Aller à…
RSS Feed

Quarante Etats impliqués en Syrie


Les propos du ministre des Affaires étrangères, Adnane Mansour, devant la Ligue arabe, sur l’implication de 40 Etats en Syrie sont passés comme si de rien n’était. Ces pays mettent tout leur poids politique, religieux et des renseignements pour exacerber les tensions dans la guerre en cours.

Ce chiffre, ce n’est pas M. Mansour qui l’a inventé mais l’émissaire international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, qui l’a cité.

Pour le chef de la diplomatie, il était illogique d’accuser et de blâmer seul le Hezbollah, alors que son secrétaire général, sayyed Hassan Nasrallah, a bien expliqué les raisons de la participation «localisée» du parti dans les combats en Syrie.

En revanche, d’autres parties libanaises qui sont impliquées militairement depuis deux ans aux côtés des rebelles, et qui ont eu des dizaines de victimes, ne sont pas pointées du doigt.

Sans oublier que ces factions ont mené une campagne féroce contre la politique de distanciation du gouvernement de Najib Mikati.

Il aurait été plus utile pour le 14-Mars et derrière lui l’Arabie saoudite de procéder à une sorte d’autocritique pour tirer les enseignements qu’il est impossible d’ignorer.

Il aurait été impossible pour le Hezbollah d’annoncer aussi crument son implication dans les combats en Syrie si certaines parties n’avaient pas comploté contre le gouvernement de Najib Mikati pour provoquer sa chute.

Dès lors, le Hezbollah a estimé qu’il avait les mains libres et s’est impliqué à fond en Syrie.

Une source responsable du 8-Mars assure que dès le début de la crise en Syrie, le Hezbollah a établi des contacts avec l’opposition syrienne et a tenté une médiation.

Mais ses démarches ont toutes été rejetées et il a été la cible d’une campagne de dénigrement, y compris sur les tribunes internationales.

Et puis il y a eu des incidents regrettables à Qoussair, qui menaçaient la vie de dizaines de milliers de Libanais sur leur propre terre.

Le Hezbollah a alors été contraint d’intervenir pour protéger sa base populaire directement ciblée par les rebelles et pour faire échec au plan d’encerclement qui était mis en oeuvre.

AsSafir+ Mediarama

LEMONDE.FR | 25.04.06 | 15h18 • Mis à jour le 03.05.06 | 23h50