Aller à…
RSS Feed

Treize officiers français »capturés par l’armée syrienne»


Treize officiers français ont été capturés par les forces syriennes, selon le journal Daily Star basé au Liban, le premier média grand public à faire rapport sur les rumeurs de troupes occidentales sur le terrain.

Treize soldats français « capturés par l’armée syrienne»

Combattants de l’Armée syrienne libre se rassemblent près d’un hit de la construction d’un réservoir de l’armée syrienne à Idlib, Syrie du Nord Photo: AP Photo / Rodrigo Abd
Henry SamuelPar Henry Samuel , Paris, et Amy Willis

08h07 GMT le 5 mars 2012Commentaires128
Commentaires
Le ministère français des Affaires étrangères a rejeté le rapport, toutefois, dire le Daily Telegraph que pas un seul soldat français est sur le sol syrien.

Mais le ministère de la défense était moins catégorique, affirmant qu’elle n’a ni confirmé ni nié l’allégation.
Un photographe qui a récemment échappé de la ville syrienne assiégée de Homs a également rejeté les suggestions soldats français étaient intervenus pour assurer son évacuation et celle de trois autres journalistes occidentaux.
Le rapport a été lundi, alors que la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge arabe syrien a atteint deux quartiers de Homs où ils distribuaient des vivres et des couvertures pour les civils, y compris des familles qui avaient fui le quartier de Baba Amr battue.
Les équipes ne semblent toujours pas avoir été autorisés à entrer dans Baba Amr lui-même.

Articles connexes
Syrie ‘impasse’ montre l’ONU n’est pas adaptés à l’usage », affirme le chef de l’Assemblée Générale 5 mars 2012
Images secrète montrant «torture» des Syriens à l’hôpital Homs 5 mars 2012
Syrie: Vol de milliers de réfugiés, craignant la vengeance d’Assad 4 mars 2012
Syrie: la Croix-Rouge négocie avec le régime sur l’accès Homs 4 mars 2012

La Chine appelle les deux parties en conflit en Syrie à mettre fin à la violence3 mars 2012

Syrie: «mines blocage Croix-Rouge sauvetage» 3 mars 2012

«Nous sommes dans les quartiers d’al-Inshaat et al-Tawzii. Al-Inshaat est le quartier le plus proche de Baba Amr. Évidemment, il ya la population résidente ayant besoin d’aide, que ce quartier a aussi été affectée par la violence, mais il accueille également de nombreuses familles qui ont fui Baba Amr, « Hicham Hassan, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a déclaré .
Un convoi du CICR transportant des vivres pour « plusieurs milliers de personnes» et d’autres fournitures de secours étaient également arrivés à Homs, de Damas, le deuxième en moins d’une semaine, at-il dit.
Il est également apparu que la Syrie émissaire Kofi Annan se rendra à Damas le 10 Mars.
Le rapport affirmant que les officiers français sont sur le terrain venait du Daily Star, un journal réputé à Beyrouth.
Le Daily Star cite une source palestinienne Pro-syrien basé à Damas, comme alléguant que les troupes françaises sont détenus dans un hôpital de terrain à Homs.

La source revendiqué fonctionnaires à Paris et Damas se négocier un accord sur ce qu’il faut faire avec les ressortissants français.
Aucune explication quant à pourquoi les troupes françaises avaient été en Syrie a été donnée, ni a aucune indication quant à savoir si elles avaient fait partie d’un plus grand contingent.

Il n’était pas possible de vérifier de manière indépendante les revendications.
Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères en France a déclaré: «Nous refusons l’idée qu’il ya des troupes françaises sur le terrain». Un porte-parole de la défense a déclaré: « Nous n’avons aucune information à ce sujet. Nous ni confirmer ni infirmer cela.  »
Damas n’a pas commenté la présence des troupes françaises sur le sol syrien.
Cependant, l’OTAN Secrétaire général Anders Fogh Rasmussen a déclaré le mois dernier qu’il n’avait pas l’intention d’intervenir dans le pays avec la Libye.

« Non, je ne le pense pas parce que la Syrie est également une société différente, elle est beaucoup plus complexe ethniquement, politiquement, religieusement. C’est pourquoi je crois qu’une solution régionale doit être trouvée », at-il dit.

Homs, à 20 miles de la frontière libanaise, reste un champ de bataille stratégique avec les forces loyales au président Bachar al-Assad implacable dans leur bombardement de la région et anti-Assad manifestants poursuivre leurs protestations contre le dictateur tyrannique.
Les militants ont dit hier au moins 12 personnes, dont trois enfants et trois femmes, ont été tués dans des bombardements dans Rastan, dans la banlieue de Homs, le dimanche. Les hommes d’une autre banlieue, Baba Amr, ont été arrêtés séparément et 10 ont été alignés contre un mur et fusillés, des militants et des réfugiés réclamés.
Edith Bouvier journaliste français a été sorti clandestinement de Syrie, avec trois autres la semaine dernière après avoir subi une fracture à la jambe dans ce qui, selon certains, était une attaque ciblée sur des journalistes occidentaux.
Marie Colvin, journaliste au Sunday Times, a été tué dans le bombardement le 22 Février à côté du français photojournaliste Rémi Ochlick. Ils ont travaillé à partir d’un centre de presse improvisé dans le quartier où ils ont été frappés.
Le rapport ne dit pas si les troupes françaises faisaient partie de la mission d’évacuer les journalistes, qui avaient été retranchés dans une maison sûre pendant une semaine après le bombardement mortel.
Mais dans une interview ce matin à la radio France Info, William Daniels, le photographe français qui s’est échappé avec Edith Bouvier, a nié tout contact avec les forces françaises.

«Je n’ai jamais vu de troupes françaises pendant cette opération. Nous étions seulement avec les Syriens de l’Armée syrienne libre (rebelle).Nous devons notre évasion à eux « , at-il dit.

Il a ajouté: «Nous n’avons pas réussi à communiquer avec n’importe qui (par les autorités françaises) pour la totalité du voyage car il n’y avait pas de lignes téléphoniques, de toute évidence, pas d’Internet et pas de téléphones satellitaires, et de toute façon on n’aurait pas utilisé un téléphone satellite comme elle aurait permis (l’armée syrienne) pour nous situer « .
Comptes de l’évasion ont seulement mentionné l’aide des rebelles, bien que l’ambassadeur français Eric Chevallier est retourné à Damas la semaine dernière pour discuter extraire les journalistes en toute sécurité.
La France a annoncé la fermeture de son ambassade, vendredi, alors que les agressions ont continué dans la région. Grande-Bretagne a déjà évacué son ambassade.