Aller à…
RSS Feed

Opération militaire spéciale : le démantèlement de l’Ukraine et de l’OTAN sont en bonne voie


Le Cri des Peuples Se désabonner

ven. 16 déc.

Le Cri des Peuples
Opération militaire spéciale : le démantèlement de l’Ukraine et de l’OTAN sont en bonne voie

lecridespeuples

Déc 16
La guerre de Boucles d’Or

Par Dmitry Orlov, le 2 Décembre 2022

Source : The Saker’s Blog

Traduction : Le Saker Francophone

Êtes-vous satisfait de la façon dont se déroule la guerre dans l’ancienne Ukraine ? La plupart des gens ne le sont pas, pour une raison ou une autre. Certains détestent le fait qu’il y ait une guerre, tandis que d’autres l’aiment mais détestent le fait qu’elle n’ait pas encore été gagnée, par l’un ou l’autre camp. On trouve des quantités abondantes de ces deux types de haine de part et d’autre du nouveau rideau de fer qui se construit à la hâte à travers l’Eurasie entre l’Ouest collectif et l’Est collectif. Cela semble raisonnable ; après tout, détester la guerre est une procédure standard pour la plupart des gens (la guerre, c’est l’enfer, ne le savez-vous pas !) et, par extension, une petite guerre est préférable à une grande et une guerre courte est préférable à une longue. De plus, un tel raisonnement est banal, commun, d’une platitude, insipide, prévisible, sans imagination et… bromidique (selon le Thesaurus anglais).

Il est rare de trouver un observateur de la guerre qui soit satisfait de son déroulement et de sa durée. Heureusement, la télévision d’État russe en montre un très important, presque quotidiennement. Il s’agit du président russe, Vladimir Vladimirovitch Poutine. Pour l’avoir observé depuis plus de vingt ans, je peux affirmer avec confiance qu’il n’a jamais été aussi imprégné de calme, de sérénité et d’assurance, le tout assaisonné d’humour. Ce n’est pas le comportement de quelqu’un qui se sent en danger de perdre une guerre. Les hauts gradés du ministère de la Défense semblent sombres et moroses devant la caméra – un comportement qui sied à des hommes qui envoient d’autres hommes se battre, voire être blessés ou mourir ; mais hors caméra, ils s’envoient de rapides sourires de Mona Lisa. (Les hommes russes ne font pas de stupides sourires dentés à l’américaine, ils montrent rarement leurs dents lorsqu’ils sourient, et jamais en présence de loups ou d’ours).

Étant donné que la cote de popularité de Poutine avoisine les 80 % (un chiffre hors de portée de tout politicien occidental), il est raisonnable de supposer qu’il n’est que la partie visible d’un gigantesque iceberg de 100 millions de Russes qui attendent calmement la conclusion réussie de l’Opération militaire spéciale visant à démilitariser et à dénazifier l’ancienne République socialiste soviétique d’Ukraine (alors, s’il vous plaît, n’appelez pas cela une guerre). Ces 100 millions de Russes sont rarement entendus, et lorsqu’ils font du bruit, c’est pour protester contre les lenteurs bureaucratiques ou pour collecter des fonds privés afin de remédier à la pénurie de certains équipements spéciaux demandés par les troupes : lunettes de vision nocturne, quadrocoptères, viseurs optiques et toutes sortes d’équipements tactiques sophistiqués.

Les 1 ou 2 % dont le plan d’affaires a été anéanti par l’apparition soudaine du nouveau rideau de fer font beaucoup plus de bruit. Les plus stupides d’entre eux pensaient que fuir à l’ouest ou au sud (vers la Turquie, le Kazakhstan ou la Géorgie) résoudrait leur problème comme par magie ; ce n’est pas le cas, et ça ne le sera pas. Les personnes dont on peut s’attendre à ce qu’elles crient le plus fort sont les activistes LGBTQ+, qui pensaient qu’ils allaient utiliser les subventions occidentales pour construire des Sodome et Gomorrhe orientales. Ils ont été entravés et muselés par les nouvelles lois russes qui les qualifient d’agents étrangers et interdisent leur type de propagande. En fait, le terme même de LGBTQ+ est désormais illégal, et je suppose donc qu’ils devront utiliser PPPPP+ à la place (« P » est pour « pídor », qui est le terme générique russe pour toute sorte de pervers sexuel, dégénéré ou déviant). Mais je m’égare.

On peut observer assez facilement que ceux qui sont les moins heureux du déroulement de la campagne russe sont aussi les moins susceptibles d’être russes. Les moins heureux de tous sont les bonnes gens du Centre des opérations informationnelles et politiques du Service de sécurité ukrainien, qui sont chargés de créer et de maintenir le fantôme de la victoire ukrainienne. Ils sont suivis par des personnes à Washington et dans les environs, qui sont assez exaspérées par la lenteur extrême de la Russie. Ils ont également eu beaucoup de mal à montrer que les Ukrainiens gagnent alors que les Russes perdent ; à cette fin, ils ont présenté chaque repositionnement ou retrait tactique russe comme une énorme défaite humiliante pour Poutine et chaque attaque ukrainienne implacable et suicidaire contre les positions russes comme une grande victoire héroïque. Mais cette tactique de relations publiques a perdu de son efficacité au fil du temps et l’Ukraine est devenue un sujet toxique aux États-Unis, que la plupart des politiciens américains préféreraient oublier, ou du moins ne pas aborder dans les médias.

Pour être juste, le jeu tactique du chat et de la souris des Russes dans ce conflit a été tout simplement exaspérant. Les Russes ont passé un certain temps à tourner autour de Kiev pour éloigner les troupes ukrainiennes du Donbass et empêcher une attaque ukrainienne sur ce territoire ; une fois que cela a été fait, ils se sont retirés. Grande victoire ukrainienne ! Ils ont également passé un certain temps à contourner le littoral de la mer Noire près d’Odessa, menaçant d’une invasion maritime, afin d’attirer les forces ukrainiennes dans cette direction, mais n’ont jamais envahi. Une autre victoire ukrainienne ! Les Russes ont occupé une grande partie de la région de Kharkov que les Ukrainiens avaient laissé en grande partie sans défense, puis, lorsque les Ukrainiens y ont finalement prêté attention, ils se sont partiellement retirés derrière une rivière pour conserver leurs ressources. Encore une victoire ukrainienne ! Les Russes ont occupé/libéré la capitale régionale de Kherson, évacué toutes les personnes qui voulaient être évacuées, puis se sont retirés dans une position défendable derrière une rivière. Encore une victoire ! Avec toutes ces victoires ukrainiennes, il est vraiment étonnant que les Russes aient réussi à gagner environ 100 km2 des biens immobiliers les plus précieux de l’ancienne Ukraine, plus de 6 millions d’habitants, à sécuriser une route terrestre vers la Crimée et à ouvrir un canal vital qui l’alimente en eau d’irrigation et que les Ukrainiens avaient bloqué il y a quelques années. Cela ne ressemble pas du tout à une défaite ; cela ressemble à un excellent résultat d’une campagne d’été unique et limitée.

La Russie a déjà atteint plusieurs de ses objectifs stratégiques ; le reste peut attendre. Combien de temps doivent-ils attendre ? Pour répondre à cette question, nous devons regarder au-delà de la portée limitée de l’opération spéciale de la Russie en Ukraine. La Russie a de plus gros poissons à frire, et frire du poisson prend du temps parce que manger du poisson pas assez cuit peut vous donner de méchants parasites comme le ver solitaire et la douve du foie. C’est pourquoi j’aimerais vous inviter dans la cuisine secrète de Mère Russie, pour voir ce qui se trouve sur la planche à découper et estimer la quantité de traitement thermique nécessaire pour transformer tout cela en un repas sûr et nutritif.

En mélangeant nos métaphores alimentaires, permettez-moi de vous présenter Boucle d’or, ses trois ours et son porridge ni trop chaud ni trop froid. Ce que la Russie semble faire, c’est maintenir son opération militaire spéciale à un rythme régulier – ni trop rapide, ni trop lent. Si l’on va trop vite, on n’a pas le temps de cuire les différents poissons ; si l’on va trop vite, on augmente aussi le coût de la campagne en pertes et en ressources. Un rythme trop lent donnerait aux Ukrainiens et à l’OTAN le temps de se regrouper et de se réarmer et empêcherait le traitement thermique adéquat des différents poissons.

Afin de trouver le rythme optimal pour le conflit, la Russie n’a initialement engagé qu’un dixième de ses soldats professionnels en service actif, puis a travaillé dur pour minimiser le taux de pertes. Elle a choisi de commencer à éteindre les lumières dans toute l’ex-Ukraine seulement après que le régime de Kiev a tenté de faire sauter le pont du détroit de Kertch qui reliait la Crimée au continent russe. Enfin, elle n’a fait appel qu’à 1 % de réservistes pour soulager la pression exercée sur les troupes de la ligne de front et préparer éventuellement l’étape suivante, à savoir une campagne d’hiver – pour laquelle les Russes sont célèbres.

Ces informations de base étant posées, nous pouvons maintenant énumérer et décrire les divers objectifs auxiliaires que la Russie prévoit d’atteindre au cours de cette guerre « Boucles d’or ». La première et peut-être la plus importante série de problèmes que la Russie doit résoudre au cours de la guerre Boucles d’Or est d’ordre interne. L’objectif est de réorganiser la société, l’économie et le système financier russes de manière à les préparer à un avenir dés-occidentalisé. Depuis l’effondrement de l’URSS, divers agents occidentaux, tels que le National Endowment for Democracy, le département d’État américain, diverses fondations appartenant à Soros et un large éventail de subventions et de programmes d’échange occidentaux ont fait de sérieuses incursions en Russie. L’objectif global était d’affaiblir et finalement de démembrer et de détruire la Russie, en la transformant en un serviteur docile des gouvernements occidentaux et des sociétés transnationales qui leur fourniraient une main-d’œuvre et des matières premières bon marché. Pour faciliter ce processus, ces organisations occidentales ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour pousser le peuple russe vers une éventuelle extinction biologique et le remplacer par une race plus docile et moins aventureuse.

Il y a plus de 30 ans, les ONG occidentales ont commencé à corrompre l’esprit des jeunes Russes. Aucun effort n’a été épargné pour dénigrer la valeur de la culture russe, pour falsifier l’histoire russe et pour les remplacer par la culture pop et les récits de propagande occidentaux. Ces initiatives n’ont eu qu’un succès limité, et l’URSS, ainsi que la culture de l’ère soviétique, sont restées toujours populaires, même parmi ceux qui sont trop jeunes pour avoir connu la vie en URSS de première main. C’est dans l’éducation que les dommages ont été les plus graves. Les excellents manuels de l’époque soviétique qui enseignaient aux étudiants comment penser de manière indépendante ont été détruits et remplacés par des ouvrages importés. Ils étaient au mieux utiles pour former des experts dans des domaines étroitement définis, capables de suivre des procédures et des recettes préalablement définies, mais incapables d’expliquer comment ces procédures et recettes ont été élaborées ou d’en créer de nouvelles. Les enseignants russes, qui considéraient que leur travail consistait non seulement à éduquer mais aussi à faire de leurs élèves de bons Russes qui aiment et chérissent leur pays, ont été remplacés par des pédagogues formés à l’occidentale qui considéraient que leur mission consistait à fournir un service compétitif, basé sur le marché, en formant des… consommateurs qualifiés et compétents ! Qui sont ces gens ? Eh bien, heureusement, Internet se souvient de tout, et il y a beaucoup d’autres emplois pour ces personnes, comme déblayer la neige et alimenter les chaudières. Mais les identifier et les remplacer prend du temps, tout comme trouver, mettre à jour et reproduire les anciens et excellents manuels.

Mais qu’en est-il des jeunes laissés pour compte par cette vague de destruction ? Heureusement, tout n’est pas perdu. L’opération militaire spéciale leur apporte des leçons très précieuses que leurs éducateurs ignorants ont laissées de côté : la Russie – une agglomération unique et miraculeuse de nombreuses nations, langues et religions différentes – a été préservée et développée au cours des siècles grâce aux efforts de héros dont les noms ne sont pas seulement rappelés mais vénérés. Qui plus est, certains d’entre eux sont encore en vie aujourd’hui, combattant et travaillant dans le Donbass. C’est une chose de visiter des musées, de lire des livres anciens et d’entendre des histoires sur les exploits de ses grands-pères et arrière-grands-pères pendant la Grande Guerre patriotique ; c’en est une autre de voir l’histoire se dérouler à travers les yeux de son propre père ou frère. Donnez-vous encore un an ou deux, et les jeunes russes apprendront à regarder avec dédain les produits des marchands de culture occidentaux en Russie. Leurs aînés le font déjà : les sondages d’opinion montrent qu’une grande majorité de Russes considèrent l’influence culturelle occidentale comme négative.

Et qu’en est-il de ces faiseurs de culture russes qui vénèrent tout ce qui est occidental depuis aussi longtemps qu’ils s’en souviennent ? Ici, une chose très curieuse s’est produite. Lorsque l’opération militaire spéciale a été annoncée, ils se sont prononcés contre elle et en faveur des nazis ukrainiens – une chose stupide à faire, mais ils ont pensé qu’il était bon et approprié de garder leurs opinions politiques en harmonie avec celles de leurs patrons et idoles occidentaux afin de rester dans leurs bonnes grâces. Certains d’entre eux ont protesté contre la guerre (en ignorant le fait qu’elle durait depuis huit longues années déjà). Et puis un certain nombre d’entre eux ont fui le pays dans une hâte inconvenante.

N’oubliez pas qu’il ne s’agit ni de neurochirurgiens ni de spécialistes des fusées : ce sont des gens qui se pavanent sur scène en faisant des bruits avec leurs mains et leur bouche, ou qui restent assis pendant que des maquilleurs maquillent leur visage et leurs cheveux, puis répètent sans cesse des répliques écrites pour eux par quelqu’un d’autre. Ce ne sont pas des gens qui ont la capacité d’analyser une situation politique délicate et de faire le bon choix. À une époque plus ancienne et plus saine, leurs opinions seraient résolument ignorées, mais l’effet d’Internet, des réseaux sociaux et de tout le reste est tel que n’importe quel nigaud hystérique peut tourner une petite vidéo et des millions de personnes, n’ayant rien de mieux à faire de leur temps, la regarderont sur leur téléphone et feront des commentaires.

Le fait que ces personnes nettoient volontairement l’espace médiatique russe de leur présence est une évolution positive, mais cela prend du temps. Si l’opération militaire spéciale prenait fin demain, il ne fait aucun doute qu’ils tenteraient de revenir et de faire comme si rien de tout cela n’était arrivé. La culture populaire russe resterait alors un cloaque à l’occidentale, rempli de personnages vides qui cherchent à glorifier chaque péché mortel dans un but de notoriété et de gain personnel. La Russie compte de nombreuses personnes talentueuses qui ne demandent qu’à prendre leur place – si seulement les autres restaient dehors assez longtemps pour que tout le monde les oublie !

L’émergence et la prééminence des élites économiques et financières pro-occidentales ont été particulièrement préjudiciables à l’avenir de la Russie. Depuis la privatisation désordonnée et, dans de nombreux cas criminelle, des ressources de l’État dans les années 1990, une cohorte entière de puissants agents économiques a vu le jour, qui n’a pas les intérêts de la Russie à l’esprit. Il s’agit plutôt d’acteurs économiques purement égoïstes qui, jusqu’à tout récemment, pensaient que leurs gains mal acquis leur permettraient d’entrer dans la société occidentale huppée. Ces personnes ont généralement plus d’un passeport, elles essaient de garder leur famille dans une enclave riche en dehors de la Russie, elles envoient leurs enfants dans des écoles et des universités en Occident, et leur seule utilité pour la Russie est d’être un territoire qu’elles peuvent exploiter pour créer leurs systèmes d’extraction de richesse.

Lorsque, en réponse au début de l’opération militaire spéciale de la Russie, l’Occident a lancé une attaque spéculative sur le rouble, obligeant la banque centrale russe à imposer un contrôle strict de la monnaie, ces membres de l’élite russe ont dû commencer à réfléchir à un choix capital. Ils pouvaient rester en Russie, mais ils devaient alors couper leurs liens avec l’Occident ; ou ils pouvaient s’installer à l’Ouest et vivre de leurs économies, mais ils seraient alors coupés de la source de leur richesse. Leur choix a été facilité par les gouvernements occidentaux qui ont travaillé d’arrache-pied pour confisquer les biens des riches ressortissants russes, geler leurs comptes bancaires et les soumettre à diverses autres indignités et désagréments.

Pourtant, ce fut un choix difficile à faire pour eux – réaliser que, malgré leur richesse parfois fabuleuse, pour l’Occident collectif, ils ne sont que des Russes que l’on peut voler. Beaucoup d’entre eux ne sont pas mentalement préparés à abandonner leur sort à leur propre peuple, qu’on leur a appris à mépriser et à exploiter pour leur profit personnel. Une victoire rapide lors d’une opération militaire spéciale de la Russie leur permettrait de penser que leurs problèmes sont de nature temporaire. Avec le temps, certains d’entre eux s’enfuiront pour de bon, tandis que d’autres décideront de rester et de travailler pour le bien commun en Russie.

Viennent ensuite divers membres du gouvernement russe qui, ayant été formés à l’économie occidentale, sont incapables de comprendre la transformation économique qui se produit en Russie, et encore moins de l’aider. La plupart de ce qui passe pour une pensée économique en Occident n’est qu’un écran de fumée élaboré sur ce dicton fondamental : « Les riches doivent être autorisés à devenir plus riches, les pauvres doivent rester pauvres et le gouvernement ne doit pas essayer de les aider (beaucoup) ». Cela a fonctionné tant que l’Occident avait des colonies à exploiter, que ce soit par la bonne vieille conquête impériale, le pillage et le viol, ou par le néocolonialisme financier des « tueurs à gages économiques » de Perkins, ou, comme l’ont récemment admis à contrecœur plusieurs hauts fonctionnaires de l’UE, en profitant de l’énergie russe bon marché.

Cela ne fonctionne plus – ni en Occident, ni en Russie, ni ailleurs – et les mentalités doivent s’adapter. Il existe une grande inertie dans les nominations aux postes gouvernementaux, où de nombreux intérêts particuliers se disputent le pouvoir et l’influence. Il faut du temps pour que des idées aussi fondamentales que le fait que la Réserve fédérale américaine n’a plus le monopole planétaire de l’impression de l’argent se diffusent dans le système. Par conséquent, il n’est plus nécessaire pour la banque centrale russe de disposer de dollars en réserve pour couvrir ses émissions de roubles afin de le défendre contre les attaques spéculatives, car il n’est plus nécessaire pour la banque centrale russe de permettre aux spéculateurs de devises étrangères de se déchaîner et d’organiser des attaques spéculatives.

Mais certains résultats ont déjà été obtenus, et ils sont tout simplement spectaculaires : au cours des derniers mois, quelques entorses bien choisies à l’orthodoxie économique occidentale ont fait du rouble la monnaie la plus forte du monde, ont permis à la Russie d’augmenter ses recettes d’exportation en exportant moins de pétrole, de gaz et de charbon, et ont permis de ramener l’inflation à un niveau presque nul. Depuis le début de l’Opération militaire spéciale, la Russie a pu réduire sa dette nationale dans des proportions importantes et augmenter les recettes publiques. Une fin rapide de l’Opération militaire spéciale de la Russie pourrait signifier la fin de ces miracles et un retour très malvenu à l’intenable statu quo ante.

Au-delà du monde immatériel de la finance, des changements tout aussi importants se sont produits dans l’économie physique russe. Auparavant, de nombreux secteurs économiques, dont la vente de voitures, la construction et l’amélioration de l’habitat, le développement de logiciels et bien d’autres, étaient sous contrôle étranger et les bénéfices de ces activités quittaient le pays. Puis, il a été décidé de bloquer l’expatriation des dividendes. En réaction, les sociétés étrangères ont vendu leurs actifs russes, essuyant d’énormes pertes et se privant de l’accès au marché russe. Le changement a été assez stupéfiant. Par exemple, au début de l’année 2022, les constructeurs automobiles occidentaux détenaient une grande part du marché automobile russe. Bon nombre des voitures vendues avaient été assemblées en Russie dans des usines appartenant à des étrangers et les bénéfices de ces ventes étaient expatriés. Aujourd’hui, moins d’un an plus tard, les constructeurs européens et américains ont pratiquement disparu de Russie, remplacés par une industrie automobile nationale qui renaît rapidement. Les constructeurs chinois se sont immédiatement emparés d’une grande part du marché, tandis que la Corée du Sud a continué à commercer avec la Russie et a conservé sa part de marché.

Des changements tout aussi étonnants ont eu lieu dans l’industrie aéronautique. Auparavant, les compagnies aériennes russes utilisaient des Airbus et des Boeing, la plupart en leasing. Après le début de l’Opération spéciale, les politiciens occidentaux ont exigé que ces baux soient résiliés et que les avions soient rendus à leurs propriétaires, sans tenir compte du fait que cela serait ruineux financièrement (en surchargeant le marché des avions d’occasion pour les années à venir et en détruisant la demande d’avions neufs) et, en outre, physiquement impossible, étant donné qu’il n’y avait aucun moyen d’effectuer le transfert des avions. En réaction, les compagnies aériennes russes ont nationalisé le registre des aéronefs, ont cessé de voler vers des destinations hostiles où leurs appareils risquaient d’être arrêtés et ont commencé à verser les loyers en roubles sur des comptes spéciaux de la banque centrale russe.

Ensuite, on a appris qu’Aeroflot prévoyait d’acheter plus de 300 nouveaux avions de transport de passagers, tous des ??-21, des SSJ-100 et des Tu-214 russes, avant 2030, les premières livraisons étant prévues pour 2023. Il y a eu une ruée pour remplacer presque tous les composants d’origine occidentale, tels que les composites pour l’aile en fibre de carbone du MC-21 et les moteurs à réaction, l’avionique et bien d’autres choses pour tous les appareils ci-dessus. Au cours de cette période, de nombreux Boeing et Airbus précédemment loués seront progressivement retirés, mais la part de marché de ces sociétés dans le plus grand pays de la planète disparaîtra à jamais. Les dommages subis par les avionneurs occidentaux seront équivalents à ceux subis par les compagnies aériennes occidentales. Dès le début des hostilités, l’Occident collectif a fermé son espace aérien à la Russie, et celle-ci a rendu la pareille. Le problème est que l’Europe est petite et facile à contourner, alors que la Russie est immense et qu’il faut une journée entière pour la contourner. Les compagnies aériennes européennes ont soudain constaté qu’elles ne pouvaient plus être compétitives sur les liaisons avec le Japon, la Chine ou la Corée.

La fermeture de l’espace aérien a été suivie d’autres sanctions, tant de la part de l’Union européenne que des États-Unis, toutes illégales, puisque le Conseil de sécurité des Nations unies est le seul organe habilité à imposer des sanctions. En ce moment, l’Union européenne travaille sur le neuvième paquet de sanctions, qui ont toutes été baptisées « sanctions infernales ». En parlant d’enfer, l’« Enfer » de Dante Alighieri compte neuf cercles, alors peut-être que le rouleau compresseur des sanctions suit son rythme.

Ces sanctions étaient censées avoir rapidement détruit l’économie russe et causé tant de bouleversements sociaux et de souffrances que le peuple se serait rassemblé sur la Place Rouge et aurait renversé le redoutable dictateur Poutine (c’est du moins ce que pensaient les experts occidentaux en politique étrangère). De toute évidence, rien de tel ne s’est produit et la cote de popularité de Poutine est plus élevée que jamais. En face, le bon peuple de l’Union européenne commence à vraiment souffrir. Ils ne peuvent plus se permettre de chauffer leur maison ou de prendre régulièrement des douches chaudes, la nourriture est devenue outrageusement chère pour eux, et tant d’autres choses vont mal que des foules énormes de manifestants se sont rassemblées dans toute l’Europe et exigent, entre autres, la fin des sanctions anti-russes, la normalisation des relations avec la Russie et le retour à la normale. Il est peu probable que leurs demandes soient satisfaites, car cela signifierait une perte de face majeure pour les dirigeants européens.

Mais il y a une raison plus importante pour laquelle les sanctions resteront en vigueur : un retour au statu quo signifierait que la Russie fournirait à nouveau de l’énergie et des matières premières à l’Europe à bas prix tout en permettant aux entreprises européennes de profiter du travail des Russes. Cette situation n’est pas très attrayante et il est donc peu probable qu’elle se produise. La Russie utilise les sanctions comme une occasion de reconstruire son industrie nationale et de réorienter son commerce en s’éloignant des nations hostiles pour se tourner vers des nations amies qui sont justes et compréhensives dans leurs relations avec elle. Elle s’efforce également d’éliminer progressivement l’utilisation des monnaies que Dmitri Medvedev a qualifiées de « toxiques », à savoir le dollar américain et l’euro.

Ajoutez à cette liste une merveilleuse nouvelle innovation russe appelée « importation parallèle ». Si une entreprise, pour se conformer aux sanctions anti-russes, refuse de vendre ses produits à la Russie ou de les entretenir ou de les mettre à niveau en Russie, la Russie achètera ces produits et ces mises à niveau à une troisième, quatrième ou cinquième partie sans l’autorisation des États-Unis, de l’UE ou du fabricant. Si un produit d’une certaine marque devient indisponible, les Russes renommeront simplement la marque et fabriqueront le même produit eux-mêmes, ou demanderont aux Chinois ou à un autre partenaire commercial de le faire pour eux. Et si l’Occident refuse d’accorder une licence pour sa propriété intellectuelle à la Russie, cette propriété intellectuelle devient libre en Russie.

Cela fonctionne particulièrement bien avec les logiciels : les copies gratuites de logiciels de marque sont tout aussi bonnes que les copies payantes, et si le support technique, la formation ou d’autres services associés ne sont plus disponibles à l’Ouest, les Russes organisent simplement les leurs. La propriété intellectuelle sous toutes ses formes constitue une grande partie de la richesse théorique occidentale, et les sanctions occidentales ont pour effet de permettre à la Russie de l’utiliser gratuitement. Grâce à la technologie numérique moderne, cela fonctionne aussi très bien avec le matériel. Au lieu de procéder à une rétro-ingénierie minutieuse des produits, il est désormais possible d’obtenir le même effet en achetant les modèles 3D sur une clé USB et en les imprimant en 3D ou en générant automatiquement les parcours de fraisage et de perçage pour les créer sur une fraiseuse à commande numérique. Poutine aime utiliser l’expression « tsap-tsarap » pour décrire ce processus. Elle est difficile à traduire directement, mais elle fait référence à l’acte d’un chat qui attrape sa proie avec ses griffes. En résumé, ce que la Russie devait auparavant payer est désormais gratuit pour elle, grâce aux sanctions.

La guerre « Boucles d’Or » étant, après tout, une sorte de guerre, nous devons aborder brièvement ses aspects militaires. Ici aussi, l’approche « stable comme elle va » semble être la plus appropriée. L’objectif déclaré est de démilitariser et de dénazifier l’ancienne Ukraine, et dans une certaine mesure, cet objectif a déjà été atteint : la plupart des blindés et l’artillerie que l’Ukraine avait hérités de l’URSS ont déjà été détruits ; la plupart des bataillons nazis irréductibles sont soit morts, soit l’ombre d’eux-mêmes. La plupart des volontaires qui ont combattu du côté ukrainien ont également disparu. Après que plus de 100 000 soldats ukrainiens ont été « tués » depuis février 2022 (comme l’a déclaré sans ambages, puis nié avec un air penaud, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen), et après peut-être un demi-million de victimes, et enfin une multitude d’hommes en âge de servir qui ont quitté le pays en versant des pots-de-vin et plusieurs séries d’appels sous les drapeaux, le choix est mince. Avec plus d’une centaine de victimes ukrainiennes par jour, les possibilités sont de plus en plus minces au fil du temps. Des mercenaires étrangers ont été utilisés pour combler le vide – Anglos, Polonais, Roumains – mais ils présentent un problème majeur : comme l’avait déjà fait remarquer Jules César, beaucoup de gens sont prêts à tuer pour de l’argent, mais personne ne veut mourir pour de l’argent – sauf un idiot, ajouterais-je. Et sur le front russe de l’OTAN, un idiot est vite séparé de sa vie. Les informations actualisées sur les pertes russes sont un secret d’État et le seul chiffre divulgué par le ministre de la Défense Sergei Shoigu fin septembre 2022 était de 5 937 tués depuis le début de la campagne. Les taux de pertes auraient été considérablement réduits depuis lors.

À l’heure actuelle, il n’y a toujours pas de pénurie d’idiots du côté ukrainien – et il n’y a pas non plus de pénurie d’armes occidentales données. Il y a d’abord eu des chars d’assaut et d’autres systèmes d’armes de l’ère soviétique donnés par toute l’Europe de l’Est, puis de véritables systèmes d’armes occidentaux. Et maintenant, dans toute l’OTAN, on entend des cris plaintifs disant qu’ils n’ont plus rien à donner aux Ukrainiens : l’armoire est vide. Ils ne peuvent pas non plus fabriquer d’autres armes dans l’urgence. Pour commencer à fabriquer des armes au même rythme que la Russie, ces membres de l’OTAN devraient d’abord se réindustrialiser, et ils n’ont ni les ressources humaines, ni l’argent pour le faire. L’armée russe poursuit donc son travail, démilitarisant l’Ukraine, et le reste de l’OTAN avec elle. Ce faisant, elle perfectionne l’art de mener une guerre terrestre contre l’OTAN – sans qu’un seul pays de l’OTAN n’envisage une telle idée.

Peut-être s’agit-il d’une dérive de la mission, ou peut-être était-ce le plan depuis le début, mais ce que fait la Russie à ce stade, c’est détruire l’OTAN. Vous vous souvenez peut-être qu’il y a un an, la Russie a exigé que les États-Unis honorent certaines garanties de sécurité qu’ils avaient données comme condition à la réunification pacifique de l’Allemagne, à savoir que l’OTAN ne s’étende pas vers l’est. « Pas un pouce vers l’est« , peut-on lire dans le compte rendu officiel de la réunion. Gorbatchev et Chevardnadze n’ont pas réussi à mettre cet accord sur papier et à le signer, mais un accord verbal est un accord. Il y a un an, l’offre de la Russie était plutôt modérée : que l’OTAN se retire jusqu’à ses frontières d’avant 1997, lorsqu’elle s’est étendue à l’Europe de l’Est.

Mais, comme c’est généralement le cas lorsqu’on négocie avec les Russes, leur offre initiale est généralement la meilleure. Pour autant que nous le sachions, si l’on se base sur la façon dont les choses se passent en Ukraine, la meilleure et dernière offre de la Russie pourrait exiger la dissolution pure et simple de l’OTAN. Après tout, le Pacte de Varsovie s’est dissous il y a 31 ans, mais l’OTAN existe toujours et est plus importante que jamais ; pour quoi faire ? Pour combattre la Russie ? Alors, qu’attendent-ils ? Qu’ils viennent nous chercher ! Cela peut même ne pas prendre la forme d’une négociation. Par exemple, la Russie pourrait mettre une petite claque à la Lettonie (elle mérite bien une claque ou deux pour avoir abusé de son importante population russe autochtone à la manière des nazis) et ensuite se retirer et dire, « Allez, l’OTAN, venez mourir héroïquement à notre porte pour la pauvre petite Lettonie ! ». À ce moment-là, les responsables de l’OTAN resteront unis mais très silencieux, examinant pensivement leurs propres chaussures et celles des autres. Une fois qu’il sera clair qu’il n’y aura pas d’offres pour lancer la troisième guerre mondiale afin de venger la Lettonie, l’OTAN s’asséchera tranquillement et disparaîtra.

Enfin, nous en arrivons à ce qui est peut-être la raison la moins importante de la guerre Boucles d’or : l’ancienne Ukraine elle-même. Au vu des autres objectifs stratégiques de la Russie, elle semble plutôt avoir la nature d’une pièce sacrifiée dans un jeu d’échecs. Compte tenu de ce que la Russie a déjà réalisé au cours des neuf derniers mois – quatre nouvelles régions russes, six millions de nouveaux citoyens russes, un pont terrestre vers la Crimée, l’approvisionnement en eau d’irrigation vers la Crimée – il ne lui reste plus grand-chose à réaliser militairement avant que sa campagne militaire n’atteigne le stade des rendements décroissants. L’ajout des régions de Nikolaev et d’Odessa et le contrôle total du littoral de la mer Noire seraient, bien sûr, des plus précieux ; le contrôle de Kharkov et de Kiev un peu moins. Le contrôle de l’ensemble de la cascade hydroélectrique du Dniepr est un atout indéniable. Quant au reste, il pourrait être laissé à l’abandon pendant des lustres, comme un terrain vague désindustrialisé et dépeuplé, étiqueté « presque inoffensif ».

Permettez-moi de divulguer un ou deux détails personnels. Deux de mes grands-parents étaient de Zhitomir, mon père est né à Kiev, mon premier intérêt romantique était une fille d’Odessa, et au fil des ans, j’ai eu autant d’amis d’Odessa, de Kharkov, de Lvov, de Kiev, de Donetsk, de Vinnitsa et d’ailleurs que de partout ailleurs en Russie. La Russie ? Vous avez bien lu : il n’y a aucun moyen de me convaincre que le soi-disant « territoire ukrainien » n’est pas en quelque sorte la Russie ou que les gens qui y vivent ne sont pas russes – quoi qu’en pensent certains d’entre eux qui ont subi récemment un lavage de cerveau. Qui plus est, aucune de ces personnes que j’ai connues au fil des ans ne s’est jamais considérée comme étant le moins du monde ukrainienne et elles considéreraient probablement l’idée même d’une identité nationaliste ukrainienne comme le symptôme d’une maladie mentale. Pour eux, l’étiquette « Ukrainien » était un non-sens bolchevique ; depuis lors, l’ukrainité a été transformée en une méthode occidentale d’exploitation de variations ethniques mineures afin de pousser un groupe de Russes à combattre un autre groupe de Russes.

Au cas où vous auriez des doutes, appliquons le bon vieux test du canard : Les gens là-bas marchent-ils, font-ils coin-coin et ressemblent-ils à des Russes ? L’ensemble de ce territoire, à une exception mineure près dans l’extrême ouest, a fait partie de la Russie de trois à dix siècles ; la plupart des habitants de ce territoire, et la quasi-totalité de la population urbaine, ont le russe comme langue maternelle ; leur religion est principalement russe orthodoxe ; ils sont génétiquement impossibles à distinguer du reste de la population russe. Alors, que leur est-il arrivé ?

Malheureusement, une petite partie de cette terre russe a passé trois siècles en captivité de l’Empire austro-hongrois ou en tant que partie de la Grande Pologne, ce qui a empoisonné leur esprit avec des idées étrangères telles que le catholicisme et le nationalisme ethnique. Contrairement à la Russie, qui est un monolithe multinational, multiethnique et religieusement diversifié, l’Occident est une mosaïque de nationalismes ethniques, et là où il y a des nationalistes, il peut y avoir des nazis, des nettoyages ethniques et des génocides.

Comme une goutte de poison qui infecte toute la cuve de vin, ces Ukrainiens occidentaux, avec beaucoup d’aide et de fonds des nazis allemands, puis des Américains et des Canadiens, ont réussi à infecter une grande partie du territoire anciennement ukrainien avec un faux nationalisme basé sur une histoire falsifiée et une culture concoctée au petit bonheur la chance. Les interdictions officielles de l’enseignement et, finalement, de l’utilisation du russe ont donné naissance à une génération de jeunes gens qui sont essentiellement analphabètes dans leur langue maternelle. Ils reçoivent un enseignement en ukrainien, mais l’alphabétisation en ukrainien est proche de l’oxymore, puisque rien de très important n’a jamais été écrit ou publié dans cette langue et que la grande majorité des œuvres littéraires ukrainiennes sont, vous l’aurez deviné, en russe.

L’Opération militaire spéciale russe qui se déroule depuis février 2022 a polarisé toute la population. Ceux qui avaient décidé de rejoindre la Russie en 2014 étaient évidemment ravis de recevoir enfin de l’aide de la Russie. Les régions désormais russes de Donetsk, Lugansk, Zaporozhye et Kherson ont volontiers voté pour rejoindre la Russie. Mais pour ce qui est du reste de l’ancien territoire ukrainien, la polarisation est principalement dans la direction opposée. Ceux qui voulaient rejoindre la Russie ont pour la plupart voté avec leurs pieds et vivent maintenant quelque part en Russie.

C’est un problème que le temps seul peut résoudre. La population de l’ancienne Ukraine finira par être obligée de faire un choix : elle peut être russe, ou réfugiée quelque part en Europe, ou encore mourir en combattant les Russes au front. Notez que même Donetsk et Lugansk n’ont pas fait ce choix tout de suite, comme la Crimée. À l’époque, seuls quelque 70 % de leur population étaient favorables à l’idée de quitter l’Ukraine et de rejoindre la Russie. Il a fallu huit ans de bombardements ukrainiens incessants pour les convaincre de faire ce choix.

Au cours de ces années, les « Ukrainiens » irréductibles ont été éliminés, laissant derrière eux une population qui est proche de 100 % de pro-russes. Ce n’est qu’alors que le Kremlin leur a accordé une reconnaissance officielle, a envoyé des troupes pour les défendre d’une invasion imminente et, peu après, les a acceptés dans la Fédération de Russie. Et maintenant, le même type d’opération de tri doit avoir lieu dans le reste de l’ancienne Ukraine. Combien de temps cela prendra-t-il ? Seul l’avenir nous le dira, mais il est d’ores et déjà clair que, pour la Russie, il n’y a aucune raison impérieuse de se précipiter.
Commentaire

5 1 vote
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x