Aller à…
RSS Feed

TERRORISME. Le double calendrier d’Al-Qaïda face à la folie et la naïveté de l’Occident


Publié le 3 juin 2013

allain jules

 

Djihadiste dans une maison à Alep avec le drapeau d'Al Qaïda

Djihadiste dans une maison à Alep avec le drapeau d’Al Qaïda

C’est une constance, les autorités politiques occidentales ne semblent visiblement pas travailler pour leurs différents peuples, quand on voit leurs solutions toujours biaisées au Proche et Moyen-Orient. Alors que les Frères musulmans, par la voix de l’homme qui se prend pour Dieu, l’imam des bas-fonds et de la pègre Qaradawi, appellent officiellement les sunnites du monde entier au djihad en Syrie, l’Occident les accompagne aveuglement dans cette guerre confessionnelle en croyant pouvoir tirer les marrons du feu. Ne retenant jamais les leçons du passé, ce sont les mêmes politiques qui émaillent de leurs réflexions. Or, leurs agissements finissent par broyer les laïques, notamment les chrétiens d’Orient, entre autres.

Comment expliquer à ces dirigeants que le calendrier terroriste est concis et savamment orchestré ? Le chef militaire d’Al-Qaïda au Yémen a averti les Américains dans un message audio mis en ligne hier, dimanche, que les bombardements des attentats de Boston ont révélé une sécurité américaine très fragile et exhorté les musulmans à défendre leur religion. Le sieur Qassim al-Rimi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, chef d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique, a poussé le bouchon plus loin en déclarant que la fabrication des bombes comme celles utilisées dans les deux explosions à Boston en avril dernier, sont de « la portée de tous ».

Effectivement, les cas isolés sont les plus difficiles à détecter. En lisant entre les lignes, puisque ce chef terroriste parle de la défense de la religion, chaque musulman faible d’esprit se sentira concerné et pourra donc passer à l’action. Quoi de plus normal quand on entend certains responsables politiques dire du mal, à longueur de journée, de l’islam ? Mais, entre les Frères musulmans et cette sortie du chef d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique -coïncidence patente-, il faut s’inquiéter. Mais, les mamamouchis de la bien-pensance, ces ayatollahs dont le logiciel est resté figé dans les années de la domination occidentale sur le monde n’en ont cure.

L’argent qui guide les pas des dirigeants occidentaux est la seule chose qui compte vraiment. Le Qatar l’a si bien compris que, avec sa diplomatie dite du « chéquier », il les arrose à tout va, achetant ainsi leur silence. C’est ainsi que Qaradawi peut distiller son vénin depuis le Qatar, sans être inquiété. Quelle est la différence entre un homme comme lui qui appelle à la mort d’autres êtres humains et les chefs terroristes ? J’avoue n’en voir aucune. C’est une lapalissade. Cet homme, en toute impunité, demande de tuer, de violer et, aucune instance internationale ne lui fait de reproche. C’est à croire qu’il n’existe aucune donnée juridique pour pouvoir le poursuivre. Que font Interpol, la CPI et les autres ?

Avez-vous vu un média « mainstream » français s’inquiéter, protester, s’insurger, dénoncer la dérive verbale du dernier prêche de l’imam des bois Qaradawi, qui a osé affirmer que les alaouites sont pires que les chrétiens et les juifs ? Ceci dit tout de l’idélogie guerrière du Qatar son parrain-financier-hébergeur. A-t-on oublié les années de plomb en Algérie avec le FIS ? Le monstre de Qaradawi faisait déjà parler de lui négativement. C’est d’ailleurs à la suite de ça que le bougre s’est réfugié au Qatar. Consultons des juristes autour de nous pour savoir comment cet homme peut être condamné par la justice internationale…