Aller à…
RSS Feed

À qui profiteraient les divergences entre Ankara et Damas ? IRIB


un haut cadre du Parti républicain du peuple de la Turquie, Erdogan Toprak a une nouvelle fois exprimé ses inquiétudes quant à la contagion des affrontements syriens en Turquie.
L’une des raisons de la préoccupation de son parti ce sont les tentatives des Etats-Unis visant à démembrer la Syrie et à entrainer la Turquie dans les évolutions syriennes a-t-il ajouté. Erdogan Toprak révèle que juste avant le déclenchement des troubles en Syrie, un groupe d’agents des services de renseignements américains s’étaient infiltré via la Turquie en territoire syrien en procédant à l’assassinat de 125 agents de sécurité et de police syriens. Outre le Parti républicain du peuple de la Turquie, le Parti du Mouvement National de Dolat Baghtchali a mis en garde contre les complots qui ont visé à démembrer la Syrie. Les ingérences de la Turquie dans les incidents syriens ont fortement monté la tension entre les deux pays. D’autant plus que certains observateurs politiques en tenant compte de la sensibilité de la Turquie à la question kurde, sont d’avis que même la Syrie s’est penchée à soutenir les rebelles kurdes de PKK. Après l’arrestation d’un nombre d’agents de renseignements turcs en Syrie, le gouvernement d’Ankara a proposé de libérer les officiers déserteurs de l’Armée syrienne en contrepartie de la libération des ses agents. Mais le refus de cette proposition de la part de Damas et la condition de la Syrie de libérer le dirigeant du PKK, Abdallah Ucalan, témoigne du la rancune qu’éprouve Damas envers Ankara. Les opposants au gouvernement d’Ankara craignent que la Turquie paye cher pour son alignement sur la politique de ses amis occidentaux. Et ce alors qu’en principe pour la plupart des milieux politiques turcs, les Etats-Unis poursuivent leurs propres objectifs derrière leurs ingérences dans les évolutions régionales. Des objectifs séparatistes qui pourraient viser certains pays arabes dans la région dont la Syrie. Tenant compte de la proximité géographique et des affinités culturelles et linguistiques des kurdes en Irak, en Syrie et en Turquie, la coopération d’Ankara avec Washington pourraient accélérer, à son insu, le processus que poursuivent les Etats-Unis dans la région, hypothèse avancée par certain milieux politiques turcs. Par ailleurs du point de vue de l’opposition turque, les interventions d’Ankara dans les affaires intérieures syriennes pourraient déboucher sur des affrontements militaires entre les deux parties. Dans ce cas, tenant compte du fait que la Turquie est membre de l’OTAN, l’Alliance saisirait l’occasion pour imposer sa présence militaire dans la région. C’est pourquoi la plupart des milieux politiques turcs ont, récemment multiplié leurs critiques et avertissements pour empêcher le gouvernement de poursuivre des ingérences en Syrie.

Une réponse “À qui profiteraient les divergences entre Ankara et Damas ? IRIB”

  1. Francenaldo Amorim
    avril 15, 2012 à 6:27

    Les sionistes euro-américains ont planifié faire une grand guerre, elle ne sera pas encore une 3. guerre, mais sera très destructive, parceque elle aura directement, la Turquie, Israël, Syrie, l ´Iran directement. Après entrera l ´aviation de l ´OTAN, et l ´aviation russe pour défendre ses alliés la Syrie et l´Iran.
    Le démon sioniste américain et par derrière de toute cette carnificine qui détruira plusieurs pays. J´ espère qui le petit démon ( Israël),disparaissent aussi de la carte. Les Français devront chasser Sarkosy dehors du gouvernement, parcequ’ il va conduire le peuple français, pour une autre boucherie. qui tuera des centainnes de milliers de gens et aussi des Français.