Aller à…
RSS Feed

Quitter l’Irak sans que les problèmes qu’on y laisse soient résolus nous prépare un problème stratégique



Publié par Gilles Munier sur 21 Novembre 2020, 20:00pm

Catégories : #Irak, #Iran, #Etats-Unis

Kenneth F. McKenzie, chef du commandement militaire américain au Moyen-Orient

Revue de presse : 45e Nord.ca (20/11/20)*

Malgré la réduction de la présence militaire des États-Unis en Irak, Bagdad souhaite le maintien continu de forces américaines afin de lutter contre le groupe État islamique, a indiqué jeudi le chef du commandement militaire américain au Moyen-Orient, le général des Marines Kenneth F. McKenzie, rapporte le Stars and Stripes, le journal officiel des forces armées américaines.

Bien que le groupe extrémiste État islamique soit battu et dispersé, il ne pourra être vaincu complètement tant que le monde n’aura pas trouvé un moyen de réconcilier et de réinstaller les milliers de personnes déplacées par des années de guerre en Irak et en Syrie, a déclaré ce jeudi 19 novembre le général supervisant les opérations militaires américaines au Moyen-Orient.

Le général McKenzie a déclaré qu’il n’y avait aucun moyen militaire de résoudre rapidement le problème des réfugiés et des personnes déplacées au Moyen-Orient qui attendent leur rapatriement ou leur réinstallation et représentent ce qu’il a appelé un sous-produit malheureux des conflits armés.

«Aujourd’hui, à travers de vastes étendues de Syrie et d’Irak, l’endoctrinement systémique des populations déplacées et des camps de réfugiés qui sont les auditeurs captifs de l’idéologie de l’EI est une évolution alarmante avec des implications potentiellement générationnelles», a déclaré McKenzie dans des remarques au National Council on U.S.-Arab Relations, une organisation américaine à but non lucratif dont le but est d’améliorer la connaissance et la compréhension des Américains du monde arabe.

Le général a déclaré qu’une solution doit venir d’un effort conjoint des organisations diplomatiques, sécuritaires et humanitaires.

«À moins que la communauté internationale ne trouve un moyen de les rapatrier, de les réintégrer dans les communautés d’origine et de soutenir les programmes de réconciliation locaux de ces personnes, … nous prépare un problème stratégique dans 10 ans, lorsque ces enfants grandiront radicalisés. Si nous n’abordons pas cela maintenant, nous n’allons jamais vraiment vaincre l’EI », a-t-il ajouté.

Au cours des six dernières années, à commencer par la décision de l’ancien président Barack Obama en 2014 de renvoyer les troupes américaines en Irak pour arrêter une avance des forces de l’État islamique en Irak depuis la Syrie, les États-Unis ont mené un effort pour vaincre militairement le groupe extrémiste dans les deux pays. Mais le groupe n’a pas été annihilé, et le général McKenzie a déclaré qu’il n’avait pas abandonné son aspiration à recréer un califat et à attaquer l’Occident.

Le président Donald Trump a fait pression pour un retrait complet des États-Unis de Syrie, affirmant que le conflit ne valait pas les sacrifices américains, bien qu’il y ait actuellement au moins plusieurs centaines de soldats américains travaillant avec les forces locales pour consolider les gains contre l’État islamique.

En Irak, les États-Unis ont également environ 3 000 soldats en Irak, pour le moment. Mais mardi, le Pentagone a annoncé que Trump avait ordonné une réduction à 2500 en Irak sans changement pour la Syrie.

La représentante Liz Cheney, une républicaine du Wyoming, a déclaré que Trump risquait de répéter l’erreur d’Obama de se retirer d’Irak en 2011, peu de temps après avoir vaincu Al-Qaida là-bas, une décision qui, selon elle, a conduit à la montée en puissance de l’État islamique. «Les décisions concernant le niveau des troupes devraient être prises en fonction des conditions sur le terrain et non des calendriers politiques à Washington», a-t-elle déclaré. «Réduire à 2 500 le nombre de soldats en Afghanistan met en péril nos efforts pour empêcher les terroristes d’établir des havres de sécurité à partir desquels ils pourraient à nouveau attaquer les États-Unis.»

Une autre républicaine, la sénatrice de l’Alaska Lisa Murkowski, de l’Alaska, a qualifié de troublant que Trump ait agi pendant la transition vers un nouveau président. Elle a appelé à une «pause» dans les changements majeurs dans la posture militaire américaine dans le monde.

À court terme, a déclaré le général McKenzie, l’État islamique n’est pas en mesure de représenter une menace majeure pour la sécurité des États-Unis. Le groupe extrémiste d’Al-Qaida et les militants partageant les mêmes idées sont également gravement entravés.

Les pressions exercées sur ces groupes par l’armée américaine et d’autres organisations ont rendu difficile pour eux de transférer les fonds, d’organiser les plans et de déplacer les personnes nécessaires pour mener des attaques externes depuis l’Irak ou la Syrie, mais ces groupes ne pas éliminés et peuvent resurgir si on ne maintient pas la pression.

*Source : 45e Nord.ca

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.