Aller à…
RSS Feed

Maliki accuse la Turquie d’adopter une politique insolente envers la Syrie


Le Premier ministre irakien, Nouri Maliki, a accusé mercredi la Turquie d’adopter une politique « insolente » envers la Syrie,  en ne laissant pas au peuple syrien l’occasion de résoudre ses problèmes.

A l’issue des négociations à Moscou avec le président russe Vladimir Poutine, Maliki a appelé la communauté internationale à intervenir pour mettre fin à cette politique.

Les relations turco-irakiennes sont tendues en raison du refus d’Ankara d’extrader le vice-président irakien Tarek al-Hachémi, condamné à mort dans son pays pour implication dans les escadrons de la mort en Irak.

Bagdad se plaint également des raids turcs contre les rebelles kurdes dans le Kurdistan irakien.

Non à l’ingérence de l’Otan

MalikiM.Maliki a par ailleurs affirmé l’opposition de son pays à toute ingérence de la part de l’OTAN en Syrie sous prétexte de défendre la Turquie. Car cela entraînera la région dans une guerre de grande envergure.

« Il ne faut pas provoquer une guerre et entraîner une organisation tout entière comme l’OTAN pour défendre la Turquie qui n’est pas la cible d’aucune menace », précisant que « les nouvelles politiques et médiatiques véhiculées par des mass médias sur le lancement d’obus par des avions syriens sur les territoires irakiens sont exagérées et ne méritent pas le déclenchement d’une guerre ».

Il a réaffirmé que » le règlement de la crise doit être pacifique et que c’est au peuple syrien de décider, après la récupération de la paix, s’il maintient le régime ou pas « .

« Quant au règlement de la crise syrienne, il doit se faire sans aucune ingérence étrangère (…). Nous avons convenu de soutenir la mission de l’émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe et ferons tout notre possible pour que réussisse sa mission de recherche d’un règlement pacifique de la crise intérieure en Syrie », a-t-il ajouté.

Transport d’armes via l’Irak ?

S’agissant des accusations américaines, le premier ministre irakien a démenti les prétentions des Etats-Unis sur l’envoi par l’Iran d’avions chargés d’armes au gouvernement syrien via les territoires irakiens, les qualifiant d’infondées.

Pour M.Maliki, « l’Irak ne permettra pas l’utilisation de ses territoires pour le transport des armes et des combattants aux pays voisins », précisant que « la Syrie n’a pas besoin d’armes pour les transporter à travers les territoires irakiens « .

Poutine

Maliki et PoutinePour sa part, le président russe a déclaré que sur de nombreuses questions, nos opinions se rejoignent ou sont très proches ». M. Poutine s’est par ailleurs réjoui de la reprise de la coopération militaire.

« Les spécialistes irakiens connaissent bien nos systèmes d’armement, qui ont fait leurs preuves », a-t-il relevé, selon Ria Novosti.

Mardi, le gouvernement russe avait révélé que les deux pays avaient signé cette année des contrats d’armement d’un montant de 4,2 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros).

Selon la presse russe, ils portent en particulier sur 30 hélicoptères d’attaque Mi-28 et 42 systèmes de missiles sol-air Pantsir-S1.

almanar