Aller à…
RSS Feed

L’OCI a « puni » la Syrie


L'OCI a puni la Syrie

Konstantin Garibov

 

 

L’Organisation de la coopération islamique a suspendu la participation de Syrie. Cette décision a été faite à l’issue du sommet extraordinaire de l’OCI qui s’est tenu à La Mecque en Arabie Saoudite.

Les chefs des Etats et des gouvernements de 56 pays ont participé à la rencontre. Cependant, les représentants de l’Irak, desÉmirats arabes unis

et d’Indonésie n’ont pas participé au sommet.

Damas est considéré coupable de l’effusion de sang dans le pays. Novembre dernier la Ligue Arabe a pris la même décision. En plus, ni à l’époque ni maintenant les représentants de Damas et de l’opposition syrienne n’ont pas été invités à La Mecque.

D’autres détails de la prise de la décision anti-syrienne ne sont pas présentés. Il est connu juste que l’Iran s’est prononcé contre cette démarche. Cette position de Téhéran a été rendue publique àDjeddah pendant la réunion des ministres des affaires étrangères des pays membres de l’OCI. Voilà comment le président du Centre d’études du Proche-Orient moderne de Saint-Pétersbourg Gumer Issaev a commenté le résultat de ce sommet:

La décision liée à la suspension de la Syrie de l’OCI avant une une signification symbolique. C’est la pression sur la Syrie, en réalité il n’y aura pas de conséquences sérieuses. C’est avant tout une démarche diplomatique pour que les autorités syriennes se sentent isolées. Beaucoup d’autres mesures plus sérieuses ont été prises. Il s’agit surtout des sanctions économiques liées au soutien permanent de l’opposition syrienne par les pays arabes.

Le sommet a été convoqué d’urgence en raison de la crise syrienne. Cependant, ses participants n’ont pas soutenu l’intervention extérieure. Le secrétaire général de l’OCI Ekmeleddin Ihsanoglu l’a reconnu pendant une conférence de presse finale. Selon l’expert de l’Institut des évaluations stratégiques et d’analyse Serguei Demidenko cette position n’est pas étonnante.

L’Arabie Saoudite et le Qatar ont compris que l’Occident n’allait pas intervenir militairement dans le conflit. Au moins cela n’aura pas lieu avant l’élection présidentielle aux Etats-Unis. Il ne leur reste que faire semblant qu’ils n’acceptent pas le scénario de l’intervention militaire aussi bien que toute la communauté internationale. En réalité les efforts de l’Arabie Saoudite et du Qatar en Syrie témoignent le contraire. Si l’on parle de toute la communauté islamique en générale, cette idée n’est pas populaire.
Le sommet de l’OCI a été convoqué pour « aplanir certaines contradictions ». Cependant, on ne peut pas dire que la décision de suspendre la Syrie de l’organisation est une bonne démarche dans cette direction. A ce qu’il paraît, des contradictions profondes dans le monde arabe, avant tout pour des raison interconfessionnelles, sont aujourd’hui insurmontables. C’est pourquoi l’OCI a un seul choix de s’unir contre Bachar al-Assad

french.ruvr.ru