Israël concernant le programme nucléaire pacifique de l’Iran sont totalement absurdes, non pertinentes et sans fondement, et leur objectif est de dissimuler le danger que les armes nucléaires de ce régime représentent pour la région et au-delà. Pour éliminer cette menace, la communauté internationale doit contraindre ce régime à renoncer à la possession d’armes nucléaires, à adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et à placer toutes ses activités et installations nucléaires sous le contrôle complet de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Les autres accusations du représentant du régime israélien ne sont que des fabrications et de la désinformation”, a déclaré Zahra Ershadi.

Dans des remarques pertinentes en mars, l’ambassadeur et représentant permanent de l’Iran auprès des organisations internationales basées à Vienne, Kazzem Qaribabadi, a critiqué l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour son inaction face à la menace nucléaire posée par Israël, soulignant que Tel Aviv bénéficie des avantages du Traité de non-prolifération (TNP) alors qu’il n’a jamais signé le pacte.

Israël bénéficie de plus d’avantages préférentiels que les États dotés de l’arme nucléaire parce que ces derniers sont membres du TNP et ont des engagements spéciaux, alors qu’Israël n’en fait pas partie, est libre de tout engagement et bénéficie de tous les avantages de l’Agence qui sont liés au TNP, a déclaré Qaribabadi.

Il a déclaré que tous les pays de la région sont membres du TNP et se sont engagés à accepter le contrôle de l’AIEA, ajoutant : “Le développement d’un programme secret d’armement nucléaire par le régime sioniste constitue une menace grave et persistante non seulement pour la sécurité et la stabilité de la région et du monde, mais aussi pour l’efficacité du TNP et des garanties de l’Agence.”

“Inutile de mentionner que le régime sioniste n’est membre d’aucun des autres traités de désarmement et de non-prolifération des ADM”, a noté l’envoyé, ajoutant que “les capacités nucléaires du régime sioniste et ses menaces ont été mises à l’ordre du jour de l’Assemblée générale des Nations unies tandis que l’AIEA a publié plusieurs résolutions à cet égard.”

“Mais le régime sioniste a négligé la communauté internationale en ignorant le TNP, en évitant d’y adhérer et en refusant de soumettre ses installations et ses activités nucléaires aux inspections de garanties de l’AIEA”, a déclaré Qaribabadi.

Il a averti que de telles conditions ont enhardi Israël à ridiculiser l’autorité de l’AIEA et sa mission de prévention d’un usage détourné des matières et des activités nucléaires.
Auteur : Fars News Agency

* Fars News Agency est une agence de presse iranienne se présentant comme « la première agence de presse indépendante iranienne ». Tout son contenu est distribué gratuitement, sous licence Creative Commons.

29 juillet 2021 – Fars News Agency – Traduction : Chronique de Palestine

Source : Chronique de Palestine
https://www.chroniquepalestine.com/…

Partager:

Taux:12345

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x