Aller à…
RSS Feed

Norman Finkelstein : Pourquoi les Juifs américains n’ont embrassé Israël qu’après la guerre de juin 1967


Boîte de réception
Le Cri des Peuples Se désabonner
Le Cri des Peuples
Norman Finkelstein : Pourquoi les Juifs américains n’ont embrassé Israël qu’après la guerre de juin 1967

lecridespeuples

Juin 5

Dans la deuxième partie de notre interview spéciale en trois parties, l’auteur et universitaire Norman Finkelstein analyse les facteurs matériels, émotionnels et psychologiques derrière l’adoption d’Israël par les Juifs américains après la guerre de juin 1967.

Source : The Real News, 5 juin 2017

Traduction : lecridespeuples.fr

Vidéo sous-titrée de la première partie de l’interview. Voir sa transcription ici : Guerre des 6 jours : que s’est-il réellement passé en juin 1967 ?

Transcription :

Aaron Mate : C’est The Real News. Je suis Aaron Mate. Nous poursuivons notre discussion avec l’auteur et universitaire, Norman Finkelstein, sur le 50ème anniversaire de la guerre de 1967.

Norman, abordons le contexte américain, le contexte américano-juif. L’un des principaux arguments que vous avez avancés dans votre ouvrage est qu’Israël n’a pas joué un grand rôle dans la vie juive américaine avant 1967, ce qui, je pense, surprendrait beaucoup de gens. Qu’est-ce qui a changé alors ? Que s’est-il passé ? Pourquoi Israël est-il devenu tout à coup une question importante pour les Juifs américains ?

Norman Finkelstein : Eh bien, il y a un philosophe hongrois, un philosophe marxiste. Il a, bien sûr, disparu de la scène il y a longtemps. Il s’appelait Lukács. Il a dit un jour qu’il est important, toujours, de voir le présent comme une histoire, de voir le présent dans un contexte historique. Cette remarque a toujours résonné en moi lorsque j’étudiais l’histoire du conflit israélo-palestinien et que j’écrivais, dans une certaine mesure, mais pas en grande partie, sur l’Holocauste nazi et sa réception aux États-Unis. Le fait est qu’Israël et l’Holocauste ont joué un rôle très marginal dans la vie juive américaine jusqu’en 1967. Par exemple, à un moment donné, j’ai parcouru les principaux périodiques juifs de la période allant de la fondation d’Israël à 1967. Il n’y a pratiquement rien sur Israël si vous prenez le principal périodique juif socialiste qui était vraiment juif mais socialiste avec des rédacteurs juifs, Dissent Magazine. Des gens comme Irving Howe, qui sont des intellectuels juifs américains très importants, sont devenus plus tard vocalement pro-Israël.

Dissent a été fondé en 1954. Entre 1954 et 1967, il n’y a que trois articles sur Israël dans Dissent. Sur ces trois articles, l’un d’entre eux condamne Israël pour l’invasion de l’Égypte en 1956, l’attaque du Sinaï. Vous prenez le périodique juif le plus mainstream. Le périodique de l’establishment était le magazine Commentary. Il y avait une blague célèbre de Woody Allen, « Qu’est-ce que vous obtenez si vous combinez Dissent avec Commentary ? Vous obtenez Dissentary. » Il faut être de cette époque pour l’apprécier. Les commentaires édités par une personne nommée Norman Podhoretz à partir de 1960, Podhoretz arrive en première ligne des rédacteirs de Commentary. Podhoretz est aussi devenu un partisan vocal d’Israël après 1967. En 1960, il est rédacteur en chef de Commentary. C’est très intéressant. J’ai lu tous les numéros de 1960 à 1967. Il n’y a pratiquement aucune mention d’Israël.

De temps en temps, il y avait un article comme « Mon fils a fait sa bar-mitsva en Israël ». Ce sont des histoires d’intérêt humain, mais très peu en rapport avec la politique d’Israël.

Aaron Mate : Il y avait une connexion, cependant, pendant cette période entre la gauche juive américaine et Israël. Elle est personnifiée par Noam Chomsky qui est allé vivre là-bas avec sa femme, n’est-ce pas ?

Norman Finkelstein : Oui. Eh bien, le professeur Chomsky, à l’époque, n’était pas un gauchiste connu. Il ne s’est fait connaître qu’au début des années 60 avec la guerre du Vietnam.

Aaron Mate : C’était les socialistes. A l’époque, c’était encore des socialistes.

Norman Finkelstein : Oui. Les gens ont gagné la gauche et le spectre et cela nous amène à la question de savoir pourquoi les gens de la gauche du spectre politique n’avaient pas peur de l’accusation de double allégeance parce qu’ils avaient une deuxième allégeance envers l’Union soviétique. Cela faisait partie de leur vie politique. L’idée d’une double loyauté n’a pas effrayé la gauche juive américaine parce qu’elle avait déjà une double allégeance, mais ceux qui voulaient être dans le courant dominant de la vie américaine, ce que le parti communiste n’était évidemment pas, la plus grande peur des Juifs a toujours été cette accusation de double allégeance, qu’ils ne sont pas vraiment loyaux envers leur État de citoyenneté, mais envers cette entité appelée les Juifs internationaux, cette conspiration des Juifs internationaux. Il y a toujours eu, parmi les Juifs, la crainte d’être étiquetés comme ayant une double allégeance envers leur État mais aussi envers le judaïsme international.

Depuis la fondation d’Israël en 1948, il y a un vrai problème maintenant parce qu’il y a une base institutionnelle pour la revendication de la double allégeance. Israël prétend être l’État des Juifs. Les Juifs américains ont maintenant un gros fardeau. Le fardeau est le suivant : voici un État qui dit que nous réclamons votre allégeance et que vous devriez nous être loyaux. C’est après la Seconde Guerre mondiale que, pour des raisons qui n’ont pas encore été clairement analysées, toutes les portes s’ouvrent soudainement aux Juifs. C’est une période d’incroyable mobilité ascendante parmi les Juifs américains. Alors que cette mobilité ascendante semble soudainement une perspective réelle, la dernière chose que les Juifs américains veulent est d’être étiquetés comme ayant une double loyauté envers Israël. Ils gardent Israël à distance parce que (1) ils ne veulent pas être accusés de double loyauté, en général, mais (2) parce qu’ils sont maintenant sur le point de réussir dans la société américaine.

Aaron Mate : Qu’est-ce qui change alors avec la guerre de 67 ?

Norman Finkelstein : Eh bien, la principale chose qui change est que, maintenant, Israël devient intégré à la puissance américaine, les États-Unis commencent à appeler Israël leur atout stratégique parce qu’Israël a prouvé qu’il était une force de combat de première classe dans la guerre de 67.

Aaron Mate : Il a porté un coup au nationalisme arabe en écrasant Nasser.

Norman Finkelstein : Il a éliminé Nasser, il a éliminé le nationalisme arabe radical, il l’a achevé, et les États-Unis voulaient aussi l’achever. Ce n’était pas seulement Dayan et Ben-Gourion, les États-Unis, aussi, voulaient éliminer ce parasite nommé Nasser. Maintenant, ce qui se passe, c’est que soudainement, les Israéliens sont des héros aux États-Unis. Ils sont des combattants avec des commandants compétents. Maintenant, vous devez vous rappeler, c’est l’époque où les États-Unis souffrent de sérieux revers au Vietnam. Notre propre force de combat ne semble pas être très impressionnante. Maintenant, ce qu’on a longtemps appelé…

Aaron Mate : Aussi se faire battre par un pays du tiers monde.

Norman Finkelstein : Exact, également le fait d’être vaincus par ces pays du tiers monde, anti-impérialistes, et ainsi de suite. Maintenant, Israël semble écraser les hordes anti-impérialistes du tiers-monde au Moyen-Orient. Ils gagnent des guerres, alors que les États-Unis en perdent une. En fait, à cette époque, il a été dit, « Ce que nous devons faire, c’est-à-dire les États-Unis, nous devons amener Moshe Dayan au Vietnam. » Oui, c’est ce qui a été dit à cette époque. « Il va nous montrer comment gagner la guerre. » Il y est allé en 1966, selon ma mémoire, mais je pourrais me tromper. Ma mémoire dit 1966 mais je peux me tromper. En tout cas, maintenant, les tables avaient tourné alors qu’avant, si vous êtes pro-Israël, ça ressuscitait l’accusation de double allégeance. Maintenant, si vous êtes pro-Israël, vous êtes super loyal envers les États-Unis parce qu’Israël défendait nos intérêts au Moyen-Orient et qu’il gagnait. Maintenant, il était sans risque d’être pro-israélien parce qu’Israël était notre atout stratégique.

Aaron Mate : Pas seulement sans risque, mais avantageux. Je veux vous citer quelque chose mais vous avez raison. Vous parlez du sionisme néoconservateur et vous avez raison. Ce sionisme enthousiaste ne souscrivait même pas au principe sioniste selon lequel les Juifs n’avaient aucun avenir dans le monde des Gentils. Au contraire, ils se sont convertis au sionisme parce que cela a facilité leur acceptation aux États-Unis.

Norman Finkelstein : Oui. Parce que maintenant, si vous êtes pro-Israël, vous êtes un héros aux États-Unis parce qu’Israël défendait nos intérêts en gagnant. C’était un cachet d’être pro-israélien après 67. Il y avait aussi… Ce sont des avantages en nature. L’un des avantages secondaires, qui est complètement oublié aujourd’hui parce que la culture a changé si radicalement, l’image des Juifs à l’époque, les Juifs étaient médiocres et insignifiants, si vous pouvez traduire ce terme [nebbishy] de l’anglais.

Aaron Mate : Woody Allen.

Norman Finkelstein : Oui. Les Juifs étaient ringards, les Juifs étaient des schlemiels [imbéciles]. C’est comme ça qu’on nous décrivait à l’époque. Les Juifs étaient des mauviettes. C’est le stéréotype culturel général, le type Woody Allen, le Juif maigrelet avec des lunettes à monture d’écaille. A cela s’ajoute l’image des Juifs de l’Holocauste nazi.

Aaron Mate : Les moutons à l’abattoir.

Norman Finkelstein : Oui. C’est tellement drôle de le dire maintenant parce que les gens me regardent comme si je venais d’une autre planète. À l’époque, c’était très embarrassant d’être un survivant de l’holocauste nazi. Mes parents, comme vous le savez, ont tous deux été victimes de l’holocauste nazi. Mon père était à Auschwitz et ma mère à Majdanek. Tous les membres de leurs familles ont été exterminés des deux côtés. Ma mère se mettait toujours en colère quand on lui posait la question : « Comment as-tu survécu ? » Maintenant, vous pensez que c’est une question innocente. En fait, la plupart du temps, je pense que la question était posée innocemment, mais il y avait toujours une allusion subtile ou ma mère la percevait comme telle, à savoir que la seule façon de survivre était de faire quelque chose de sale.

Aaron Mate : De collaborer.

Norman Finkelstein : Il faut avoir fait quelque chose, sinon, « Comment as-tu survécu ? » Je me souviens, parfois les gens posaient leur question à ma mère innocemment et elle disait : « Quelle sale question. » L’autre chose, c’est que ceux qui n’ont pas survécu, ils sont allés à l’abattoir. C’était un signe de honte d’avoir survécu. Israël, je déteste ce mot mais je vais l’utiliser maintenant, a essayé de retravailler le récit. Ils ont commencé à y faire référence quand il s’agissait de l’Holocauste nazi et des commémorations. Ils ne l’ont pas appelé le « Jour du souvenir ». Ils l’ont appelé le « Jour de la résistance et du souvenir » parce qu’ils ont créé toute cette mythologie selon laquelle il y avait une résistance juive massive à l’Holocauste nazi.

Aaron Mate : Eh bien, là où c’était possible, il y a eu une telle résistance, évidemment.

Norman Finkelstein : Il n’y en avait pas.

Aaron Mate : Là où ils le pouvaient…

Norman Finkelstein : Il faut être honnête, il n’y en a pas eu. Si l’Armée rouge russe a vaincu de justesse les nazis, que certains Juifs rassemblés dans le ghetto, alors qu’ils sont terrassés par des années de faim et de destruction, aient pu avoir l’idée de résistance… L’une des raisons pour lesquelles Raul Hilberg, le célèbre historien de l’Holocauste nazi…

Aaron Mate : Il a écrit La destruction des juifs d’Europe.

Norman Finkelstein : Oui. Il a été honni par l’industrie de l’Holocauste parce qu’il n’arrêtait pas de dire qu’il n’y avait pas eu de résistance. Il faut être honnête.

Aaron Mate : Quand vous dites l’industrie de l’Holocauste, juste pour clarifier les choses, vous dites ceux qui exploitent la mémoire de l’Holocauste et…

Norman Finkelstein : Oui. Et qui créent toutes sortes de mythologies. C’était un historien méticuleux qui n’avait aucune idéologie à faire valoir. Il était vraiment l’une de ces rares personnes qui ne s’intéressait qu’aux faits, madame, qu’aux faits, comme on disait dans Dragnet. Il n’y avait pas de résistance. Il ne pouvait pas y avoir…

Aaron Mate : Exactement. Oui, il ne pouvait pas y en avoir.

Norman Finkelstein : Il ne pouvait pas y avoir de résistance, mais les sionistes voulaient créer l’image du combattant juif. Pour aller vite, après 1967, les Juifs avaient maintenant une nouvelle image. Quelque chose de totalement nouveau et pour ainsi dire, l’histoire juive, l’image du combattant juif. Les Juifs américains l’ont saisie. Ils l’ont adorée. Ils l’ont adorée. Il y avait, en fait, un très bon livre écrit il y a environ 30 ans maintenant par Paul Breines. C’est un professeur. Il est probablement déjà passé à la trappe. Il s’appelle « Tough Jews » [Juifs durs à cuire]. Il raconte qu’après 1967, tout d’un coup, on commence à voir cette prolifération de romans écrits par des Juifs sur des Juifs aux cheveux blonds, aux yeux bleus et musclés. C’était totalement inédit auparavant. Des Juifs blonds, des Juifs aux yeux bleus, des Juifs musclés.

Aaron Mate : Je ne connais pas beaucoup de Juifs aux cheveux blonds.

Norman Finkelstein : Les Juifs, la juiverie américain, ils ont vraiment saisi l’idée du combattant.

Aaron Mate : C’est vraiment un cas typique de la dynamique macho. Ce sentiment artificiel gonflé de dureté et de virilité est atteint par la projection. Cela revient à frapper des personnes sans défense. Les Arabes en 67, comme vous l’avez documenté dans la première partie, ne se sont pas beaucoup battus. Bien sûr, les Palestiniens sous l’occupation, qui est en fait un rouleau compresseur, n’ont pas non plus d’armée.

Norman Finkelstein : Eh bien, c’est une dynamique très étrange. Je n’aime pas trop la psycho-histoire, mais il y a une sorte de dimension psychologique à cela, qui a beaucoup de pertinence même pour ce public parce que c’était l’époque où les tensions réelles sont apparues à la surface entre la communauté juive et la communauté afro-américaine. Juste au moment de la guerre de 1967, la grève scolaire de 1968 à New York opposait le syndicat des enseignants, en grande partie juif et dirigé par Albert Shanker, à la communauté afro-américaine d’Ocean Hill-Brownsville. Il y avait, maintenant, beaucoup de tensions entre les Afro-Américains et les Juifs. Même lorsque vous lisez les mémoires de Norman Podhoretz, Making it, il parle de la façon dont il avait toujours peur d’être battu par les Afro-Américains. Une grande partie de ce psychodrame qui se joue aux États-Unis en frappant les Arabes est un déplacement des tensions avec les Afro-Américains aux États-Unis entre les Afro-Américains et les Juifs. C’est une dynamique bizarre.

Aaron Mate : Est-ce la raison pour laquelle, dans les années 80 et 90 et peut-être même dans les années 2000, j’ai lu des articles sur des personnalités juives traditionnelles se plaignant de « l’antisémitisme noir », comme si c’était un problème sérieux ?

Norman Finkelstein : Eh bien, c’est un peu une digression, mais je pense que cela mérite tout de même un commentaire, car l’histoire a été complètement réécrite. Quand on parle de cette époque, les seules personnes dont on vous parle sont Schwerner et Goodman, le rabbin Heschel qui ont été tués pendant le Freedom Summer dans le sud. Bien sûr, ils méritent toute la reconnaissance qu’on leur accorde. Mais il y a un « mais ». Il faut être honnête sur ce qu’était la communauté juive américaine à l’époque où j’y ai grandi. Je ne connaissais pas de non-juif jusqu’à ce que j’entre à l’université. Non, c’est littéralement vrai. C’était des enclaves ethniquement très homogènes. Maintenant, mon école avait des non-Juifs. Pas comme au lycée. Vous ne l’auriez jamais su parce que c’était une ségrégation interne. Toutes les classes d’honneur ou ce qu’on appelait à l’époque, les classes d’honneur et les classes brillantes étaient toutes juives sans exception. Bon, en fait, il y avait deux exceptions.

Quoi qu’il en soit, pour en revenir au sujet, la communauté juive était tellement raciste. Maintenant, avec le recul, c’est un casse-tête, mais personne n’a jamais accepté dans ma famille, personne n’a jamais appelé les noirs « Negros », qui était le terme approprié à l’époque. C’était toujours « Niggers », les gens de couleur, et les Schwarzes. C’était la communauté juive. Maintenant, tout a été oublié. Ils ont parlé dans Ocean Hill-Brownsville de l’antisémitisme noir, mais ce qui a été complètement oublié, c’est le racisme juif, qui était très présent dans la communauté juive. C’était mon quartier. C’est à ça que ça ressemblait. Toute la haine et le dégoût animistes envers les Afro-Américains ont été déplacés sur les Arabes après 1967. C’est un phénomène très étrange, personne ne l’a jamais commenté, mais il fallait l’avoir vécu pour voir ce qui se passait, comme un point intéressant après la victoire d’Israël en 67.

Les Arabes sont maintenant humiliés, la guerre des six jours, comme on l’appelait, a anéanti toutes les armées arabes. On a prétendu que les Arabes n’avaient plus ce qu’on appelait, à l’époque, une option de guerre, car voici ce qu’on disait alors : « Les Arabes ne savent pas se battre. » Vous savez comment ils appelaient les Arabes ? Les Israéliens leur donnaient des surnoms. On les appelait les singes. C’est pourquoi la guerre de 73 a été un tel choc pour Israël, car ils avaient intériorisé tout le racisme. Les Arabes ne savent pas se battre. Ils ne croyaient pas que les Arabes pouvaient monter une attaque contre Israël. C’était le racisme.

Aaron Mate : Ok. Ce qui nous amène à notre prochaine partie, la troisième partie, où nous allons parler de ce qui a changé dans le monde en 67 et de ce qui s’est passé au cours des 50 années qui ont suivi l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza. Mon invité est Norman Finkelstein.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter, Facebook, Youtube et VKontakte.
Commentaire

Tip icon image Vous pouvez également répondre à cet e-mail pour laisser un commentaire.

Désabonnez-vous pour ne plus recevoir d’articles de Le Cri des Peuples.
Modifiez vos réglages d’e-mail à la page de gestion des abonnements.

Le lien ne fonctionne pas ? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur :
Norman Finkelstein : Pourquoi les Juifs américains n’ont embrassé Israël qu’après la guerre de juin 1967
Propulsé par WordPress.com
Télécharger depuis l’App Store Télécharger depuis Google Play
Zone contenant les pièces jointes
Prévisualiser la vidéo YouTube Norman Finkelstein : Que s’est-il vraiment passé pendant la guerre des 6 jours ?

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x