Aller à…
RSS Feed

Le ministère des AE: Le gouvernement turc soutient les groupes terroristes et leur ouvre ses aéroports et ses frontières avec la Syrie


 18/09/2012

Par Raghda Bittar

Le ministère des AE: Le gouvernement turc soutient les groupes terroristes et leur ouvre ses aéroports et ses frontières avec la Syrie

16 Sept 2012

 

Damas/ La Syrie a affirmé qu’elle va fournir d’importantes informations au président du Conseil de Sécurité et au secrétaire général de l’ONU sur les vraies parties qui se trouvent derrière les actes terroristes en Syrie, telles que les explosions qui avaient eu lieu dans plusieurs villes syriennes et la destruction des biens publics et privés du peuple syrien.

Dans deux messages identiques adressés au Président du Conseil de Sécurité et au secrétaire général de l’ONU, le ministère des Affaires étrangères a exprimé son regret devant les comportements du gouvernement turc qui avait prétendu pendant des années être contre le terrorisme alors qu’il soutient les éléments terroristes et ouvre devant eux ses aéroports et ses frontières avec la Syrie pour perpétrer des actes terroristes contre le peuple syrien et violer d’une façon flagrante le droit international et les règles de bon voisinage. « Dans ce cadre, le gouvernement turc a permis à des milliers d’assassins et de terroristes d’Al-Qaëda, de takfiris et de Wahhabites d’entrer en Syrie pour commettre des crimes contre les Syriens innocents, faire exploser leurs biens et y semer l’anarchie et la ruine.

Le ministère a indiqué que le gouvernement turc n’était pas satisfait d’héberger des organisations hostiles à la Syrie venant de pays arabes et autres et de leur fournir l’argent et l’arme, mais il a procédé à l’ouverture de campas d’entraînement. Il a précisé que l’un des parlementaires turcs avait indiqué que les réfugiés syriens que le gouvernement turc prétend les accueillir dans des camps, ne sont que des assortiments de combattants religieux, tout en s’interrogeant sur la garantie que ces combattants ne combattraient pas un jour contre la Turquie.

Dans les deux messages, le ministère a cité les centaines de tonnes d’armes venant de la Libye et d’autres commerçants et courtiers du terrorisme au gouvernement turc pour les faire parvenir aux éléments d’Al-Qaëda et de Djihadistes existant en Syrie, dans un défi flagrant des résolutions du Conseil de Sécurité, sans parler des armes turcs confisquées par les parties syriennes concernées avec les terroristes et les gangs criminels en Syrie.

Le ministère a appelé le Conseil de Sécurité et ses commissions spécialisées à enquêter immédiatement sur ces informations dangereuses qui ne sont plus secrètes mais au contraire elles ont été publiées dans des mass médias internationaux de plusieurs pays membres du Conseil de Sécurité, dont le journal Sunday Times en date du 14/09/2012, et ce, en vue de mettre un terme à de telles violations terroristes et de punir les criminels.

Le ministère a indiqué que le mutisme devant ces crimes, dans le cadre de pactes immoraux entre la Turquie et certains pays influents au Conseil de Sécurité, à ajouter le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Libye, signifie un appui au terrorisme et à son financement et alimente le feu de rancune et de terrorisme en Syrie, tout en mettant en garde contre la poursuite des actes soutenant le terrorisme international par des parties régionales et internationales.

Raghda Bittar