Aller à…
RSS Feed

Un commandant d’Al Nosra tué dans des conditions mystérieuses.


 
 
 

Le front al-Nosra, milice d’Al-Qaida œuvrant en Syrie, a perdu  l’un de ses commandants dans le gouvernorat de Deir Ezzor.

Dans la vidéo postée en ligne, il est dit que Ma’moun Jassem AlAhmad, connu sous le sobriquet de « Chahwar « , est tombé en martyr le 25 juin  dans la ville de Moul Hassan sans indiquer que sa mort est survenue lors de l’explosion d’un engin dans sa propre voiture. Ce qui semble être un assassinat planifié par des éléments qui lui sont proches .

Selon le site Arabi-Press, ce commandant de la milice des « Brigades des petits-fils de Mohammad » était réputé pour être l’un des miliciens les plus sanguinaires .

Ammar Haj blessé

Mercredi, toujours à Deir Ezzor, le correspondant de la chaine qatarie AlJazeera, Ammar Al Hajj a été blessé .

Abou Assad le jordanien

 A Alep, un autre commandant du Front Al Nosra a péri sous les tirs de l’Armée Arabe Syrienne. Selon le site Breaking News, le milicien jordanien ‘Alaa Al Najjar Al Bourini (alias Abou Assad le jordanien) a été tué lors d’une attaque perpétrée par la milice contre la prison d’Alep  au cours de laquelle 25 miliciens d’Al Nosra ont été tués.

Les Chrétiens, dans la ligne de mire ?

En mois de 48 heures, un nouvel attentat meurtrier s’est produit dans la communauté chrétienne syrienne.

Après la décapitation de trois chrétiens à Jisr ech-Shoghour,  dont le père François Morad, c’est le quartier chrétien de Damas qui est visé.

Un attentat suicide y a été perpétré ce jeudi, tuant au moins quatre personnes, a rapporté la télévision d’Etat syrienne.
 L’attentat s’est produit  près de l’église mariamite et de l’association de charité Al-Ihsane dans le quartier de Bab Touma et  a touché le quartier contigu de Bab Charqi.
 L'attaque suicide à Bab Touma en Octobre 2012

Des passants ont indiqué à l’AFP que la police avait fermé la rue allant de Bab Touma à Bab Charqi.
En octobre 2012, 13 personnes avaient été tuées dans un attentat devant un commissariat de police à Bab Touma.

Depuis le début de la guerre contre la Syrie, la communauté chrétienne a été victime de massacres et d’attentats particulièrement meurtriers. En 2011, 164 chrétiens ont été tués à Homs en trois mois , selon les chiffres du Centre catholique.

Selon la Mère Agnès-Mariam de la Croix, Supérieure du couvent de Saint Jacques l’Intercis en Syrie , parle quant à elle de plus de 400 tués durant cette même année.   
 

 Homs : champ gazier sécurisé

A Homs, l’armée arabe syrienne (AAS) poursuit son avancée après avoir nettoyé la localité stratégique de Tal Kalekh et recupéré le champ gazier d’ Ash-Shaer, situé à Tadmoor (Palmyre).Les miliciens sont toujours traqués dans les vergers de la province de Homs.

Deraa : appel à l’aide 

A Deraa, au sud de la Syrie, rapporte le quotidien américain The Washington Post, les miliciens ont lancé un cri de détresse exigeant des armes le plus vite possible, faute de quoi leurs forces risquent d’être en danger.
«  Si nous n’obtenons pas d’armes avant la fin de la semaine, nous allons perdre le sud », a paniqué Abou Dia Daraaoui qui commande les forces rebelles.

USA : Plan secret

Miliciens blessés à Alep

Selon le New York Times, Washington a mis à exécution le plan secret du président américain d’armer les terroristes et des cargaisons d’armes doivent être expédiées dans un délai d’un mois. «  La CIA a besoin de 3 semaines pour envoyer des armes légères et des missiles antichars vers la Jordanie et de deux semaines supplémentaires pour choisir  entrainer les miliciens à leur usage »   écrit le journal.

L’Arabie saoudite devrait dans un premier temps fournir des missiles anti-aériens aux miliciens.
Des diplomates américains ont indiqué pour le journal que des armements envoyés par les Etats-Unis ainsi que des Etats européens et arabes, seront utilisés dans « le grand assaut » qui devrait être lancé le mois d’Août prochain. Des responsables américains voient quant à eux qu’ils ont besoin de 4 à 5 mois pour armer et entrainer les miliciens  pour leur permettre  de changer l’équilibre  en faveur des forces gouvernementales.

Malgré le refus du Congrès

Cette transaction semble avoir été conclue en dépit de la position hostile à une intervention américaine dans la crise syrienne exprimée par 70% des Américains et malgré le rejet par le Congrès américain de ratifier la proposition de financement de « l’opposition syrienne », élaborée par le secrétaire d’Etat John Kerry  et les services de renseignement américains.

Le Congrès a exigé des plans plus détaillés pour l’envoi des armes aux combattants et une vision politique plus claire à l’encontre de la crise syrienne.