Aller à…
RSS Feed

Syrie : des missiles de l’Otan pour « défendre » la frontière turque


Monde

Monde – le 4 Décembre 2012

Syrie : des missiles de l’Otan pour « défendre » la frontière turque

Mots clés : syrie, Bachar al-Assad, Etats-Unis, gaz, damas,

Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’Otan devraient donner ce mardi leur feu vert au déploiement de missiles Patriot, pour renforcer les défenses turques à la frontière syrienne. Le secrétaire général de l’alliance a également menacé la Syrie de représailles en cas d’utilisation d’armes chimiques.

Ankara, qui redoute des tirs de missiles ou même le recours à des armes chimiques de la part de Damas, a demandé à l’Otan, sont elle fait partie, de l’aide le mois dernier pour sécuriser les 900 km de frontière syro-turque. Après négociations, c’est le choix de missiles Patriots qui a été retenu par les ministres des 28 Etats-membres de l’Otan, réunis à Bruxelles pour leur conseil semestriel. « La requête turque concernant les Patriots a pour but d’améliorer ses défenses aériennes avec la capacité de faire face à la menace de missiles balistiques et, en particulier, de missiles balistiques équipés de têtes chimiques », a expliqué un diplomate de l’Otan. Les missiles en question pourraient être fournis par les Etats-Unis, l’Allemagne ou les Pays-Bas. Dans ces deux derniers cas, l’aval du parlement pourrait être nécessaire.

Ce weekend encore, un raid aérien contre Ras al Aïn, près de la frontière turque, a fait 12 morts et une trentaine de blessés. Des obus sont tombés en territoire turc, sans qu’on sache s’ils ont été tirés par les gouvernementaux ou par les rebelles. Les Turcs ont aussitôt envoyé des chasseurs F-16 patrouiller dans le secteur.

Le spectre des armes chimiques

Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a également averti Damas qu’une réaction internationale serait immédiate en cas d’utilisation d’armes chimiques sur les opposants. Déclaration confirmée dans la foulée par les Etats-Unis comme la France. Cet emballement sur les armes chimiques se repose sur plusieurs informations de sources américaines non vérifiables. Comme un « responsable anonyme » qui affirme que Damas est en train de mélanger les composants nécessaires à la militarisation du gaz sarin, un puissant neurotoxique qui provoque une paralysie complète puis la mort. Gaz très instable et corrosif qui nécessite préparé au dernier moment. D’autres évoquent le cas de déplacement en Syrie d’armements chimiques. Des méthodes qui rappellent tristement la communication sur les « armes de destructions massives » de Saddam Hussein.

Toutefois personne ne met en doute l’existence d’un arsenal chimique en Syrie, y compris le gouvernement d’Assad, mais celui-ci nie fermement son intention d’en faire usage contre les Syriens. Le ministère des Affaires étrangères d’Assad a affirmé plusieurs fois que l’armée n’utiliserait pas ce genre d’arme contre sa popul