Aller à…
RSS Feed

POLYNESIE FRANCAISE. La France boude l’ONU,…une « dictature »


La France , qui s’ingère dans la politique syrienne, après celle de la Libye crie au loup dès qu’on touche à ses colonies, les derniers confettis de l’empire. il reste toujours, la Kanaky, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion à décoloniser. En espérant que cette résolution fera jurisprudence

ginette

Publié le 18 mai 2013

par Allain Jules

 

Gaston Flosse

Gaston Flosse

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté vendredi , une résolution plaçant la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser malgré la défaite des indépendantistes aux dernières élections territoriales et des pressions de Paris. La résolution, présentée notamment par trois petits Etats du Pacifique – îles Salomon, Nauru, Tuvalu–, a été adoptée par consensus.

La France, furieuse et très remontée contre l’ONU ,n’a pas participé à la séance. Elle crie au loup, pleurniche et accuse. Quant au texte, il « affirme le droit inaliénable de la population de la Polynésie française à l’autodétermination et à l’indépendance ». Les choses qui arrivent aux autres commencent à nous arriver ? Comme c’est amusant ! La France qui demande le départ du président d’un pays souverain, en l’occurrence la Syrie , se rend compte finalement qu’elle ne vaut que des prunes sur le plan international. Pire, elle veut choisir à la place des Syriens. Après avoir trituré les résolutions 1970 et 1973 en Libye, croit-elle vraiment en ses propres chimères ?

D’entendre Paris, par la voix de Philippe Lalliot, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, déclarer:«Cette résolution est une ingérence flagrante, une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens, un détournement des objectifs que les Nations unies se sont fixés en matière de décolonisation», on se demande si elle pense encore à son ingérence  en Syrie. Que la France se rassure. Parfois, le silence fait la force d’un pays.  Comme la Russie. En effet, l’Assemblée générale de l’ONU ne peut faire force de loi. Même si son vote est à 100% favorable à un texte, celui-ci ne peut être assorti d’une quelconque contrainte.

Gaston Flosse est le nouveau président de la Polynésie française. N’y allant pas avec le dos de la cuillère, il a accusé l’ONU d’être une… « dictature ».