Aller à…
RSS Feed

Zelenski a utilisé une mannequin enceinte pour le faux attentat de Mariupol


Danielle Bleitrach10 mars 2022Actualité

14

L’attaque aérienne russe contre la maternité de Mariupol était en réalité une mise en scène. Bref ! je me demande s’il ne sont pas en train de nous refaire le coup de l’assassinat des bébés en couveuse par lequel une agence de publicité a réussi à populariser l’entrée en guerre contre Saddam HUSSEIN. (note de danielle Bleitrach traduction de Marianne Dunlop)
10 mars 2022, 13:34
Photo : instagram.com/gixie_beauty
Texte : Rafael Fakhrutdinov

https://vz.ru/world/2022/3/10/1147840.html

galerie de photos : https://vz.ru/photoreport/1147869/#ad-image-1

Les autorités ukrainiennes ont inventé un autre faux monstrueux : cette fois, on attribue aux forces armées russes une frappe aérienne sur une maternité à Mariupol. Volodymyr Zelenskyy a accusé Moscou d’”atrocité”, ce qui a ensuite été repris par les médias et les politiciens occidentaux. Que s’est-il réellement passé à la maternité n° 1 de Mariupol et pourquoi le système de génération de fake news de l’Ukraine ressemble-t-il à ce qu’ont fait les occidentaux en Syrie ?

Mercredi soir, des images de la dévastation après une frappe aérienne présumée sur une maternité et un hôpital pour enfants à Mariupol sont apparues dans les médias ukrainiens. Des femmes et des enfants ont été blessés. Les autorités de Mariupol ont affirmé que 17 femmes en couches et des membres du personnel médical avaient été blessés “à la suite de la frappe aérienne”.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenski a ensuite accusé la Russie d’être responsable de la frappe aérienne, la qualifiant d’atrocité, et a de nouveau appelé la communauté internationale à fermer le ciel de l’Ukraine. “Mariupol. Un coup direct des troupes russes sur une maternité. Des gens sous les décombres, des enfants sous les décombres, c’est une atrocité. Combien de temps le monde sera-t-il complice de l’ignorance de la terreur ? Fermez immédiatement le ciel de l’Ukraine ! Arrêtez les meurtres immédiatement ! Vous avez le pouvoir, mais vous semblez perdre votre humanité”, a écrit M. Zelensky sur Twitter.

Un peu plus tard, Zelensky a enregistré un nouvel appel, accusant la Russie d’inhumanité. “L’hôpital pour enfants, la maternité – de quoi ont-ils menacé la Fédération de Russie ? Quel genre de pays est-ce, la Fédération de Russie, qui craint les hôpitaux, les maternités et les détruit ? Y avait-il des suppôts de Bandera là-bas ? Les femmes enceintes allaient-elles tirer sur Rostov ? Est-ce que quelqu’un à la maternité humiliait les russophones ? C’était quoi, la dénazification de l’hôpital ? Tout ce que les occupants font à Marioupol est déjà au-delà de l’atrocité”, a déclaré le dirigeant ukrainien.

Les médias occidentaux ont tous fait des gros titres condamnant la Russie. Par exemple, le Financial Times britannique a publié un article évoquant l’”atrocité” des troupes russes en Ukraine. Et le Times a déclaré que la Russie “a visé des mères et des enfants ukrainiens”.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis d’aider à protéger l’Ukraine contre les frappes aériennes et de tenir la Russie responsable “de ses crimes horribles”. Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a également condamné ” l’attaque contre un hôpital à Mariupol “.

Le premier envoyé adjoint de la Russie à l’ONU, Dmitriy Polyanskiy, a réagi. “C’est ainsi que naissent les fake news. Dans notre déclaration du 7 mars, nous avions prévenu que l’hôpital avait été transformé en installation militaire par des radicaux. Il est très inquiétant que l’ONU diffuse cette information sans la vérifier”, a déclaré M. Polyanskiy à RIA Novosti.

Nous vous rappelons que lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies du 7 mars, le représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies, Vasily Nebenzya, a déclaré que, selon les rapports des habitants de Mariupol, les forces armées ukrainiennes, “après avoir chassé tout le personnel de l’hôpital n° 1 de Mariupol, y ont installé une position de tir”.

Dans le même temps, les chaînes Telegram russes et ukrainiennes ont fourni des dénonciations de l’incident. Par exemple, l’auteur de la chaîne “War on Fakes” rapporte que la maternité ne fonctionne plus depuis le début de l’opération spéciale de la Russie en Ukraine et que les médecins ont été dispersés par des militants du régiment nationaliste Azov, qui est interdit en Russie. Mardi, dans une interview accordée à Lenta.ru, le fils d’une employée de la maternité a déclaré que “dans les derniers jours de février, des personnes en uniforme sont venues à la maternité où travaille sa mère, ont dispersé le personnel de l’organisation et ont installé des postes de tir dans le bâtiment”.

Cette information est confirmée par les images publiées par les chaînes ukrainiennes Telegram depuis l’intérieur de la maternité après le bombardement : on peut voir le mobilier détruit et le verre brisé, mais il n’y a pas de cadavres. Selon l’auteur de la chaîne, “s’il y avait eu des femmes et des enfants à l’intérieur, les images brutales auraient certainement déjà fait le tour du monde”. Il cite également des photos et des vidéos pertinentes.

À son tour, le canal Telegram “Unofficial Bezsonov” a noté que “depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine, cette maternité de Marioupol est occupée par deux compagnies de la 36e brigade de marine.” “Ils montrent deux femmes enceintes et une femme en blouse blanche. Il y aurait eu des dizaines de cadavres là-bas”, a-t-il écrit. En outre, la chaîne Telegram Signal aurait découvert la jeune fille que les photographes ont filmée dans les ruines d’une maternité à Mariupol. Elle ressemble au mannequin et blogueuse beauté populaire Marianna Podgurska.

” La jeune femme est effectivement enceinte, mais il était hors de question qu’elle soit venue accoucher dans une maternité occupée depuis longtemps par les néonazis d’Azov. On lui a donné un trousseau, elle a été maquillée et amenée sous les caméras. “Les ‘exclusivités’ ont été confiées au célèbre photographe Evgeny Maloletka, qui collabore désormais étroitement avec les agences de presse occidentales et travaille pour Associated Press”, précisent les analystes. Toutefois, les médias sociaux n’excluent pas que la jeune fille ait pu être amenée de force sur les lieux.

Nous vous rappelons que le journal VZGLYAD a précédemment démonté la provocation de l’Ukraine à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya à Energodar, qui est la plus grande d’Europe. Le 4 mars, les médias ukrainiens ont fait état d’un incendie sur le territoire de l’usine, publiant les images d’une caméra de vidéosurveillance montrant de la fumée s’élevant au-dessus des bâtiments sur le territoire de l’usine. La menace d’une explosion nucléaire dix fois plus importante que la catastrophe de Tchernobyl a été signalée. Toutefois, le service national d’urgence de l’Ukraine (SES) a par la suite démenti les informations faisant état d’un incendie dans l’usine. Il s’est avéré que le feu avait pris naissance dans un bâtiment de formation voisin.

Quelques jours plus tôt, le journal Vzglyad a démenti une fausse information diffusée par les médias occidentaux et ukrainiens concernant une prétendue frappe des forces armées russes dans le centre de Kharkiv. Auparavant, Moscou avait déjà réfuté un mythe similaire concernant l’”atterrissage d’un missile russe” dans un immeuble résidentiel de Kiev.

L’équipe de Zelensky produit et diffuse des faux depuis les premiers jours de l’opération spéciale russe, avec le soutien inébranlable de l’Occident – du Premier ministre britannique Johnson au journal le plus insignifiant. D’ailleurs, non seulement les médias, les analystes politiques et Zelensky lui-même, mais aussi sa femme, sont impliqués dans cette affaire en Ukraine”, note Vladimir Kornilov, directeur du Centre d’études eurasiennes.

Selon lui, l’autre jour, Olena Zelenskiy a publié des photos d’enfants prétendument tués lors d’une “agression russe”. Ce faisant, plusieurs de ces photos décrivent avec précision la tragédie survenue lorsque des combattants de la “tero-défense” de Kiev ont abattu une jeep avec une famille nombreuse, la prenant pour un “groupe de sabotage russe”.

“Il est intéressant de noter que quelques heures avant l’attaque de la maternité de Mariupol, Zelensky lui-même a déclaré qu’il n’y avait plus d’eau ni d’électricité dans la ville, et que tous les établissements médicaux étaient fermés et évacués. Dans le même temps, on savait à l’avance que le siège du Front national ukrainien était situé dans la maternité”, a déclaré l’interlocuteur.

L’expert a rappelé qu’il en avait été de même pour la prétendue “utilisation d’armes chimiques par les troupes d’Assad à Douma”. “D’abord, tous les politiciens et médias occidentaux ont diffusé le message et se sont indignés, puis ils sont restés silencieux lorsque le garçon qui avait été utilisé sur toutes les premières pages comme un ‘avatar’ des victimes de l’attaque a dévoilé l’affaire”, a souligné l’analyste.

L’analyste politique a exprimé l’espoir que lorsque les troupes russes libéreront Mariupol, plusieurs interviews seront menées avec les participants de la “séance photo” près de la maternité – et le monde saura la vérité. “Cependant, l’Occident ne le remarquera pas. Le même Johnson, pour qui tout est clair, ne veut pas aller à l’encontre du courant dominant, il réagit donc aux faux ukrainiens comme il se doit”, a souligné M. Kornilov.

L’expert a ajouté que les plateformes internationales, y compris la Haye, n’enquêteraient pas non plus sur les faux ukrainiens. “Combien de faux l’Occident a fait en Syrie, dans le Donbass et maintenant en Ukraine – je ne me souviens pas d’une seule réfutation, encore moins d’excuses, que ce soit de Washington, de Bruxelles ou de Kiev”, a déclaré l’analyste. Maxim Grigoryev, directeur de la Fondation de recherche sur la démocratie et membre de la Chambre publique russe, est du même avis.

Les faux actuels en Ukraine sont fabriqués exactement selon le modèle syrien. Nous avons sérieusement étudié ce problème et l’avons décrit dans notre livre Les Casques blancs : facilitateurs du terrorisme et sources de désinformation. Aujourd’hui, nous voyons les mêmes schémas, les mêmes millions de dollars dépensés pour faire venir des gens, pour filmer, pour les matériaux et leur distribution”, a-t-il déclaré.

L’analyste politique a ajouté que dès que “le contenu est prêt”, il est diffusé par les principaux médias occidentaux, les organisations publiques et les politiciens. “Il est déjà clair que ni Zelensky ni les autres autorités et organes ukrainiens ne seront tenus responsables dans la distribution de faux, ni dans les tirs sur les personnes qui tentent de quitter Mariupol et d’autres villes”, a noté l’interlocuteur.

“Nous avons reçu des données sur les actions malveillantes de la partie ukrainienne et de l’Occident dans la diffusion de fausses informations avant même l’hôpital de Mariupol. Après les incidents de Zaporizhzhya et de Tchernobyl, la communauté internationale et Zelensky ont soudainement commencé à parler d’un “danger”. Bien que tous les experts concernés, l’AIEA et le ministère russe de la Défense aient clairement indiqué que la situation des installations était normale. Zelensky est donc devenu le principal générateur de faux en Ukraine”, conclut l’analyste.

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x