Aller à…
RSS Feed

Syrie/Al Jazeera: 3 journalistes démissionnent en signe de protestation


Trois journalistes de la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera ont démissionné la semaine dernière pour dénoncer la position de leur direction sur la crise syrienne, rapporte vendredi la chaîne russe Rossiya 24, citant Ali Hachem, un des journalistes protestataires.
« Les premières manifestations au début de la contestation n’étaient pas pacifiques – il y avait même des personnes armées. Je l’ai vu de mes propres yeux, et c’est probablement une des raisons de mon départ d’Al Jazeera. J’ai vu des hommes armés se déplaçant du Liban en Syrie, traversant la frontière », a déclaré M.Hachem, ex-correspondant d’Al Jazeera au Liban.
« Il ne s’agissait pas d’un ou de deux militants, mais de dizaines de personnes qui allaient ensuite affronter ensuite les forces gouvernementales (syriennes) », a-t-il ajouté.
Selon Rossiya 24, le directeur exécutif du bureau d’Al Jazeera à Beyrouth, Hassan Chabaan, fait partie des démissionnaires qui protestent contre une couverture partiale des événements en Syrie.
Le 15 mars, l’agence syrienne SANA, citant une source au sein du ministère de l’Information du pays, a affirmé que des groupes terroristes capturaient et tuaient des civils syriens afin de les faire passer pour des victimes du régime. En outre, selon la source, les chaînes satellitaires arabes (Al Jazeera et Al Arabiya) ont ces derniers temps commencé à prendre des militants en qualité de correspondants pour couvrir ces faux crimes dans les régions contrôlées par les terroristes.
Selon SANA, ces informations sont confirmées par des habitants de la ville syrienne de Homs, qui identifient, parmi les victimes présumées de l’armée syrienne selon les reportages d’Al Jazeera et d’Al Arabiya, leurs proches, qui ont été depuis longtemps capturés et tués par des terroristes.

Vendredi 16 Mars alterinfo.net

Une réponse “Syrie/Al Jazeera: 3 journalistes démissionnent en signe de protestation”

  1. vilistia
    mars 17, 2012 à 12:37

    Attentat à Damas: la « guerre de repli » des radicaux
    http://goo.gl/VitCu