Aller à…
RSS Feed

On ne peut lutter contre le djihadisme sans soutenir


Jean Briere
18/11/2014

Beaucoup d’émotions de compassion pour ce jeune Américain converti à l’islam et néanmoins décapité..par contre les horribles mercenaires de Bachar El Assad eux ils n’ont selon notre presse que ce qu’ils méritent …à vrai dire ils n’existent pas , pas un mot pour ces décapités

Nous sommes devant la plus effroyable imposture de tous les temps , en France le premier djihadiste de France c’est François Hollande Pour François hollande et Obama l’ennemi à abattre c’est Bachar El Assad. les djihadistes de Syrie armés par l’Arabie saoudite, la Turquie islamique qui leur sert de base arrière, sont leurs hommes de main. Sans eux il y a belle lurette que la Syrie serait en paix .
L’entière responsabilité des massacres dont sont victimes les populations de Syrie repose sur la politique extérieure de l’état terroriste américain et de ses larbins europeens , .
IL faut justifier une éventuelle intervention sur le sol de Syrie de l’armée américaine. Objectif : la liquidation de Bachar El Assad. A signaler que le « philanthrope » Georges Soros grand manitou des révolutions oranges et autres explique trés clairement que l’ennemi ce ne sont pas les djihadistes mais la Russie

Il va de soi que le califat est extrêmement utile pour aider à la destruction de l’Iran et de la Russie. Rappelons nous les abominations lancés par nos humanistes protchéchènes quand Poutine a « réglé » le problème Tchétchéne . Il est bien entendu que la confessionnalisation systématique des conflits par les Américiains depuis le Kossovo est à l’origine de l’essor du djihadisme .

On ne peut lutter contre le djihadisme sans soutenir leur vrai ennemi Bachar El Assad .Il faut refuser toute rationnalité pour nier cette évidence

Comme pour l’Afghanistan la politique d’agression planétaire américaine a pour effet d’auréoler leur créature le califat comme un vrai mouvement antisatanique sinon révolutionnaire qui va faire régner la charia sur la planéte , de quoi enflammer les ados paumés de nos banlieues qui subissent également les effets de leur testostérone