Aller à…
RSS Feed

Syrie, le Parisien les jeunes dames jihadistes et mon soulagement


Syrie, le Parisien les jeunes dames jihadistes et mon soulagement
simone lafleuriel-zakri

11/02/2014

Urgent…Allons dormir braves gens sur nos deux oreilles ….Les jihadettes font la cuisine et servent de douces nounous aux orphelins des camps de réfugiés …
Et si c’est le bon Parisien qui nous rassure sous l’autorité de ces spécialistes… on peut faire relax. !
Mais qui propage des rumeurs à faire mourir de peur des pauvres parents désinformés Suivez mon regard ou lisez jusqu’à la fin !

Mesdames Messieurs, je vous annonce donc que pour cette affaire de jeunes dames qui font jihad en Syrie, il ne s’agit au mieux que d’un mariage avec consentement des parents des deux côtés ..ou d’un entraînement à la tchétchène de femmes par ailleurs  » libres indépendantes » intellectuellement et financièrement  »
Tiens moi ça me fait repenser à un autre débat sur les Femen à « On n’est pas couchés « samedi ! !
Le jihad sous niqab ne serait que l’autre expression de « l » émancipation de la femme !  »
Bof …allons faire dormir paisiblement nos ordis !

copie :
Alep (Syrie). Une dizaine de jeunes femmes françaises auraient rejoint les rangs de la rébellion syrienne. (Anadolu Agency/Onur Coban.)
Le phénomène, encore inconnu il y a quelques mois, semble prendre une ampleur inquiétante. Le récent appel à l’aide dans les médias du père de Y. — un des jeunes jihadistes de Toulouse —, s’adressant aux autres parents dans son cas, a semble-t-il ouvert la voie à des familles qui, ces jours derniers, se sont manifestées et laissent désormais entrevoir un aspect inédit du jihad : le recrutement de jeunes femmes. Elles seraient déjà une dizaine à avoir rejoint les rangs de la rébellion syrienne. Qu’elles viennent des Mureaux (Yvelines), d’Avignon (Vaucluse) ou de Grenoble (Isère), toutes semblent avoir comme point commun une radicalisation rapide et soudaine, qui a totalement échappé à leurs proches .

« C’est effectivement très nouveau pour des femmes occidentales de partir faire le jihad, décrypte Samir Amghar, sociologue spécialiste de l’islam radical, auteur du Salafisme d’aujourd’hui (Ed. Michalon). L’apparition de femmes kamikazes dans le conflit tchétchène a semble-t-il fait son chemin dans l’imaginaire de ces jeunes femmes. Par ailleurs, l’indépendance financière et intellectuelle qu’elles manifestent en partant est aussi le signe, certes paradoxal, d’une émancipation de la femme », souligne également le chercheur.

Comme leurs coreligionnaires masculins, ces jeunes filles auraient le sentiment de partir pour une cause juste, celle d’alléger les souffrances de la population syrienne et, in fine, d’instaurer là-bas un Etat islamiste. Un « romantisme du jihad », selon le chercheur qui, néanmoins, est à comprendre dans une acception large du terme.

« Elles sont plutôt attirées par la dimension humanitaire que guerrière du conflit, souligne de son côté Mathieu Guidère, chercheur et professeur d’islamologie à l’université de Toulouse. On les retrouve dans des camps de réfugiés à s’occuper d’orphelins ou à servir de cuisinières ou d’infirmières auprès des soldats, en tout cas pas comme kamikaze ou avec un kalachnikov à la main. »

Les proches de ces jeunes femmes expriment également, parfois à demi-mot, une autre crainte : celle que leur fille, sœur ou nièce, ne serve de « fille à soldat »… « Le phénomène dit du jihad du sexe, s’il a bien existé dans d’autres conflits, ne semble pas être pertinent en Syrie », tempère Samir Amghar.

« Il s’agit d’une rumeur lancée par le gouvernement de Bachar al-Assad pour discréditer ses opposants », précise Mathieu Guidère, avant d’insister sur le caractère ultraminoritaire du phénomène. Pourrait-il faire tâche d’huile? Les deux chercheurs n’y croient guère. « Les combattants syriens ont plus besoin d’armement sophistiqué que de chair à canon », conclut Samir Amghar.!

0 0 voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x