Aller à…
RSS Feed

Syrie : L’Allemagne participe aux préparatifs de Guerre !, par Christophe Dreier


Syrie : L’Allemagne participe aux préparatifs de Guerre !, par Christophe Dreier
 
IRIB-En coulisses le gouvernement allemand s’active depuis longtemps dans la guerre civile en Syrie…

… et dans les préparatifs d’une intervention militaire.

Berlin est un important centre pour l’ASL et le CNS soutenus par les occidentaux qui travaillent discrètement là bas à des plans pour renverser le président syrien Bashar al Assad. Les 70 états appartenant au groupe des « Amis de la Syrie » qui ont soutenu le soulèvement armé contre Assad ont un secrétariat à Berlin et s’y sont réunis là bas le mois dernier. Jusqu’à présent la plupart de ces activités ont eu lieu en secret. Publiquement Berlin joue le rôle de médiateur cherchant à obtenir le ralliement de la Russie et de la Chine pour soutenir une Résolution au CSONU. Néanmoins ce rôle semble terminé.
En début de semaine dernière, le ministre des affaires étrangères allemand, Guido Werterwelle, a dit au Süddeutsche Zeitung qu’un « virage » avait été amorcé concernant la politique à l’égard de la Syrie. Berlin ne cherche plus à considérer le conflit dans le cadre du CSONU mais en dehors avec les « Amis de la Syrie » même contre la volonté de la Russie et de la Chine.
Un document produit par le ministre des affaires étrangères pour les partenaires européens de Berlin dit que le régime d’Assad ne pourra plus re contrôler toute la Syrie. Parce que les puissances occidentales ne peuvent pas intervenir avec le soutien du Conseil de Sécurité à cause du rejet par la Russie et la Chine de toute intervention militaire d’autres arrangements doivent être trouvés pour la reconstruction après la fin du régime déclare le document. Ceci est un appel à peine voilé à une intervention militaire par une « coalition des volontaires ».

Depuis le début du conflit en Syrie la Bundeswehr (forces armées allemandes ) a joué un rôle primordial dans la fournitures d’armes aux « rebelles » syriens. Une grande partie de ses armes ont été transportées par mer au port libanais de Tripoli et de là passées clandestinement en Syrie.
La marine de guerre allemande est stationnée dans la région depuis 2006 dans le cadre de la mission de l’UNIFIL et est officiellement chargée de stopper tout transfert clandestin d’armes . Aucun transfert aux « rebelles » n’a été stoppé. Le 28 Juin le Bundestag( Parlement fédéral ) a prolongé le mandat de la mission de l’Allemagne citant la situation en Syrie.

De plus Berlin a fait fortement pression pour que l’UE adopte et intensifie régulièrement ses sanctions contre la Syrie. En Syrie l’embargo a provoqué une situation sociale catastrophique. En Mai l’inflation était de 33% et l’interdiction d’importation du pétrole syrien dans l’UE à lui seul a réduit les revenus de 3 milliards. En conséquence 65% des PME ont du fermer. Depuis fin Mai l’Allemagne fait partie du groupe des « amis de la Syrie » qui comprend des pays qui soutiennent l’ASL et oeuvrent au renversement d’Assad.

Le bureau de coordination du groupe qui maintient des contacts avec les « rebelles « syriens est basé à Berlin et dirigé par l’ancien chef des bureaux afghans du Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW), Gunnar Wälzholz. Il est financé par le ministère des affaires étrangères à hauteur de 600 000 euros. En coopération avec le CNS, le groupe est supposé organiser la reconstruction de la Syrie après la chute d’Assad. Ce qui veut dire la privatisation des entreprises d’état et le développement d’une économie de marché.

Comme l’a rapporté l’hebdomadaire le Zeit depuis Janvier de cette année le ministère des affaires étrangères a également développé un projet secret le «Jour D’Après » organisé par la Stiftung Wissenschaft und Politik (Foundation for Science and Politics, SWP) en coopération avec le United States Institute of Peace (USIP) à Berlin-Wilmersdorf.

Plus de 50 représentants de l’opposition syrienne ont été amenés pour travailler avec les deux institutions sur des plans pour la période post Assad. Parmi eux on trouve des ex généraux et des représentants de l’ASL de même que des Frères Musulmans et des nationalistes séculiers. Le SWP a été crée en 1962 et reçoit environ des dizaines de millions de $ chaque année de fonds fédéraux. En tant que plus grande institution en Europe il conseille le gouvernement fédéral allemand en matière de politique étrangère et de sécurité. Avec le « Jour d’Après » il est devenu un acteur clé en matière de politique étrangère concernant la Syrie. Selon le directeur du SWP, Volker Perthes, il a eu la chance de « créer une communauté d’expression sans se faire remarquer et sans pression ». En Août un document sera soumis faisant état des « réformes nécessaires » de la Constitution en Syrie, pour l’armée les agences de sécurité et l’économie.

Depuis des mois le SWP a publié des analyses appelant à une intervention militaire en Syrie et demandant la participation de l’Allemagne. Dans un article paru le 3 Juin le « Jour d’Après » chef Muriel Asseburgs a écrit que le temps des compromis pour la Syrie était terminé. I[« La violence en Syrie ne sera pas stoppée par des négociations mais seulement par la victoire ou l’épuisement d’un des deux protagonistes »]- a-t-elle écrit résumant la nouvelle position du gouvernement fédéral. En Mai le dirigeant du groupe de recherche pour la politique de sécurité de la Fondation, Markus Kaim, a publié un texte déclarant qu’une opération de l’OTAN contre la Syrie était probable et présentant 5 scénarios pour une frappe militaire. Sa première proposition armer et entraîner les rebelles de même que mener des actes de sabotage contre le régime d’Assad ont déjà été actés.

Une participation purement symbolique de l’Allemagne dans une intervention militaire ne serait pas suffisante selon Kaim. Le rôle de l’Allemagne dans la crise de l’Euro a « de nouveau soulevé « la question «de la volonté de l’Allemagne de diriger et imposer ses capacités en Europe mais aussi au-delà » écrit -il. «Décider actuellement de condamner les actions du gouvernement Assad contre l’opposition mais finalement les accepter discréditerait la politique étrangère allemande ».

Le soutien de Berlin à l’opposition armée syrienne et ses préparatifs pour la période post Assad montrent que ce point de vue est maintenant dominant au sein du gouvernement. L’Allemagne est prête à imposer ses intérêts économiques et stratégiques par les armes. Cela marque un changement significatif dans la politique de l’Allemagne au Moyen Orient. Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale l’Allemagne a établi des relations économiques fortes non seulement avec Israël et d’autres états dominés par les US mais aussi avec d’autres pays de la région. En 2009 le Moyen Orient était le deuxième plus important importateur de produits allemands en dehors de l’Europe et après les Etats Unis.

Ces intérêts ont de plus en plus été mis à mal par les efforts des US pour dominer militairement la région par des interventions et des guerres. Berlin s’est opposé à la guerre d’Irak et au bombardement de la Libye. Des entreprises allemandes continuent de refuser l’embargo contre l’Iran soutenu par Berlin car les contrats iraniens sont trop lucratifs.
Cependant cette position a atteint ses limites car Berlin n’est pas dans une position de se confronter aux US militairement. Cela s’est vu pour la Libye. L’année dernière la France les US et la Grande Bretagne ont mené une guerre contre le colonel libyen Muammar al Gadhafi pour imposer un changement de régime l’Allemagne et les états du BRICS se sont abstenus au CSONU et ont refusé de participer militairement. Mis à part ses propres intérêts économiques en Libye le gouvernement de Berlin avait aussi en tête la coopération économique et stratégique de l’Allemagne avec la Russie et la Chine. Alors que l’industrie allemande menait des affaires lucratives avec Kadhafi après la victoire des rebelles et l’installation d’un régime fantoche les intérêts allemands en Libye ont été sérieusement endommagés. En 2011 les exportations allemandes vers la Libye ont chuté de 67% et les importations de l’Allemagne en provenance de Libye de 36% comparé à l’année précédente.

Vu sous l’angle de l’impérialisme allemand ce scénario ne peut pas se reproduire. Par conséquent l’Allemagne participe activement aux préparations de guerre. En Syrie aussi l’Allemagne avait des intérêts économiques stratégiques. En 2009 l’Allemagne était le plus important client de la Syrie pour le pétrole et la Syrie est le huitième fournisseur de pétrole de l’Allemagne. Gardant un œil sur la Russie et la Chine – deux marchés clés pour les exportations et les sources de matières premières- l’Allemagne a partiellement dissimulé ses efforts pour soutenir l’opposition syrienne et déclaré officiellement qu’elle n’accepterait une intervention militaire que sous mandat de l’ONU. Cette dissimulation a aussi une autre raison : une opposition profondément enracinée dans la population allemande à la guerre. Selon un sondage récent 12% seulement des Allemands soutiendraient une intervention militaire en Syrie tandis que 13% sont pour un soutien militaire et financier à l’opposition. La grande majorité de la population rejette les deux scénarios.

Pour appliquer sa politique étrangère agressive l’impérialisme allemand doit combattre sur deux fronts : contre la Syrie et contre les classes laborieuses allemandes.

Christophe Dreier 31/07/2012 World Socialist Web site : Germany participates in war preparations against Syria

Traduction Mireille Delamarre pour PNV