Aller à…
RSS Feed

Non Obama n’est pas une colombe!



Roubaud Pierre
Friday, January 24, 2014 6:41 PM

Pour info et signature.

J’ai assuré la traduction française (ci-dessous) pour ceux qui me répondent, répétitivement, ne pas pouvoir lire les textes anglais que je relaie. N’étant en rien un anglophone distingué, j’ai pris des libertés mais respecté le fond, bien évidemment.

Cordialement

paul monmaur

————————————————————————————–

S’il y a un projet de loi qui ne doit pas être soumis à un vote, c’est bien le « Bill 1881 ». Ce projet de loi qui appelle à l’intensification des sanctions contre l’Iran mettrait en échec les fructueux pourparlers actuels sur le nucléaire iranien. Or, le Leader de Majorité de Sénat, Harry Reid, pourrait le soumettre au vote du Sénat à n’importe quel moment. Le président Obama a appelé ce projet de loi « une marche vers la guerre »! Demandons au Sénateur Reid de ne pas engager et/ou de mettre fin à toute procédure de ce type.

Le président Obama dit qu’ il opposera son veto à ce projet. Mais en raison de la forte pression exercée par l’AIPAC (un très puissant lobby américain pro sioniste), le Sénat a déjà 59 co-sponsors et il n’a besoin que de 8 votes supplémentaires pour que le projet de loi puisse passer outre un veto présidentiel.

Nous avons donc besoin de VOUS pour agir : Signez cette pétition (cliquer sur le lien Sign this petition to Senator Reid now dans le texte anglais ci-dessous) destinée au Sénateur Reid et prenez ensuite une minute pour appeler son bureau (202) 224-3542. Dites-lui de ne pas saper cette chance exceptionnelle qu’est la voie diplomatique en cours.

Le 24/01/2014, PR a écrit:

Personnellement je ne signerai pas cette pétition. En effet, ce texte vise à donner au Président Obama le beau rôle alors qu’il est le principal responsable de la guerre en cours en Syrie. Les « fructueux pourparlers » dont parle la pétition sont stérilisés à la source par l’exigence répétée d’Obama de choisir lui-même qui doit être le Président de la Syrie. Le lobby sioniste a bon dos, alors qu’Obama lui-même ne cesse d’accorder à Israël toute l’aide, notamment militaire, dont ses dirigeants ont besoin pour continuer leur politique agressive de colonisation de la Palestine et de menaces d’agression, notamment contre l’Iran. Le chasseur qui élève et lâche le faucon sur les proies qu’il lui a choisies, ne saurait être représenté avec la blancheur de la colombe.

L’impérialisme des Etats-Unis est un habitué des agressions armées sous couvert de défense des libertés et promotion de la démocratie. Il sait s’emparer du drapeau des luttes populaires, quitte à les provoquer et les encourager lui-même en imposant aux gouvernements qui échappent à sa tutelle des sanctions dont leurs peuples sont les victimes. Lorsque survient alors leur répression, ils encouragent leur protestation et n’hésitent pas devant tous les mensonges et toutes les provocations susceptibles d’envenimer les conflits. En Irak, ils ont inventé les preuves d’une « fabrication d’armes de destruction massive ». En Libye ils ont inventé un « bombardement de la foule » par les avions de Khadafi. En Syrie, ils ont placé des tireurs sur les toits, dont les victimes ont été aussitôt présentées comme celles d’agents du régime en place, puis ils ont prétendu détenir des preuves (qu’ils n’avaient pas !) à propos de l’usage d’armes chimiques contre les opposants. A Kiev, les voici qui recommencent avec le même scénario : on y parle à nouveau de « tireurs sur les toits ». Bien sûr, ces tireurs ne sauraient être autres que ceux du gouvernement en place ! Un mouvement largement dirigé par les groupes ouvertement nazis de « Svoboda » et quelques figures comme Klitchko qui paie ses impôts aux USA et bénéficie de la résidence en Allemagne prétend imposer, contre un pouvoir régulièrement élu suivant les critères mêmes des démocraties occidentales, par un coup d’Etat, la mise à sac de l’Ukraine au profit des multinationales yankees, via leurs vassaux de l’Union Européenne.

L’impérialisme yankee entretient ses bases militaires dans des dizaines de pays à travers le monde. Ses vassaux, notamment français, le soutiennent dans cette entreprise ouverte de domination mondiale, notamment en Afrique, mais aussi en Syrie, en Afghanistan, ou a Haïti, et c’est Obama que l’on voudrait nous présenter comme une colombe !

Non, je ne pourrai pas signer cette pétition.