Aller à…
RSS Feed

Avec un œil sur la CIA, Moscou s’en prend à Israël


Avec un œil sur la CIA, Moscou s’en prend à Israël

Publié par Gilles Munier sur 27 Juillet 2022,
Catégories : #Russie, #Israël

L’Agence juive est une source de revenus d’Israël et le Kremlin l’a fermée ce mois-ci. La conséquence pourrait être un schisme mesurable entre Moscou et Tel Aviv, dans lequel ce dernier a beaucoup à perdre…

Par M.K. Bhadrakumar (revue de presse : Arrêt sur info – 26/7/22)*

Une dispute a éclaté dans les relations russo-israéliennes au sujet du fonctionnement de l’Agence juive à Moscou. Le Jerusalem Post a d’abord rapporté le 5 juillet que Moscou avait ordonné à l’Agence juive de cesser toutes ses activités en Russie, dans une lettre officielle du ministère russe de la Justice « en début de semaine. »

L’Agence juive a d’abord minimisé ce développement dans une déclaration qui disait : « Dans le cadre du travail de la délégation de l’Agence juive en Russie, nous sommes occasionnellement tenus de faire certains ajustements, comme l’exigent les autorités. Des discussions avec les autorités sont en cours dans le but de poursuivre nos activités dans le respect des règles. Même maintenant, il y a un dialogue » .

Un haut diplomate israélien anonyme a déclaré au Jerusalem Post : « La Russie dit que l’Agence juive a illégalement collecté des informations sur des citoyens russes… Nous allons évoquer l’Agence juive [avec les autorités russes] et aborder la question de manière organisée. La question sera traitée au niveau de l’ambassade. Nous ne comprenons pas totalement le raisonnement [de la demande d’arrêt des activités de l’Agence juive en Russie]. »

Le problème est profond

Cependant, le 11 juillet, l’agence de presse russe RIA Novosti a révélé qu’un audit de quatre semaines de la Sohnout (nom de l’Agence juive en Russie) par le ministère de la Justice de la Fédération de Russie était en cours depuis le 30 mai, dans le cadre de la loi fédérale sur les « organisations non commerciales ».

Le ministère de la Justice a indiqué à RIA Novosti que sur la base des résultats de l’audit, « un acte a été préparé, qui a été envoyé à l’adresse du siège de l’organisation (Sohnut) ».

Depuis lors, pour emprunter la métaphore de l’Ancien Testament, le nuage « aussi petit qu’une main d’homme qui s’élève de la mer » lorsqu’Élie l’a vu pour la première fois, s’est rapidement transformé en tempête. Le 21 juillet, l’agence de presse russe TASS a rapporté que le tribunal de district Basmanny de Moscou avait reçu ce jour-là une action en justice du ministère russe de la justice demandant la liquidation de la branche russe de l’Agence juive pour Israël. Les motifs de cette action n’ont pas été communiqués.

L’Agence juive a une stature plus grande que nature et est étroitement liée au gouvernement israélien, bien qu’elle ne soit pas financée par lui. Il s’agit d’une organisation internationale qui favorise les liens entre les Juifs du monde entier et Israël et encourage l’immigration des Juifs en Israël, un processus connu sous le nom d’ »Aliyah ».

Des racines américaines enchevêtrées

L’Agence juive est étroitement liée aux organisations juives américaines. Le milliardaire Mark Wilf, qui a été élu nouveau président du conseil d’administration de l’Agence juive pour Israël le 10 juillet, était auparavant président du conseil d’administration de la Fédération juive d’Amérique du Nord et étroitement associé à divers conseils d’administration éducatifs et philanthropiques aux États-Unis et en Israël.

Ne vous y trompez pas, le Kremlin aurait soigneusement pesé le pour et le contre avant de décider de mettre un terme aux opérations de la Sohnout en Russie, qui ont débuté en 1989 lorsque, sous la forte pression des États-Unis, le dirigeant soviétique de l’époque, Mikhail Gorbatchev, a accepté d’ouvrir les portes de l’émigration des Juifs vers Israël en contrepartie de l’aide économique occidentale.

Il y avait certainement des raisons impérieuses pour que le Kremlin prenne une telle décision. Il semble que le ministère de la justice à Moscou soit en possession de documents compromettants. L’Agence juive aurait été sous le feu des projecteurs pendant un certain temps avant la décision de faire claquer le fouet.

L’émigration des Juifs est bien sûr une question très sensible pour l’État d’Israël (et le puissant lobby juif en Amérique). Dimanche, le journal israélien Algemeiner soulignait que Tel Aviv est très saisi de la question. En effet, le pays se dirige également vers une élection législative cruciale le 1er novembre prochain.

Israël réagit

Le Premier ministre Yair Lapid a déclaré à l’issue d’un conseil des ministres dimanche : « La fermeture des bureaux de l’Agence juive serait un événement grave qui affecterait les relations. »

Lapid a ajouté : « La communauté juive en Russie est profondément liée à Israël et son importance augmente dans toute conversation politique avec les dirigeants russes. Nous continuerons à agir par les voies diplomatiques, afin que les activités importantes de l’Agence juive ne soient pas arrêtées. »

Une délégation d’officiels israéliens part pour Moscou cette semaine. Lapid n’a pas les moyens d’agir habilement au Kremlin, comme le faisait son prédécesseur Benjamin Netanyahu. Lapid se concentre sur l’administration Biden, mais dans des situations aussi délicates, le fait qu’Israël exerce une influence à Washington ne renforce pas son aura à Moscou.

La Russie fait claquer le fouet à un moment très sensible. Un Premier ministre israélien incapable de servir les intérêts de la diaspora juive n’est pas exactement en train de se glorifier en politique intérieure.

En effet, cette évolution n’a rien à voir avec la bigoterie contre les Juifs. Sous le régime de Netanyahou, Poutine avait l’habitude de s’associer personnellement aux événements juifs en Israël. Poutine était conscient de l’influence de la communauté juive de souche qui avait émigré en Israël et considérait qu’elle faisait partie de la mère patrie et constituait un atout pour la Russie.

Il est concevable que les intérêts de la Russie en matière de sécurité nationale soient impliqués ici. Selon le Congrès juif mondial, l’Ukraine abrite entre 56 000 et 140 000 Juifs. Les Juifs ukrainiens sont présents dans toute la société ukrainienne, y compris dans les hautes fonctions de l’État, le président Volodymyr Zelensky étant lui-même l’un d’entre eux.

Quant à la Russie, sa population juive est estimée à environ 165 000 personnes, ce qui en fait la sixième plus grande communauté juive en dehors d’Israël. Les communautés juives d’Ukraine et de Russie ont des liens de parenté historiques. Il est possible que la position hostile et anti-russe des Israéliens et des Ukrainiens ait touché des nerfs à vif à Moscou. La presse israélienne a fait état de « volontaires » partant en Ukraine pour combattre les forces russes.

Le réseau de renseignements américano-israélien

Le gouvernement israélien prétend être « neutre », mais il est membre de la « coalition des volontaires » du secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, qui combat les forces russes en Ukraine.

On peut parler de trapèze, d’équilibre ou de double jeu, mais Moscou ne peut se permettre d’ignorer les réalités du terrain, compte tenu du lien entre les services de renseignement américains et israéliens. En bref, il est possible que les agents de l’Agence juive en Russie aient eu une liaison secrète avec les services de renseignement américains.

À partir de février-mars, Moscou a commencé à déraciner tous les vestiges du renseignement américain du sol russe, y compris le centre Carnegie de Moscou. Il est tout à fait concevable que la CIA ait eu un plan de « secours » et que des « cellules dormantes » en Russie aient été manipulées par des associés. Il n’en reste pas moins que l’Agence juive a également un bureau à Kiev et que l’armée israélienne gère un hôpital pour soigner les soldats ukrainiens blessés. Bien entendu, l’agence d’espionnage ukrainienne est également très active. Toutes choses confondues, les services de renseignement russes ont peut-être rattrapé le nexus.

La détérioration des relations russo-israéliennes survient à un moment où la sécurité régionale en Asie occidentale est en transition. Sur un plan plus large, il s’agit également d’une période de transformation de la géopolitique de la région. Le fait que Biden se soit fait sèchement rembarrer à Djeddah lorsqu’il a essayé de vendre l’idée d’une alliance régionale anti-Russie et anti-Chine parle de lui-même.

Par conséquent, dans cette prise de bec, Israël sera le perdant. Quant à la Russie, un irritant potentiel dans ses liens avec l’Iran – les équations russo-israéliennes en Syrie – est en train de disparaître. Cela pourrait avoir un impact mesurable sur la situation en Syrie, qu’Israël bombarde, sans provocation, depuis 2017. La Russie a jeté son filet en Asie occidentale et ses succès diplomatiques ne vont pas être affectés à cause de cette brouille avec Israël.

Israël aurait dû agir suffisamment tôt lorsque le petit nuage d’Elie, « aussi petit que la main d’un homme », a été repéré en mai lorsque les inspecteurs russes sont arrivés sur le seuil de l’Agence juive à Moscou. Tel Aviv ne s’attendait probablement pas à ce que les choses fassent boule de neige.

Il est clair que le réflexe israélien a été de se taire. Cela témoigne de la nervosité des services de renseignement russes, qui ont mis la main sur quelque chose de très peu recommandable.

*Source : Arrêt sur info

Version originale : The Cradle – Traduction : Arrêt sur info

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x