Aller à…
RSS Feed

PROTECTION ECONOMIQUE. Syrie: interdiction de l’utilisation de dévises étrangères


Publié le 4 août 2013

Allain Jules

Le Patriache al-Yaziji et Bachar al-Assad

Le lion de Damas est enfin revenu à des fondamentaux qui permettent à son pays de ne ps sombrer face à la puissance des certaines monnaies comme le dollar américain dont la valeur ne repose que sur la puissance du pays. Ainsi, le lion de Damas et président syrien Bachar al-Assad a promulgué dimanche un décret interdisant toute transaction commerciale en devises étrangères. Pour tous les contrevenants, ils pourront être condamnés à des peines de prison ou de travaux forcés.

Désormais, cette mesure salutaire fait que, il sera de plus en plus difficile d’acheter les Syriens qui n’auront que le choix de partir hors de leur pays et, les terroristes qui y sévissent, ne pourront plus acheter la conscience de certains. « La livre syrienne (SYP) est la seule monnaie » autorisée dans la vie quotidienne et les affaires, et « il est interdit d’effectuer des paiements, des remboursements, des transactions ou des opérations commerciales en devises étrangères ou en métaux précieux », indique le décret publié par l’agence officielle Sana.

L’escroquerie du billet vert qui s’échangeait à 50 livres en mars 2011 et désormais autour de 200 SYP pour 1 dollar, après être monté parfois au dessus de 300 SYP, c’est terminé. Tous les dollars que déversent le Qatar, les Etats-Unis ou l’Arabie saoudite resteront dans les coffres de leur protégés. Un coup pour les ennemis de la Syrie. Un crime de lèse majesté pour le pousse-au-crime Barack Obama.

On a notamment appris par le Sunday Times, qu’un organisme de bienfaisance britannique finance Al-Qaïda en Syrie. Le pot aux roses a été découvert alors que ses membres qui se rendaient probablement en Turquie. Ils ont été arrêtés à Douvres et avaient sur eux des sommes (livres sterling) importantes en liquide. livres sterling. Ce décret du président syrien va désormais leur couper les pieds…

Enfin, nous venons d’apprendre que les deux prélats enlevés à Alep par les gentils terroristes soutenus par l’Occident, seraient en vie et se trouveraient en…Turquie…Tiens donc. Le silence du Vatican reste très surprenant malgré les agissements vi