Aller à…
RSS Feed

Sang, larmes et propagande en Syrie


Mounadil al Djazaïri

Points de vue sur le monde arabe

La récente tuerie de Houla en Syrie a légitimement suscité une très forte émotion dans le monde compte tenu du nombre et de la nature des victimes: des civils dont de nombreux enfants.

Comme l’indique le journal L’Humanité, “Houla pourrait changer la donne diplomatique”.

De fait la France par exemple, vient de décider l’expulsion de l’ambassadrice de Syrie à Paris, et l‘Australie a pris une décision semblable.

Il est pourtant de plus en plus clair que cette tuerie n’est pas l’oeuvre du gouvernement syrien mais très probablement des tueurs qui se sont engagés dans une lutte sans merci contre les autorités, appelant même des forces étrangères à venir bombarder leur pays.

Le massacre intervient à un moment des plus opportuns, à la veille d’une visite de Kofi Annan, envoyé spécial pour la Syrie de l’ONU et de la Ligue Arabe et au lendemain de l’investiture de François Hollande à la tête de l’Etat français.Si ce dernier hésitait à rejoindre le camp atlantiste et a imposé ses vues sur l’Afghanistan, ce n’aura été que pour sauter à pieds joints dans le piège syrien.

Pour emporter la conviction, la BBC a par exemple cru utile de présenter une photo de victimes d’un massacre perpétré en Irak occupé par les Etats Unis. Que je sache, le gouvernement français n’en a pas pour autant expulsé l’ambassadeur US à Paris. La BBC aurait publié cette photo par …méprise, bernée par “l’opposition “syrienne.

On nous a dit dans un premier temps que les victimes de Houla avaient été tuées par des tirs d’armes lourdes, ce qui impliquait quasi obligatoirement les troupes syriennes qui sont les seules à en disposer.

On apprend pourtant que, loin d’avoir été victimes de tirs indiscriminés d’artillerie ou de blindés, la plupart des civils de Houla ont été assassinées de sang froid dans leurs maisons.

La vérité complète se fera peut-être jour, mais comme en Libye ou ailleurs, ce n’est pas la vérité qui guidera l’action des États Unis et de leurs amis de l’OTAN.

REFLEXION

 

BHL appelle la France à bombarder la Syrie

DANS UNE LETTRE OUVERTE PUBLIEE PAR DES MÉDIAS EUROPÉENS

Bernard-Henri Lévy appelle François Hollande à prendre l’initiative en Syrie pour défendre devant le Conseil de sécurité des Nations unies une stratégie s’inspirant de celle suivie en Libye en autorisant des bombardements ciblés.

BHL appelle la France à bombarder la Syrie
Dans une lettre ouverte  publiée  par des medias  européens, le philosophe presse le président français d’aller au-delà du soutien à la mission de médiation de Kofi Annan. « La France fera-t-elle, pour Houla et Homs, ce qu’elle a fait pour Benghazi et Misrata? » en Libye, demande celui qui a joué un rôle dans l’implication de la France dans l’intervention internationale contre Mouammar Kadhafi en Libye. « Userez-vous de votre crédit personnel considérable, et de celui de notre pays, pour revenir vers nos alliés d’hier et, avec eux, avec la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Ligue arabe, la Turquie, décider d’une stratégie allant au-delà du ‘soutien sans faille à la mission Annan’ », ajoute-t-il.Dans sa lettre ouverte, le philosophe demande à François Hollande s’il était vraiment plus urgent d’aller en Afghanistan « préparer le retrait anticipé » des troupes françaises ou de « prendre l’initiative en Syrie ». « Qu’est-ce qui est le plus important -annoncer la réduction du salaire de vos ministres et le gel du prix des carburants ou introduire au Conseil de sécurité une résolution autorisant le bombardement des tanks positionnés à l’extérieur des villes, en position de tir? », écrit-il.Bernard-Henri Lévy rappelle au chef de l’État les options mises sur la table par le groupe des pays amis du peuple syrien, dont des périmètres de sécurité aux frontières de la Jordanie ou de la Turquie, proposés par le Qatar, des zones interdites dans le ciel aux hélicoptères et, sur terre, aux blindés transport de troupes et de matériels de guerre. Bernard-Henri Lévy a présenté la semaine dernière au festival de Cannes « Le Serment de Tobrouk », un film sur une « ingérence réussie », selon lui, en Libye et qui peut constituer une « grille de lecture » pour la situation actuelle de la Syrie. « BHL » était entouré de deux anonymes dont le visage était entouré du drapeau des révolutionnaires syriens, présentés comme des résistants sortis clandestinement du pays, qui ont lancé un appel à l’aide.

 

Riad

Mardi 29 Mai 2012

HOLLANDE – CAMERON un scénario syrien à la Libyenne

28 mai 2012 23 h 59 min ? Leave a Comment ? Abdelhak

Le président FRANCOIS HOLLANDE et le Premier ministre britannique DAVID CAMERON se sont entretenus lundi sur la Syrie et sont convenus « d’agir ensemble pour accroître la pression de la communauté internationale sur Bechar el-Assad », a annoncé l’Élysée.

Le théâtre SARKOZY en  Libye semble revenir avec une veste HOLLANDE mais cette fois c’est la Syrie avec son BECHAR qui est la cible des convoitises de la crise économique cachée.

Au lendemain de la condamnation à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies du massacre de Houla, les deux hommes ont également confirmé la tenue à Paris de la prochaine réunion du groupe des Amis du peuple syrien, à une date qui n’a pas été précisée.

l’Élysée a dénoncé la « folie meurtrière » du régime de Damas après le massacre de Houla, estimant que « ses responsables devront répondre de leurs actes ».

« Le massacre de Houla et les événements de ces derniers jours en Syrie et au Liban illustrent, une fois de plus, le danger des agissements du régime de Bachar el-Assad pour le peuple syrien », écrit encore l’Élysée dans un communiqué.

 

Page d'accueil

L’ASL rassure Israël
L’opposition syrienne a préparé le terrain pour prendre le contrôle des dépôts d’armes chimiques du régime syrien dès les premières heures qui suivront la chute du président Bachar elAssad. C’est ce qu’a révélé le quotidien israélien Haaretz, citant un haut officier dans l’armée syrienne libre sous le couvert de l’anonymat.

 

Selon cet officier qui a indiqué n’avoir aucun problème de dialoguer avec les Israéliens, la protection des armes chimiques est à la une des préoccupations des opposants au régime syrien.

Assurant que plusieurs parties exploiteront cette interview avec le quotidien israélien pour s’en prendre à l’opposition syrienne, cet officier dissident a souligné que l’armée syrienne libre élabore un plan pour l’après Bachar, qui consiste entre autre à charger un groupe de comités sécuritaires de mettre la main sur les armes chimiques pour qu’elles ne tombent pas dans les mains des organisations terroristes.

« Nous savons où se trouvent les positions des armes chimiques. Bien que je sois prêt à m’engager que personne ne confisquera ces armes, nous devons réaliser qu’il est très difficile de transporter ces armes ailleurs», a-t-il dit.

Et d’ajouter : « Au moment où les unités militaires continuent de combattre dans les rangs du régime syrien, Assad jouit également d’un large soutien de la part de l’Iran, du Hezbollah,  et de combattants du courant irakien Assadr. De plus, la légion alQods, affiliée aux gardiens de la révolution en Iran, a envoyé des équipements technologiques au régime syrien, dont des avions sans pilote qui peuvent informer les forces de Bachar elAssad sur ce qui se passe sur le terrain. Les Iraniens financent les transactions d’armes russes au profit de Bachar », a-t-il prétendu.

Selon lui, « l’Iran réalise bien qu’en cas de chute du régime d’Assad, il perdra son influence sur ce pays à travers le Hezbollah. Toutefois, les aides iraniennes ont des limites. Il est improbable que Téhéran envoie des unités militaires pour sauver le régime d’Assad, parce qu’elle réalise qu’Israël ne gardera pas les bras croisés dans ce cas », a-t-il encore constaté.

Source: alAkhbar