Aller à…
RSS Feed

Appel au Rassemblement le 17 août à 15 h devant le Ministère des Affaires étrangères


Communiqué n°4

Collectif Pas En Notre Nom.


APPEL au RASSEMBLEMENT

Le Collectif Pas en Notre Nom est très inquiet du sort des ressortissants Français et résidents qui sont

allés rendre visite à leurs familles en Syrie pour leurs vacances d’été.

Ils restent actuellement bloqués sur le territoire syrien en raison des sanctions économiques infligées

par les pays sous la tutelle de l’OTAN à l’État syrien et qui interdisent les vols de la compagnie

Syrian Air sur l’Europe. De manière inaccoutumée, LA FRANCE abandonne ses ressortissants.

À chaque fois qu’un conflit s’est acutisé de par le monde, la Diplomatie Française a mis en oeuvre des

plans de rapatriement d’urgence pour ses citoyens, comme au Liban ou en Côte d’Ivoire récemment.

Pourquoi l’équipe socialiste actuellement au pouvoir renonce-t-elle à son devoir de protection ?

S’il s’agit d’une mesure punitive, elle est plutôt malvenue car un grand nombre d’enfants figurent

parmi les plus de 600 passagers en attente d’un vol qui les ramène à leur foyer en France.

Faut-il comprendre qu’elle se veut dissuasive ?

Dissuader les éventuels candidats au voyage de témoigner de la réalité sur le terrain.

Le collectif demande le rapatriement rapide de nos concitoyens, a l’instar de l’Allemagne

ou les Pays-Bas qui y ont procédé en dépit des sanctions.

Le Collectif Pas En Notre Nom demande au gouvernement français soucieux de son influence

culturelle et politique dans le monde de s’intéresser au sort des 6000 jeunes Syriens venus dans notre

pays faire leurs études universitaires avec des bourses du gouvernement syrien. Les sanctions

économiques appliquées gèlent les avoirs des banques syriennes laissant ces personnes sans

ressources. La France doit tenir son rang de nation responsable et cohérente et poursuivre la défense

des espaces de francophonie, instrument important de sa diplomatie.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies que préside la France pour un mois n’a en aucun cas dans ses

attributions le droit d’ingérence dans un pays souverain, sa fonction est de régler des conflits entre

États.

Le Collectif recommande la voie de la réconciliation et du dialogue national entre toutes

les parties.

La France devra cependant se saisir de l’opportunité de sa présidence tournante pour un règlement du

problème en dehors de la solution armée et des sanctions économiques qui sont un authentique acte de

guerre.

Rassemblement avec le Club Franco-Syrien

Devant le Ministère des Affaires Etrangères

Le Vendredi 17 Août 2012 à 15h00

Pour la défense des souverainetés nationales

Contre les guerres d’occupation et les ingérences étrangères

http://www.youtube.com/user/ PasEnNotreNom collectif.pasennotrenom.org [email protected]