Aller à…
RSS Feed

Nasrallah : nous possédons assez de missiles pour redessiner la carte du Moyen-Orient


LE CRI DES PEUPLES

Lundi 24 juin 2019
Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le vendredi 31 mai 2019, à l’occasion de la Journée Internationale d’Al-Quds (Jérusalem).

Traduction : lecridespeuples.fr

Voir les extraits précédents :

La Résistance et les peuples arabo-musulmans n’abandonneront jamais la Palestine

En cas de guerre, le Hezbollah et la Résistance à Gaza s’empareront de vastes territoires israéliens

L’Axe de la Résistance est plus puissant que jamais, l’Accord du Siècle est voué à l’échec

Une guerre contre l’Iran signifierait la fin d’Israël, des Saoud et de l’hégémonie américain

L’Arabie Saoudite est en déroute au Yémen et dans tout le Moyen-Orient

Transcription :

[…] J’en arrive au dernier point (de mon discours). (Je suis désolé) d’être si long, en ce soir de Ramadan, mais c’est un dossier sensible dont l’évocation ne saurait être retardée.

En ce qui concerne la délimitation des frontières (terrestres et maritimes du Liban avec Israël), comme je l’ai maintes fois répété, en tant que Résistance, nous n’avons aucun problème et nous nous conformons aux décisions de l’Etat. Et pour tout ce qui se passe aux frontières, nous laissons toutes les choses entre les mains de l’Etat, que ce qui s’y passe soit bon ou mauvais, juste ou erroné. En ce qui concerne la délimitation de nos frontières terrestres et maritimes, nous respecterons toutes les décisions de l’Etat (nous n’avons pas notre mot à dire). Et en tenant ces propos, je n’exagère nullement. Certains frères pensent que je tiens des propos conciliants qui ne coïncident pas avec la réalité, mais non, je dis la stricte vérité lorsque j’affirme que nous, au sein du Hezbollah, faisons confiance aux responsables libanais chargés de ce dossier, et qui se sont engagés à faire respecter tous les droits du Liban sur la terre et sur l’eau, en termes (d’espace) maritime, en pétrole et en gaz (ressources présentes en Méditerranée). Nous avons (pleinement) confiance en eux, et c’est pour cela que nous n’intervenons (nullement) dans ce dossier. Voilà pour le point positif, car je vais maintenant aborder un point très différent.

Sur cette question, que s’efforcent de faire les Etats-Unis, via (leur envoyé) M. [David] Satterfield et ses semblables ? Les Etats-Unis sont très forts pour instrumentaliser les choses, et exploiter (toutes les situations) de manière malfaisante (dans leurs intérêts et à notre détriment). Puisque le Liban a besoin d’une délimitation rapide des frontières, surtout en mer, pour (pouvoir exploiter les ressources maritimes) en pétrole et en gaz, et que le Liban a besoin d’une situation de calme pour pouvoir obtenir des prêts financiers —car il s’agit surtout de prêts et non d’aides—, dans ce contexte, les Etats-Unis viennent pour… J’espère que tous les Libanais vont bien m’écouter. Les Etats-Unis veulent instrumentaliser les négociations (indirectes entre le Liban et Israël) au sujet de la délimitation des frontières maritimes et terrestres pour régler un autre problème adjacent dans le seul intérêt d’Israël, et qu’Israël a été incapable de résoudre durant des années, à savoir les missiles de précision et la fabrication de missiles de précision.

Depuis plus de deux ans, (nous sommes contactés en permanence par) des ambassadeurs, des ambassades, des services de renseignement étrangers, y compris ceux des pays qui nous considèrent officiellement comme terroristes, ça ne les dérange pas. Ils nous posaient tous les questions suivantes, ou (plutôt) nous adressaient les messages suivants : vous avez des missiles de précision, et c’est une chose qu’Israël ne tolèrera pas, et lorsque Israël apprendra leur lieu (de stockage), elle le bombardera. Voilà le message que nous recevons depuis plus de deux ans. Voilà (pour le premier point).

Le deuxième point était l’accusation selon laquelle nous aurions des usines de fabrication de missiles de précision au Liban, ce qui constitue une ligne rouge pour Israël qui ne sera pas tolérée, et l’avertissement que lorsque Israël connaîtra leur localisation, il les bombardera. Nous avons caché cette question au public depuis deux ans afin de n’inquiéter personne, et de régler ce dossier en coulisses. Mais il s’est passé des choses durant cette semaine qui me poussent à en parler aujourd’hui, car j’estime qu’il en sera bientôt question dans les médias, ce dossier étant aujourd’hui débattu dans des cercles plus larges. Je préfère donc énoncer publiquement notre position sur ce dossier, plutôt que de laisser aux responsables officiels (de l’Etat) la charge d’adresser des messages ou de répondre à des questions (à ce sujet), et il vaut donc mieux que ces réponses émanent directement de moi pour que les Etats-Unis, Israël et les autres les reçoivent distinctement. (C’est mieux ainsi), n’est-ce pas ? Voilà pourquoi j’en parle.

En ce qui concerne le premier point, la question des missiles de précision, nous sommes des gens qui disons toujours la vérité, nous ne mentons jamais. Nous pouvons bien sûr ne pas révéler la vérité sans pour autant mentir, ou dire seulement une partie de la vérité, mais nous ne mentons jamais. C’est pour cela que lorsqu’ils nous demandaient (si nous avions des missiles de précision), nous répondions que oui, nous avions des missiles de précision, et ensuite, vous vous souvenez qu’il y a deux ans, le dixième jour (de ‘Ashoura), j’ai annoncé en toute clarté que nous possédions des missiles de précision capables de frapper tous les objectifs requis au sein de l’entité sioniste.

Et aujourd’hui, en cette Journée (Internationale) d’Al-Quds (Jérusalem), au 40e anniversaire de l’annonce de cette Journée, je répète devant le monde entier que oui, nous possédons au Liban des missiles de précision en nombre suffisant pour changer la face de la région et (bouleverser) toutes les équations !

[Audience : A ton service, ô Nasrallah !]

Mais je ne dis rien là de nouveau. C’est ce que j’ai dit pour ‘Ashoura il y a deux ans. Et à tous ceux qui nous ont posé la question, nous avons répondu que oui, nous possédions des missiles de précision. Et à tous ceux qui nous ont dit ou transmis les messages (de menaces israéliennes), nous avons répondu qu’il n’y avait aucun problème… Ça fait 1, 2 et 3 ans que ces messages circulent, et que notre réponse à été donnée et est parvenue à Israël : chaque fois qu’on a essayé de nous intimider en parlant d’Israël, de ligne rouge, d’inacceptable, de bombardements, de réaction (violente), etc., notre réponse était claire, et je l’ai ensuite répétée publiquement, (durant un entretien) avec la chaîne Al-Mayadeen et dans un discours en direct.

Et je vais le redire encore une fois à ce sujet : nous avions dit que face à toute agression, toute frappe israélienne contre le moindre objectif lié à la Résistance au Liban, que cela concerne les missiles ou quoi que ce soit d’autre, le Hezbollah ripostera rapidement, directement et avec force !

[Audience : A ton service, ô Nasrallah !]

Et c’est pour cela que pendant 1 an, 2 ans et maintenant 3 ans, ils n’ont jamais frappé (le Liban). Et plus encore, Israël va à l’ONU pour (se plaindre) que sous le stade de football Al-Ahed, il y aurait des missiles, qu’à tel autre endroit également, (puis l’ONU) demande au gouvernement de vérifier s’il y a des missiles à tel ou tel endroit, etc. Ce n’est pas par bienséance qu’Israël ne frappe pas nos missiles. C’est parce que nous sommes forts qu’il ne le fait pas (car il craint notre riposte), et que nous répondrons à toute agression par une agression similaire, si ce n’est davantage !

[Audience : A ton service, ô Nasrallah !]

La question des missiles de précision était donc réglée (avec une impasse pour Israël). Personne ne peut rien faire contre cela. La question a donc été déplacée avec l’accusation de possession d’usines de fabrication de missiles de précision (au Liban). Il y a quelques mois, un responsable (libanais) m’a dit que les Etats-Unis l’avaient contacté pour lui dire telle et telle chose. Je lui ai répondu : « Mon cher responsable —je ne dis rien de précis pour ne pas l’identifier—, cette information est fausse. Nous n’avons pas —et je vous parle en toute franchise—, nous n’avons pas d’usine de fabrication de missiles de précision au Liban. » Il m’a demandé si les Iraniens avaient de telles usines au Liban. Je lui ai dit que les Iraniens n’avaient aucune usine au Liban, ni de missiles de précision, ni d’autres missiles, ni de quoi que ce soit. Jusqu’à présent —je dis bien jusqu’à présent, ce soir de la Journée Internationale d’Al-Quds—, il n’y a pas d’usines de fabrication de missiles de précision (au Liban).

Les Américains sont donc repartis puis revenus (avec de nouvelles accusations), disant qu’il y avait de telles usines à tel et tel endroit, jusqu’à ce qu’ils ont dit dernièrement, à savoir que le processus de délimitation des frontières maritimes était obstrué par le fait que dans telle région, il y avait des usines de fabrication de missiles de précision. Encore une fois, plusieurs responsables libanais m’ont posé des questions à ce sujet, et j’ai répondu que ce n’était pas vrai. Dans telle région, il y a des équipements, des installations et du matériel militaires du Hezbollah, mais il n’y a pas d’usine de fabrication de missiles de précision. Voilà donc.

Où est-ce que je veux en venir ? Ces (fausses accusations) ont été accompagnées de diverses menaces. Je ne vais pas dire de quelles menaces il s’agit, car il n’y a pas de raison pour que je les révèle, mais plusieurs menaces ont été formulées, afin que le Liban règle ce dossier (des usines de missiles de précision), et détruise telle et telle installation, les rase et y mette fin. Mais mes chers amis (américains), à qui vous croyez vous adresser ? Dans quel monde vivez-vous (pour croire que vos menaces peuvent impressionner le Hezbollah) ? C’est absolument inconcevable en ce qui nous concerne.

De plus, nous, le Hezbollah, sommes plus véridiques et fiables que les Américains et leurs prédécesseurs, et plus véridiques et fiables que les Israéliens et leurs prédécesseurs. Lorsque je vous dis qu’il n’y a pas d’usines de fabrication de missiles de précision, cela signifie qu’il n’y en a pas. Et s’il y avait de telles usines, j’aurais déclaré ce soir même à la télévision qu’il y a de telles usines, comme je vais vous en donner la preuve dans un instant.

Je vais expliquer mon problème avec cette question, et conclure mon discours. Mon problème est que… C’est pour cela que je n’ai pas voulu évoquer ce dossier seulement avec les responsables libanais, mais je souhaite que nous tous (Libanais) y prenions part. Le fait même d’ouvrir (de tels) débats avec les Etats-Unis, ou de leur permettre de nous interroger à ce sujet, cette porte doit être selon moi condamnée. Ce ne sont pas leurs affaires, ils n’ont aucun droit de s’enquérir au sujet de nos armes. Les Etats-Unis n’ont pas à se mêler de cela. Qu’il y ait des usines de fabrication de missiles de précision au Liban ou pas, ce ne sont pas leurs affaires.

Israël, qui se trouve juste à côté de nous, fabrique des missiles, des avions de guerre, des tanks, des armes nucléaires et des armes chimiques. Qu’ils aillent donc leur faire les mêmes demandes ! En ce qui nous concerne, c’est notre droit —et voilà ce que je veux ajouter ce soir—, c’est notre droit le plus strict que de posséder n’importe quel type d’armes pour défendre notre pays. Et c’est notre droit le plus strict que de fabriquer n’importe quel type d’armes, car pour avoir des armes, il n’y a que trois possibilités : il faut soit que tu les achètes, soit que quelqu’un te les donne, soit que tu les fabriques. A Gaza, qu’est-ce qu’ils font ? Ils les fabriquent. Au Yémen, qu’est-ce qu’ils font ? Ils les fabriquent. Mais la mentalité saoudienne est incapable de concevoir que les Yéménites puissent fabriquer leurs missiles et leurs drones (et accusent l’Iran de les leur fournir). Qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse ? En Iran, que font-ils ? Ils fabriquent leurs propres armements ! Et nous avons tout à fait le droit de faire la même chose.

J’affirme que les Etats-Unis n’ont pas le droit de débattre avec nous sur ce droit. Voilà pour le premier point. En quoi ça te regarde ? Qu’il y ait de telles usines ou non, ça ne te regarde en rien. Je vous affirme qu’il n’y a pas de telles usines jusqu’à présent, mais vous n’avez aucun droit de me poser la question ! Qu’il y ait des usines ou pas, mêlez-vous de ce qui vous regarde ! Nous avons parfaitement le droit de posséder toutes les armes qui nous permettent de défendre notre pays, qu’on les achète, qu’on nous les donne ou qu’on les fabrique. Voilà pour le premier point.

Deuxièmement, si les Etats-Unis persistent à ouvrir ce dossier, alors je leur dis et je leur annonce ceci : nous possédons toutes les capacités techniques et humaines, grâce à nos jeunes (du Hezbollah), pour fabriquer des missiles de précision, et nous sommes parfaitement capables d’importer au Liban tous les équipements requis pour ouvrir de telles usines. Je déclare ce soir que si les Etats-Unis continuent à ouvrir ce dossier, que monde entier sache que nous ouvrirons des usines de fabrication de missiles de précision au Liban !

[Audience : A ton service, ô Nasrallah !]

Jusqu’à présent, nous n’avons pas de telles usines (au Liban), mais s’ils continuent à ouvrir ce dossier, ils nous convaincront de le faire ! Après, le gouvernement parle beaucoup des problèmes de l’industrie libanaise. Aujourd’hui, un des plus grands maux dans le monde est la vente d’armes… Pourquoi vous riez, je parle sérieusement ! Nous sommes capables de fabriquer des missiles de précision et de les vendre au monde entier, et ainsi d’aider les caisses de l’Etat libanais. Ça vous va ?

C’est pourquoi je conseille à M. Satterfield de rester tranquille et de faire le travail qu’on lui demande (sans empiéter sur nos affaires), puisqu’il prétend être là pour aider… Mais qui veut-il (vraiment) aider ? Parce que vous savez qu’en général, les Etats-Unis ne sont pas des intermédiaires. Ils ne sont là que pour faire des pressions et défendre les intérêts d’Israël, et que Dieu aide nos frères libanais responsables de ces négociations.

Que Satterfield ferme donc ce dossier et ne perde pas son temps en (vaines) menaces, et ne se démène pas pour rien. Qu’il ne se démène pas pour rien. C’est notre droit naturel (que d’avoir toutes les armes requises), nous y resterons attachés, et les menaces ne mènent à rien avec nous. Ces menaces ne sont pas nouvelles, mais datent de 2 ou 3 ans. J’y ai déjà répondu, et je ne veux pas avoir à me répéter, ok ? Maintenant, avant ou après, notre position restera la même.

En conclusion, ô mes chers et nobles frères, en cette Journée d’Al-Quds, en cette 40e année de la célébration de cette journée, notre Axe (de la Résistance) est en position de force, de même que notre front (sur les champs de bataille). Il est vrai que durant ces dernières années, nous avons fait beaucoup de sacrifices, mais par la grâce du sang des martyrs, nous sommes sortis de tous ces sacrifices plus forts et plus présents. Et c’est empli de force, de détermination, de foi et de certitude que je vous affirme à tous que nous pouvons faire échouer l’Accord du Siècle, et en première ligne le peuple palestinien : lorsque les Palestiniens sont unanimes dans leur position souveraine, comme je l’ai appelée, au sujet de l’Accord du Siècle et de la Conférence du Bahreïn (qui sont condamnées par toutes les factions), personne ne pourra nous imposer quoi que ce soit, ni aux Palestiniens, ni à la région (dans son ensemble). Lorsque le peuple syrien refuse de céder le Golan, le Golan ne deviendra jamais israélien, même si Trump redessine les cartes et signe en-dessous, comme l’a annoncé Netanyahou hier. Qu’ils signent tout ce qu’ils veulent, fassent tout ce qu’ils veulent, et disent tout ce qu’ils veulent, (ce sera vain). Si nous restons présents sur le champ (de bataille), sur tous les champs de bataille, attachés à nos droits, et avant toute chose, après toute chose et avec toute chose, que nous ayons confiance en Dieu et en Sa promesse de victoire, si nous croyons en Lui, en nos peuples, en nos générations, en nos hommes, en nos femmes, en nos capacités intellectuelles et nos mentalités et en notre volonté, l’avenir appartient à Al-Quds, et non à Trump ni à tous les nabots (insignifiants) qui œuvrent sur le sentier de Trump.

Que la paix soit sur l’âme du grand Khomeini, qui a fondé cette Journée, bonne fête (d’Al-Quds), et que Dieu vous accorde la victoire et la gloire.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, abonnez-vous à la Newsletter.

Le sommaire de Sayed Hasan
Le dossier Hezbollah
Les dernières mises à jour

Source : Sayed Hasan
https://lecridespeuples.fr/…

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.