Aller à…
RSS Feed

Syrie: la transition se fera sans Al Assad (d’après Brahimi).


  10/01/2013

Le président syrien en exercice Bachar el-Assad ne fera pas partie du gouvernement de transition prévu par le plan de paix soutenu par les grandes puissances, a indiqué l’émissaire spécial de l’Onu et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi dans une interview à Reuters.
« Il ne sera certainement pas membre de ce gouvernement », a indiqué l’envoyé spécial, ajoutant que les accords de Genève (principes de règlement de la crise formulés en juin dernier par le Groupe d’action sur la Syrie) restaient « la base d’une résolution en Syrie ».
M.Brahimi est en outre revenu sur des propos prononcés mercredi affirmant que l’initiative du président Bachar el-Assad visant à régler la crise en Syrie était « unilatérale » et « sectaire ». Il a avoué qu’il s’agissait d’une erreur et s’en est excusé.
Intervenant dimanche dernier en public pour la première fois depuis sept mois, le dirigeant syrien a proposé un plan de règlement progressif de la crise qui frappe le pays depuis 21 mois. Fustigé par la plupart d’hommes politiques occidentaux, ce plan prévoit notamment l’engagement des Etats étrangers à suspendre leur aide financière aux terroristes, la formation d’un nouveau gouvernement, l’adoption d’une nouvelle constitution et une amnistie générale.
Lakhdar Brahimi a déclaré mercredi 9 janvier dans une interview à la chaîne de télévision BBC que l’initiative en question ressemblait à celles formulées auparavant, mais était encore plus sectaire et unilatérale.
Pour sa part, Moscou souhaite que le dernier plan d’Assad soit examiné lors des consultations tripartites qui réuniront le 11 janvier à Genève des diplomates russes et américains avec l’envoyé spécial pour la Syrie Lakhdar Brahimi.
Ria Novosti

2 Réponses “Syrie: la transition se fera sans Al Assad (d’après Brahimi).”

  1. claudia
    janvier 10, 2013 à 9:48

    Le masque de Brahimi vient de tomber. Il ne fait que répéter les demandes des occidentaux-prédateurs. Pourtant, dans le texte de l’accord signé à Genève en juin 2012, il ne fut aucunement mentionné comme pré-requis le départ d’Al-Assad. Soit Brahimi est un vendu, soit il est incompétent ou un amalgame des deux. C’est inutile d’aller plus loin. Le monde musulman est métastasié et seule une thérapie profonde pourra le sauver. Tant et aussi longtemps que les » gouvernants » de ces pays demeureront à la solde des occidentaux, cette région demeurera divisée et ce, jusqu’à la dernière goutte de pétrole. Le seul pays musulman (mais non arabe) qui évolue dans tous les domaines, telles la recherche médicale, technologique, nucléaire, etc.et qui fabrique ses propres armes, c’est l’Iran. Le monde arabe n’est plus et Brahimi en est la preuve. Oublie-t-il tous ces pauvres civils (hommes, femmes et enfants) lâchement décapités, égorgés ou tirés à bout portant dans leurs maisons? Et merde à l’ONU qui est complice de ces boucheries, que ce soit en Irak, Libye et maintenant en Syrie. Qui sera le prochain? Nous le savons tous si personne ne les arrête.

  2. Francenaldo Amorim
    janvier 10, 2013 à 10:38

    Avec un gouvernement fort et nationaliste,la Syrie traverse des problèmes sectaires et religieux créés par les bandes ou gangs de terroristes armés par les occidenteaux. Avec l´ intention de diviser et affaiblir la Syrie, suivant le plan sunnite américano/israelien. Avec un gouvernement provisoire composé par des traitres venus de l´extérieur qui entreprennent l´explosion et le sabotage de la Syrie et de son peuple, serait la fin de la Syrie. Ils ne pourront jamais composer de gouvernement.Ils sont au service des puissances étrangères de l ´ OTAN. .
    L´ ONU doit travailler pour la paix en Syrie, et ne pas ètre au service des sionistes, qui ne cherchent pas autre chose que la destruction de la Syrie et du monde arabo-musulman…