Aller à…
RSS Feed

Un an après les frappes de l’Iran contre la base d’al-Assad, le traumatisme persiste


par lecridespeuples

Ces troupes américaines ont survécu à l’une des plus grandes crises de l’ère Trump. Un an plus tard, ils n’en sont toujours pas remis.

Source : Washington Post, 10 janvier 2021

Traduction : lecridespeuples.fr

Par Dan Lamothe

Les soldats américains se sont précipités d’un bunker à l’autre, trébuchant devant des épaves calcinées, des cratères de 10 mètres de large et des flaques de carburant diesel. Un barrage de missiles balistiques avait brièvement assommé certains d’entre eux, et d’autres missiles étaient en route.

Le major Alan Johnson a eu du mal à se concentrer après avoir absorbé les ondes de souffle monstrueuses de plusieurs explosions, dont une qui a manqué son bunker d’à peine 20 mètres, se souvient-il.

« J’ai toujours de l’anxiété », a déclaré Johnson. « Je fais des cauchemars récurrents de missiles, juste ce bruit de ces choses qui arrivent. »

Tech. Sgt. Bryan Moody, a member of the Kentucky Air National Guard Security Forces, was part of an Air Force security forces team on the night of the Iranian attack.

Le Sergent Bryan Moody, membre des forces de sécurité de la Garde nationale aérienne du Kentucky, faisait partie d’une équipe des forces de sécurité de l’armée de l’air la nuit de l’attaque iranienne.

Les États-Unis se trouvaient au bord du précipice d’une guerre totale il y a un an lorsque l’Iran a lancé 16 missiles sur les forces américaines en Irak. Onze ont frappé la base aérienne d’Aïn al-Asad dans la partie ouest du pays, un autre a atterri à l’extérieur de la ville nordique d’Irbil et quatre ont dysfonctionné, selon l’armée américaine.

Après des mois de confrontation croissante, des manifestants dénoncés par Washington comme pro-Iraniens avaient assiégé l’ambassade des États-Unis à Bagdad environ une semaine plus tôt. L’administration Trump a répondu quelques jours plus tard en lançant une frappe de drone à Bagdad qui a tué un Général iranien, Qassem Soleimani, un ennemi de longue date des projets des Etats-Unis au Moyen-Orient.

Voir Nasrallah raconte Qassem Soleimani et les coulisses de sa victoire contre Daech en Irak

Face à la plus grave crise de sécurité internationale de sa présidence, le Président Trump a soudainement changé de cap. « Tout va bien ! », a-t-il tweeté quelques heures après l’attaque du 8 janvier 2020.

Un an plus tard, les militaires qui ont subi l’attaque ont décrit à quel point les États-Unis et l’Iran s’étaient retrouvés à deux doigts d’une plus grande calamité.

Officiellement, aucun soldat américain n’a été tué malgré l’utilisation par l’Iran d’armes mesurant chacune environ 12 mètres de long et transportant 750 kilogrammes d’explosifs, plus puissantes que toutes les armes lancées sur les Américains en une génération.

Mais 110 survivants ont finalement été diagnostiqués avec des lésions cérébrales traumatiques (T.B.I.), certains nécessitant de longues hospitalisations et des thérapies intensives au Walter Reed National Military Medical Center à l’extérieur de Washington. L’armée a révélé les blessures plusieurs jours après la frappe, affirmant qu’une annonce antérieure de Trump selon laquelle il n’y avait « pas de victimes » était basée sur les meilleures informations dont le Pentagone disposait alors.

Une des photos les plus significatives de 2020 :

Un soldat US de la base d’Aïn al-Assad, la plus grande d’Irak, le lendemain des frappes iraniennes. Son regard dit tout. https://t.co/uNAzEWDnWk https://t.co/oYb5xosS3l

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) January 10, 2021

En réalité, 29 militaires, dont Johnson, ont été suffisamment blessés pour recevoir le Purple Heart [médaille militaire accordée aux soldats blessés ou tués au service de l’armée] lors de la frappe, que les Iraniens ont appelée Opération Martyr Soleimani.

Nombreux sont ceux que l’attaque à laissés avec des sentiments de colère et d’impuissance. Les survivants réfléchissent toujours à une nuit qui semble de plus en plus négligée, l’année 2020 ayabt ensuite inclus la pandémie de coronavirus, un débat national tendu sur la race et l’une des élections présidentielles les plus controversées de l’histoire américaine.

« Je ne pense pas que quiconque ait pu traverser cela sans effets, psychologiquement ou émotionnellement, à cause du traumatisme de l’événement », a déclaré le lieutenant-colonel Jonathan Jordan, l’officier des opérations d’une unité de l’armée de l’air présent cette nuit-là.

Palestinian scouts take part in a ceremony in Gaza City on Jan. 4 marking the anniversary of the killing of Iranian Revolutionary Guard commander Qasem Soleimani.

Des Scouts palestiniens participent à une cérémonie à Gaza le 4 janvier pour marquer l’anniversaire du meurtre du commandant de la Brigade Al-Quds (Jérusalem) des Gardiens de la révolution iranienne

Préparatifs avant l’attaque

Presque immédiatement après l’attaque contre Soleimani, les troupes américaines à travers le Moyen-Orient ont commencé à se préparer à une éventuelle vengeance iranienne.

Le Sergent Samuel Levander, membre d’équipage d’un escadron d’aviation d’opérations spéciales affecté temporairement à al-Assad, a déclaré que les employés civils embauchés pour cuisiner sur la base avaient même cessé de se présenter au travail.

Son unité a commencé à évaluer le nombre de personnes qu’ils pouvaient embarquer dans leur avion, un CV-22, si une fuite rapide était nécessaire.

C’est le 7 janvier que la gravité de la menace est devenue claire : l’Iran ne prévoyait pas d’attaquer avec des roquettes, qui peuvent tuer quelques personnes à la fois, mais avec des missiles beaucoup plus puissants lancés à des centaines de kilomètres de l’autre côté de la frontière irakienne.

A map locating Al-Asad Air Base, in Anbar Province, Iraq

Carte localisant la base d’Aïn al-Assad, province d’Anbar, Irak

Jordan a déclaré que lui et son commandant, le lieutenant-colonel Staci Coleman, avaient élaboré un plan. La moitié des 160 aviateurs qu’ils supervisaient partiraient sur un C-130 sous la direction de Jordan, décida-t-elle. L’autre moitié resterait avec Coleman, se terrant dans des bunkers.

« Nous nous attendions à une dévastation totale à ce moment-là », a rappelé Jordan.

Ailleurs sur la base, des dizaines de troupes d’opérations spéciales américaines se préparaient à partir à bord de trois avions CV-22, chacun de 24 sièges. L’équipe de Levander a calculé qu’elle pourrait en entasser beaucoup plus, faisant finalement partir 194 personnes, selon une citation de récompense rapportée pour la première fois par l’Air Force Times.

D’autres ont dû rester.

Le sergent-chef principal Noal Yarnes s’est mis à l’abri dans une structure fortifiée, disant aux aviateurs sous sa supervision d’apporter leurs masques à gaz, juste au cas où. Les missiles, comme il le savait, étaient capables de transporter des armes chimiques.

Johnson, travaillant avec des soldats dans une autre partie d’al-Assad, a décidé d’enregistrer un message vidéo pour son fils, Jack, maintenant âgé de 7 ans. Il voulait laisser derrière lui quelques derniers mots, a-t-il dit, juste au cas où « quelque chose de grave arriverait à papa. »

« Missile en approche, missile en approche ! »

A damaged building, hit by Iranian airstrikes, inside the Ain al-Asad base near Anbar, Iraq, on Jan. 13, 2020.

Un bâtiment endommagé, touché par des frappes aériennes iraniennes, à l’intérieur de la base d’Aïn al-Assad près d’Anbar, en Irak, le 13 janvier 2020

L’aérodrome était calme à l’approche de minuit, « presque comme une ville fantôme », a déclaré le Sgt. Bryan Moody, membre d’une équipe des forces de sécurité de l’armée de l’air en service cette nuit-là.

Moody, un membre de la Garde nationale aérienne du Kentucky, et ses collègues, ont fait une ronde dans un camion résistant aux mines, s’assurant que la base était sécurisée. D’autres troupes veillaient dans les tours de garde, vigilantes au cas où une attaque au sol se matérialiserait également, tandis que presque tous ceux qui étaient encore sur la base se réfugiaient où ils le pouvaient.

L’avertissement a retenti dans les haut-parleurs après 1h du matin : « Missile en approche ! Missile en approche ! Mettez-vous à couvert ! »

Le premier missile a explosé à 1h34, à environ 100 mètres du véhicule résistant aux mines que l’équipe de Moody’s conduisait, jetant des débris sur le capot.

Johnson, affecté à une unité d’aviation de l’armée, s’est blotti avec des soldats dans un abri au-dessus du sol. Ses flancs étant en plein air et de simples sacs de sable recouvrant le béton, le bunker a été conçu pour arrêter les petites roquettes, pas les missiles.

Voir Nasrallah : la frappe de l’Iran est le premier pas vers l’expulsion de tous les soldats américains du Moyen-Orient

Johnson n’a aucun souvenir des trois premières explosions et pense que c’est parce que le troisième l’a brièvement assommé ainsi que d’autres soldats dans son bunker. Le troisième missile avait atterri à environ 70 mètres.

Le quatrième a explosé à environ 300 mètres. Les cinquième et sixième missiles ont sifflé environ 40 secondes plus tard, l’un à 120 mètres et l’autre à seulement 20 mètres. Johnson a goûté de la « poussière de lune à l’ammoniaque » sur ses dents avant de perdre à nouveau connaissance.

Sauvetage au milieu du chaos

Ailleurs sur la base, de nouveaux dangers ont éclaté avec les incendies.

Pendant une pause entre les salves de missiles, Moody et le reste de son équipe ont décidé qu’il serait plus sûr de se repositionner ailleurs. Ils se sont rendus à un endroit donnant sur l’aérodrome vacant, ont coupé leurs phares et ont attendu, a déclaré le sergent d’état-major Drew Davenport, un autre aviateur présent dans le véhicule.

Le plan semblait prometteur, brièvement. Alors que de plus en plus de missiles traversaient le ciel, les aviateurs se préparaient à l’impact. Un missile a explosé à environ 50 mètres de distance, une onde de souffle balayant leur camion alors que le feu, la fumée et les débris crachaient dans l’air nocturne.

« Je n’ai même pas eu le temps d’avoir peur », a déclaré Davenport. « J’étais tellement gonflé d’adrénaline. Je me souviens très bien de ce champignon et de cette couleur rouge vif et orange. C’était l’une des choses les plus folles que j’aie jamais vues. »

Quatre volées de missiles ont duré plus d’une heure, dont une toutes les 15 minutes environ.

Le moment où Hajizadeh, Commandant des forces aérospatioales de l’IRGC, a donné le signal du lancement des missiles contre la base US Aïn al-Assad.

« Nous n’avons prévenu l’Irak que 30 min avant l’attaque, par respect pour leur souveraineté, sans dire quelle base était ciblée. » https://t.co/ihIexjEXob

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) January 15, 2021

Sur cette vidéo, le Commandant des forces aérospatiales de l’IRGC, Ali Hajizadeh, donne le signal du lancement des missiles, et explique qu’il laisse volontairement un intervalle entre chacun pour permettre aux soldats de fuir, contrairement à Trump qui a frappé le convoi de Soleimani avec deux missiles lancés à une seconde d’intervalle.

Pendant les accalmies du barrage, leur équipe et d’autres forces de sécurité se sont précipitées pour vérifier comment allaient les autres sur la base.

Parmi les personnes ayant besoin d’aide, il y avait deux soldats piégés dans une tour de garde en feu, a déclaré Moody. Un missile avait atterri à proximité et ils étaient incapables de descendre de leur perchoir de près de 4 mètres de haut à cause des flammes.

Pour les aider, l’équipe de l’armée de l’air a approché leur camion en marche arrière, permettant aux soldats de sauter sur le dessus du véhicule au lieu de se jeter au sol, ont déclaré les aviateurs.

Ailleurs, un entrepreneur [= mercenaire] victime d’une grave blessure aux yeux avait besoin d’aide.

Un médecin, Robert Jones, s’est empressé de le tirer vers un autre bunker, a déclaré Johnson.

Jones, maintenant sergent, a ensuite été reconnu pour ses actions avec une médaille de mérite de l’armée pour sa bravoure.

Patauger dans le désastre

Même des heures après que l’attaque soit terminée, il y avait peu de mouvement sur la base à l’aube.

Levander a déclaré que le CV-22 de son équipage avait survolé la base tôt ce matin-là. Pratiquement personne n’avait encore quitté leurs bunkers et les hangars étaient toujours en feu, a-t-il déclaré.

Quand lui et ses collègues sont retournés dans leur espace de vie, ils ont trouvé des distributeurs de savon soufflés sur les murs, des lumières suspendues de travers et des générateurs électriques qui s’étaient arrêtés.

Lui et plusieurs de ses coéquipiers ont plus tard été reconnus avec la médaille militaire de l’armée de l’air Distinguished Flying Cross pour leurs efforts.

Les soldats qui avaient survécu dans des bunkers hésitaient à les quitter, même après la diffusion d’un message assurant qu’il n’y avait plus rien à craindre. Certains pleuraient, a déclaré Johnson. Certains gémissaient. D’autres vomissaient.

Voir Un reportage exclusif de CNN révèle la terreur des soldats américains durant les frappes iraniennes

Johnson, un chirurgien de l’air, a demandé si quelqu’un avait besoin de soins médicaux. Personne n’a dit oui, ce qui aurait motivé le rapport initial au Pentagone de zéro blessure qui a ensuite été annoncé par Trump.

« Le fait était que tout le monde avait ces symptômes de traumatisme crânien », a déclaré Johnson. « Mais ces symptômes étaient insignifiants par rapport à ce que nous avons enduré toute la nuit. »

Les membres du service ont commencé à subir des tests par la suite. Les patients présentant les symptômes les plus significatifs ont été évacués d’Irak. Johnson a reçu un diagnostic de lésion cérébrale et a passé des semaines à recevoir de la physiothérapie, de l’orthophonie, de l’ergothérapie, de la motricité oculaire et des soins psychiatriques en Allemagne. Il est finalement retourné au Moyen-Orient pour terminer son déploiement.

Davenport et Moody ont déclaré qu’ils n’avaient subi aucune blessure. Mais ils se demandent comment les Etats-Unis ont évolué si rapidement.

« C’est parfois un peu décourageant », a déclaré Davenport. « Certaines personnes ne savent même pas que c’est arrivé. »

***
La frappe iranienne a fait beaucoup plus de dégâts que Trump ne l’admet

Des centaines de nos soldats ont subi un traumatisme crânien. Nous devons reconsidérer les coûts des interventions militaires.

Par Loren DeJonge Schulman et Paul Scharre

Source : New York Times, 12 février 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

U.S. military personnel surveying the damage at Al Asad Air Base in Anbar, Iraq, after a strike by Iranian missiles last month.

Des militaires américains examinent les dégâts sur la base aérienne d’Al-Assad à Anbar, en Irak, après une frappe de missiles iraniens le 8 janvier 2020.

Plus de 100 soldats américains ont été soignés pour des traumatismes crâniens à la suite de la frappe de missiles iraniens sur la base aérienne d’Al-Assad, dans l’ouest de l’Irak. La frappe est venue en représailles au meurtre de Qassem Soleimani, le commandant de la Force iranienne Qods, qui est devenu un élément récurrent dans la rhétorique de la campagne de réélection du Président Trump.

À l’époque, la réaction américaine à la frappe —qui comprenait environ une douzaine de missiles balistiques, certains transportant plus de 500 kilogrammes d’explosifs puissants— a surtout consisté en une expression de gratitude étouffée pour le fait qu’elle était limitée, qu’il n’y ait pas eu de victimes américaines et qu’il n’y aurait pas eu de spirale d’escalade.

Mais nous avons vite appris que de nombreux militaires américains étaient traités pour un traumatisme crânien. Les chiffres croissants du Pentagone et les messages contradictoires sur la gravité des blessures montrent à quel point l’armée prend au sérieux les traumatismes crâniens (T.B.I.), et, plus important encore, jusqu’où elle doit encore aller.

C’est aussi un avertissement sur la façon dont les Américains pèsent les coûts des interventions militaires, qui au mieux ne reflète que les gros titres du conflit et ne considère que rarement les effets à long terme.

Soldat occupant US : Hé tu veux un bonbon ?
Enfant : Oui !
– J’en ai pas, mais prends cette grenade.
– Non, non, non…
– Allez casse-toi !

Les Etats-Unis, ce bienfait pour l’humanité. https://t.co/TggA9CpxbK

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) January 8, 2021

La fluctuation des rapports n’est pas surprenante pour une blessure aussi insidieuse que le T.B.I. Les symptômes du T.B.I. peuvent être subtils et le diagnostic peut prendre des semaines ou des mois. Le fait que plus de 100 soldats aient subi un T.B.I. si rapidement après l’attaque est un signe que le système militaire de dépistage et d’identification des troupes traumatisées fonctionne.

Ce qui n’est toujours pas clair, c’est la façon dont le Président et les dirigeants de la défense caractérisent l’ampleur et l’impact du traumatisme cérébral ou évaluent la nécessité d’en atténuer les effets. Sur le terrain, les forces américaines comprennent l’importance d’examiner immédiatement le personnel exposé à des explosions pour vérifier la présence de lésions cérébrales et l’urgence de la prévention et du traitement.

Mais à Washington, une telle compréhension est loin derrière, comme nous l’avons vu dans la détermination probablement calculée du Président, peu de temps après les frappes, selon laquelle les blessures n’étaient « pas très graves ».

Les ministères de la Défense et des Vétérans ont parcouru un long chemin dans leur capacité à diagnostiquer la blessure et à offrir un traitement, mais ils continuent de manquer d’autres mesures nécessaires pour lutter contre le T.B.I.

En 2017, le Congrès a mandaté le département de la Défense pour établir un programme de surveillance et d’enregistrement de l’exposition à la pression de l’explosion pour tous les militaires susceptibles de subir une explosion à l’entraînement ou au combat. Un dynamomètre portable développé par DARPA en 2011 permet de quantifier la pression du souffle ; cette information aide à mieux comprendre la relation entre la pression de l’explosion et le T.B.I., et à identifier les troupes qui pourraient être à risque de blessures futures.

Si les troupes participant à l’attaque de missiles avaient porté des jauges de souffle, nous aurions des données quantifiables sur la quantité de pression de souffle à laquelle elles ont été exposées, à la fois pour ceux qui ont développé des T.B.I. et ceux qui n’en ont pas. Cela aiderait le ministère de la Défense à mieux comprendre quel niveau ou type d’exposition est problématique et éclairerait la conception de mesures de protection améliorées —casques, bunkers ou murs— contre de futures attaques.

Du fait de deux années de va-et-vient bureaucratique au sein du département de la Défense, aucun des soldats touchés par l’attaque de missiles iraniens ne portait les jauges.

Les frappes de missiles balistiques iraniens auraient pu causer des traumatismes crâniens par le biais de divers mécanismes :

Le mécanisme primaire est un mur de pression dû au souffle d’une explosion. Même des niveaux relativement faibles d’exposition aux explosions peuvent entraîner des déficits cognitifs temporaires.
Un deuxième mécanisme secondaire est lorsque le vent se précipite pour combler le vide laissé par l’onde de pression. Cela peut projeter des éclats d’obus et des fragments.
Un troisième mécanisme est que des personnes ou des objets peuvent être projetés par ce vent, entraînant des commotions cérébrales.
Un quatrième mécanisme est que des incendies, des gaz toxiques, des brûlures ou des accidents peuvent s’ensuivre.

Les mécanismes non primaires de blessure sont relativement faciles à comprendre et à éviter, par des moyens traditionnels tels que les gilets pare-balles, les casques et les uniformes ignifuges.

Le mécanisme primaire de la blessure —l’onde de pression explosive elle-même— est moins compris. Nous ne savons pas si les militaires d’Al-Assad ont été directement blessés par la pression de l’explosion ou ont simplement été projetés au sol et se sont cogné la tête. Si les fonctionnaires du ministère de la Défense avaient fait leur travail, cette information aurait pu être disponible.

Pourtant, il est clair que le dépistage d’évaluation T.B.I. obligatoire post-incident du Département de la Défense a progressé de façon remarquable depuis les mécanismes incohérents des années des guerres en Irak et en Afghanistan.

Ce qui a été plus lent à s’adapter, c’est une culture qui a abordé les commotions cérébrales comme quelque chose de bénin, ou la crainte que ce diagnostic nuise à la carrière.

Une éducation publique approfondie a atténué une partie de la stigmatisation culturelle du diagnostic et du traitement des traumatismes crâniens, mais il reste encore du chemin à parcourir. C’est pourquoi les communications publiques de la Maison Blanche et du Pentagone ont été un désastre si maladroit.

Les déclarations minimales à la suite de la frappe de missiles iraniens par le Président, le secrétaire à la Défense Mark Esper et Centcom contredisent les recherches médicales approfondies du Département de la Défense lui-même sur la gravité du T.B.I. et le besoin potentiel de toute une vie de surveillance ou d’intervention. Beaucoup ont initialement jugé ces commentaires comme faisant partie de la tendance du ministère de la Défense à faire preuve de toujours moins de transparence. Mais la lenteur de la reconnaissance est plus probablement un retard persistant de l’invisibilité de cette blessure qui se répercute à la fois sur des évaluations à court terme erronées et sur une compréhension à long terme des coûts et des risques.

True. Best part of 2020 was those gorgeous Iranian ballistic missiles pounding US occupation bases in retaliation for the murders of Soleimani and Muhandis. Followed, of course, by the impotent American & GCC non-reaction. https://t.co/l57SHE622U

— Sharmine Narwani (@snarwani) December 31, 2020

Le meilleur moment de 2020 fut ces superbes missiles iraniens qui ont frappé les bases de l’occupant américain en riposte au meurtre de Soleimani et de Muhandis. Suivi, bien sûr, de l’impuissance manifestée par l’absence de réaction des Etats-Unis et des pays du Golfe. (Twitter)

Ces lentilles étroites des effets de la guerre imprègnent les points de discussion des politiciens, le débat public et même la formation et la planification militaires.

Le ministère de la Défense doit modifier ses rapports publics sur les victimes de traumatismes crâniens. Pendant trop longtemps, ses statistiques officielles sur les pertes ont considérablement sous-estimé le nombre réel de blessés, car ils manquent souvent des personnes atteintes de T.B.I. En conséquence, les chiffres sous-estiment gravement les coûts des guerres d’aujourd’hui et des interventions à long terme nécessaires pour y faire face.

Le décompte officiel du Département de la Défense est de 52 000 militaires blessés dans les guerres en Irak et en Afghanistan. Plus de 41 3000 militaires ont reçu un diagnostic de T.B.I. depuis 2000. Ce chiffre combine à la fois des causes de combat et de non-combat. Pourtant, l’énorme pic du nombre de traumatismes cérébraux au cours des années ayant précédé et suivi le pic des guerres en Irak et en Afghanistan témoigne du volume des blessures liées aux combats. Le nombre réel de blessés de guerre est probablement de l’ordre de centaines de milliers.

Ces chiffres trompeurs ne sont pas nécessairement une tromperie délibérée, mais le résultat est le même : le public américain connaît pas la vérité sur le coût humain de ces guerres chez les Américains blessés.

En réponse à l’examen public, le secrétaire Esper a récemment déclaré : « Nous apprenons toujours. Il y a encore beaucoup à apprendre sur ces blessures. » Il est temps de mettre cette éducation en pratique et de commencer à traiter les lésions cérébrales traumatiques avec le sérieux qu’elles méritent.

Loren DeJonge Schulman a servi dans l’administration Obama au sein du personnel du Conseil national de sécurité et au ministère de la Défense. Paul Scharre est un ancien Ranger de l’armée qui a servi en Irak et en Afghanistan, a travaillé comme civil au Département de la Défense et est l’auteur de « Army of None: Autonomous Weapons and the Future of War ».

Voir notre dossier sur l’assassinat de Soleimani.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.
lecridespeuples | 16 janvier 2021 à 21 h 32 min | Catégories : LE CRI DES PEUPLES | URL : https://wp.me/pb3JpA-2RE

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x