Aller à…
RSS Feed

POKER MENTEUR. Syrie : l’Antéchrit Barack Obama peut-il nous montrer des preuves pour sa guerre ?


Publié le août 27, 2013
Allain Jules

Ils ont (enfin) leur guerre. Comme à leur habitude, ils vont violer le droit international pour aller re-bombarder des innocents,. Parce que, ce sont ces gens-là qui ont armé et financé la mort des innocents qu’ils prétendent aller défendre en Syrie. Entre le bruit et la fureur, les moutons et les fous, ceux qui n’ont jamais apporté la paix nulle part, sont aussi prêts à créer à nouveau le chaos.

Mais, les questions qu’on se pose sont finalement sans objet pour ces fous. L’Antéchrit Barack Obama peut-il nous montrer les preuves pour sa guerre ? Non.

Ses caniches Cameron ou Hollande, non plus. Mais quoi ? Rien, ils aiment bomber leurs muscles. Ce qui est le plus risible dans tout ça, c’est de voir certains se présenter comme les champions de la morale. Les Etats-Unis, les seuls à avoir utilisé la bombe atomique au Japon, ont-ils oublier qu’ils avaient aussi utilisé l’agent orange contre la population vietnamienne ?

Alors, venir nous donner des leçons aujourd’hui c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité. Mais, les apprentis sorciers ont peur d’intervenir, même comme ils sont prêts à violer le Conseil de sécurité. Du coup, les responsables occidentaux parlent actuellement de frappes « punitives ». Une guerre de 48h. Les cibles sont connues mais, n’est-il pas plus urgent pour la Syrie de contre-attaquer avant qu’on ne l’attaque ? Ce serait cool et très rock’n’roll mais, attaquer qui, quoi, où ?

Les pousse-au-crime dit opposants syriens sont sur les starting-blocks. Ils brûlent d’envie de diriger la Syrie. A cet effet, elle ose mettre en garde « contre des frappes qui n’aboutiraient pas au renversement d’Assad ». Rien que ça. La soi-disant opposition dit craindre que le régime de Damas, s’il n’est pas renversé, n’en prenne « prétexte pour infliger de nouvelles souffrances au peuple syrien », voire en sorte renforcé.

Pendant ce temps, les enquêteurs de l’ONU, invités par Damas, ne l’oublions pas, travaillent toujours. Les ennemis de la Syrie s’agitent de plus en plus, de Washington à Paris, en passant par Londres. On verra ce qui va se passer….