Aller à…
RSS Feed

Pourquoi les Etats-Unis devraient rester en dehors de la Syrie


Date: 2013/6/18

Susan Seligson

CAS ‘Bacevich: nous sommes «impuissants» contre «tsunami du changement »
Andrew Bacevich de BU croit toute implication américaine dans la nation ravagée conduirait à une guerre erronée sans fin.

Dans un récent article d’opinion dans le Boston Globe , Andrew Bacevich de BU pèse sur le nœud gordien du soulèvement en Syrie: quand il s’agit de comprendre le contexte et les implications historiques du conflit, Washington « est manifestement désemparé et impuissant. » Comme les mises à jour de nouvelles quotidiennes donnent une image déjà compliquée d’éclatement factions rebelles, un président obstiné syrien, Bachar al-Assad, l’arrivée de missiles russes à soutenir les forces gouvernementales, et de parler des négociations de paix et d’une zone d’exclusion aérienne, le président Barack Obama est sous la pression croissante d’agir.

Bacevich, un collège d’arts et professeur en sciences des relations internationales et de l’histoire et diplômé de West Point et ancien colonel de l’armée américaine, est fermement opposé à l’intervention militaire américaine. « Quiconque pense que Washington peut se plier » le processus de personnes exerçant leur droit à l’autodétermination « pour répondre à nos propres besoins doit entreprendre une étude de rattrapage de la guerre en Irak », écrit Bacevich, dont les livres contiennent des règles : Washington: le Chemin de l’Amérique à permanent Guerre et La Nouvelle-militarisme américain: Comment les Américains sont séduits par la guerre.

BU Aujourd’hui demandé Bacevich pourquoi l’intervention d’aucune sorte en Syrie serait une erreur, ce que les guerres en Irak et en Afghanistan devraient nous enseigner, et la promesse de la décoloration du Printemps arabe.

Professeur de relations internationales Andrew Bacevich.

Andrew Bacevich – Professor, Boston University College of Arts and Sciences

BU Aujourd’hui: Vous écrivez que l’intervention américaine en Syrie n’affecterait pas Croyez-vous que la même chose vaut pour les résultats des initiatives de paix internationales « le tsunami du changement qui engloutit le monde islamique. »?

Bacevich:. Oui, beaucoup donc c’est une illusion de croire que l’intervention extérieure dans la guerre civile syrienne sera en quelque sorte avoir un effet calmant sur ??la région.
Si les Etats-Unis ne décident d’intervenir, est-il un modèle historique pour une stratégie réussie d’entrer et de sortir?

Bien sûr. Il ya Liban en 1958, la République dominicaine en 1965, la Grenade en 1983, et le Panama en 1989. Le problème est que la situation en Syrie est complètement différente. Donc, il ya peu de raison de s’attendre à un succès in-and-out.
Comment savons-nous sur les forces anti-Assad? Ne sont pas forces rebelles comme coupables de violations des droits de l’homme que les forces gouvernementales?

De ce que j’ai lu, nous n’en savons pas assez. Autrement dit, nous ne savons pas assez pour être en mesure de dire avec certitude quel serait le caractère d’un ordre politique post-Assad. Pour le dire autrement, il existe une possibilité distincte que après Assad viendrait un régime plus militante et plus dangereux.
Quelles sont les options à court d’un conflit militaire font les Etats-Unis et / ou dans d’autres pays doivent intervenir pour faire cesser les violations des droits humains en Syrie?

L’option que l’administration Obama poursuit-travail avec les autres pour mettre la pression sur Assad économiquement tout en cherchant une solution diplomatique. Peut-être que cela va fonctionner. Jusqu’à présent, il n’a pas.
Au-delà de la sécurité d’Israël, y at-il des intérêts américains convaincants en Syrie?

Les intérêts immédiats des États-Unis sont modestes. Je ne sais pas que la Syrie a ou produit quelque chose qui est extrêmement important pour le bien-être du peuple américain. Nous avons un intérêt marqué pour la stabilité régionale, très menacé par les événements en Syrie. Mais notre capacité à promouvoir la stabilité est limitée. Nos principaux instruments de supports power-avions, bombardiers à longue portée et munitions guidées avec précision-aren’t particulièrementpertinent.
Voyez-vous des avantages à court terme ou autrement, à partir d’une zone d’exclusion aérienne, et serait-il applicable?

Sans doute, une zone d’exclusion aérienne ferait pencher les choses en faveur des militants. Mais vous revenez à cette question préalable: voulons-nous vraiment à gagner?
Y at-il des circonstances dans lesquelles les Etats-Unis serait sage d’intervenir militairement en Syrie?

Mon problème avec cette question est qu’il suppose que l’intervention armée propose nécessairement le principal moyen de «résoudre» un problème. Eh bien, ce problème devrions-nous tenter de résoudre en Syrie? De nombreux observateurs sont naturellement consternés par la souffrance des Syriens qui fuient la guerre civile. Souffre du problème que nous voulons pour «résoudre»? Ok, alors nous allons inviter les réfugiés de guerre syriens qui le souhaitent de se réinstaller aux États-Unis. Ce serait faire plus de bien plus de gens que de laisser tomber des bombes sur l’armée syrienne.
Comment envisagez-vous le conflit syrien jouer dehors? Quelles sont les comparaisons avec l’effusion de sang prolongée au Liban?

Il est toujours difficile de prévoir comment tout conflit armé va tourner. Récemment, le régime d’Assad a démontré une résistance surprenante. Donc pour le moment, il semble que la guerre est susceptible de se prolonger pendant un certain temps. Mais qui et 1,50 $ vous acheter une tasse de café.
Compte tenu de ce qui se passe en Syrie et ailleurs au Moyen-Orient, les Etats-Unis n’ont mal interprété le sens et les implications du printemps soi-disant arabe?

Eh bien, au début il y avait un espoir réflexive qui soulèvements populaires seraient rapidement et facilement se traduire par l’émergence de gouvernements démocratiques. L’espoir était sans doute naïf, mais il était aussi compréhensible. Avec le passage du temps, il devient plus évident que nous ne savons pas vraiment ce qui va produire le Printemps arabe. Revenez me demander dans 10 ans.
Militairement, quelles sont les leçons les plus importantes que les guerres en Irak et en Afghanistan nous ont appris?

Nous avons commis une erreur en amalgamant les deux ensemble, alors laissez-moi traiter séparément. L’enseignement le plus important de la guerre en Irak est que la guerre préventive ne fonctionne pas. T insi, nous devons choisir la guerre que comme un dernier recours.L’enseignement le plus important de la guerre en Afghanistan est que, sauf dans des circonstances très particulières, construction de la nation est une tâche ingrate. Par conséquent, dans le choix de la guerre, nous ferions bien de garder nos attentes modestes.
Le gouvernement américain et dans une large mesure ses citoyens craignent règle de la majorité islamique répand à travers le Moyen-Orient. Est-ce la peur sans fondement?

Il n’y a pas d’alternative à la règle de la majorité islamique dans le Moyen-Orient. Les musulmans forment la grande majorité des gens qui y vivent.
Publication de la liste des détenus de Guantánamo
RÉSEAU VOLTAIRE | 18 JUIN 2013