Aller à…
RSS Feed

Bref «entracte» avec quelques explications – apparemment nécessaires



Par The Saker ? Le 5 janvier 2020 ? Source thesaker.is

2015-09-15_13h17_31-150x112Chers amis,

Je pense qu’il est nécessaire de clarifier quelques points qui, apparemment, déroutent et laissent perplexes beaucoup d’entre vous. Depuis le début de cette crise, la communauté du Saker dans le monde – littéralement ! – a été très occupée à essayer de suivre les événements et de donner un sens à ce qui semble être totalement fou. Je travaille sans arrêt, depuis deux jours maintenant, et je vous demande de me pardonner d’être encore plus bref que d’habitude – et même mes fautes de frappe et ma grammaire ! Alors voilà :

1 – Le Nucléaire iranien : non, l’Iran n’a jamais eu de programme nucléaire militaire et n’en aura jamais. Pour deux raisons : premièrement, les armes nucléaires ont été officiellement déclarées «haram» [tabou, comme le porc !] par l’ayatollah Ali Khamenei. Mais il y a aussi une autre raison, à moins que vous n’ayez un éventail complet d’armes nucléaires – comme la Russie et les États-Unis – celles-ci ne seront que des cibles ; et pas seulement cela, elles deviendront des cibles idéales, d’un point de vue des relations publiques, contre vous : les États-Unis et / ou Israël peuvent prétendre qu’ils devaient utiliser des armes nucléaires pour détruire celles des iraniens. La vérité est que l’Iran n’a pas besoin d’armes nucléaires et que leur acquisition serait une erreur majeure et peindrait une énorme cible dans le dos de l’Iran. Je sais que ce pays a annoncé qu’il se retirait maintenant de l’accord international sur le programme nucléaire, mais je ne crois pas une seconde qu’il essaie de fabriquer des armes nucléaires. En outre, ils ont également ajouté qu’ils travaillaient toujours avec l’AIEA et qu’ils se remettraient en conformité si les sanctions américaines étaient levées.

2 – Les armes nucléaires américaines / israéliennes : oui, contrairement à l’Iran, ils ont des armes nucléaires. Mais ce qui leur manque, ce sont de bonnes cibles. Oh, bien sûr, ils peuvent – et vont – frapper des cibles symboliques à haute visibilité et ils peuvent atomiser des villes. Mais «peut» ne signifie pas que c’est une chose intelligente à faire. La vérité est que l’Iran n’offre pas de bonnes cibles pour des armes nucléaires, donc utiliser celles-ci contre l’Iran ne ferait que faire passer la détermination des Iraniens – et de leurs alliés – de « formidable » à « infinie ». Pas intelligent.

3 – Les défenses aériennes iraniennes : elles sont plutôt bonnes, mais ne font pas le poids face à une attaque déterminée de l’USAF / US Navy. Oui, si les États-Unis attaquent, il y aura beaucoup plus de résistance des défenses aériennes qu’en Syrie, et les États-Unis perdront un certain nombre de missiles et d’avions. Mais pas assez pour arrêter une attaque déterminée. Comme je l’ai dit plusieurs fois, les défenses aériennes sont une question d’arithmétique élémentaire. Même si vos missiles de défense ont un rapport de frappe parfait – 100% de réussite – cela ne vous aidera pas si l’ennemi a plus de missiles que vous en stock. À propos de stocks, oui les défenses aériennes peuvent se réapprovisionner, mais seulement si elles sont encore là pour le faire ! Ainsi, tout ce que l’adversaire doit faire est de tirer suffisamment de missiles sur votre batterie pour être sûr que celle-ci est détruite avant de pouvoir se recharger. D’accord, c’est une simplification excessive, car en réalité les batteries peuvent être mobiles et se protéger mutuellement. Mais vous avez compris le principe. Seul un réseau de défense aérienne totalement moderne et intégré à tous les niveaux, des MANPAD portatifs jusqu’aux missiles à longue portée comme les S-400 / S-500 peuvent faire face à toutes les menaces. L’Iran n’en est pas encore là, malgré des succès majeurs sur le front de la défense aérienne.

4 – Comment l’Iran peut-il gagner s’il est atomisé ? : les Américains sont ensorcelés par un blocage mental spécial : beaucoup – la plupart?! – d’entre eux croient sincèrement que la guerre est une fin en soi. Ce n’est pas le cas. Les guerres ont toujours un objectif politique. C’est pourquoi les États-Unis ont, gagné militairement toutes les guerre qu’ils ont menées depuis la Seconde Guerre mondiale et les ont simultanément toutes perdues politiquement. Si vous regardez, disons, le nombre de victimes, ou le côté qui a subi le plus de destructions, vous pouvez croire que les États-Unis sont une formidable force militaire. Mais regardez simplement la guerre d’Israël de 2006 contre le Hezbollah. Les États-Unis et Israël ont déclaré qu’ils avaient «gagné» – et pourtant, ce fut l’un des échecs militaires les plus abjects de l’histoire. Et pour le Hezbollah, c’était une «victoire divine». Les gens doivent se libérer des catégories et des slogans utilisés par la machine de propagande anglo-sioniste. Les guerres sont gagnées uniquement lorsqu’un objectif politique a été atteint. Le simple fait de se déchaîner et de tuer des civils n’est pas admissible, même si les dirigeants politiques occidentaux le pensent.

Si les États-Unis utilisent des armes nucléaires, ce sera un suicide politique pour eux. Bon, d’accord, assassiner Solemani est déjà une forme de suicide politique. Mais l’utilisation d’armes nucléaires ne fera que précipiter un effondrement encore plus rapide de l’Empire. Voici la vérité innommable : les armes nucléaires sont inutiles comme armes de guerre dans 99% des cas. Oui, elles sont cruciales pour l’équilibre de la terreur – car ce n’est que de ça qu’il s’agit – entre la Russie et les USA et, dans une bien moindre mesure, la Chine. Mais en tant qu’instrument de guerre, elles sont quasiment inutiles. Oui, je sais, nous sommes tous conditionnés à croire que les armes nucléaires sont comme une baguette magique, ou une balle d’argent, ou une Wunderwaffe, choisissez votre métaphore, mais c’est un mensonge.

Les États-Unis et / ou Israël utiliseront-ils donc des armes nucléaires ? Probablement. Ils le feront parce que ce sont des racistes stupides qui ne croient qu’en la violence et en leur propre supériorité messianique et raciale, et quand ils se rendront compte que tout est perdu, ils feront ce que tous les dirigeants occidentaux – y compris Hitler – ont fait : faire payer le gars en face.

Les Iraniens le savent. Ils vivent sous cette menace depuis des décennies. Je vous assure qu’ils sont prêts.

5 – La Russie va-t-elle intervenir ? Tout d’abord. Il n’y a aucune obligation légale ou formelle entre la Russie et l’Iran, et la dernière fois que je l’ai vérifié, aucun Iranien ne s’est porté volontaire pour mourir pour la Russie. Ensuite, oui, l’Iran est un allié important pour les Russes. Mais ce que la plupart des gens ne comprennent pas, c’est que l’Iran n’a pas besoin – ou ne veut pas – d’une intervention russe directe. Il y a beaucoup de raisons, y compris historiques, à cela. Mais, par contre, ce que la plupart des gens comprennent parfaitement, c’est que les Iraniens sont convaincus qu’ils peuvent gagner sans aucune aide russe ou autre. Je suis en contact avec beaucoup de gens du Moyen-Orient – y compris en Iran – et je peux vous dire que leur humeur est non seulement une détermination totale, mais aussi une confiance tranquille. Personne dans la région ne doute que ce soit fini pour l’Oncle Shmuel. Je sais, cela semble incroyable pour les gens vivant en Occident, mais c’est la réalité au Moyen-Orient.

De plus, vous pouvez être sûr que la Russie aidera l’Iran, mais en coulisses. D’abord et avant tout avec le renseignement : alors que les Iraniens ont une communauté du renseignement extrêmement sophistiquée, elle est éclipsée par celle de la Russie qui, en plus d’être beaucoup plus grande, dispose également de moyens techniques dont l’Iran ne peut que rêver. La Russie peut également contribuer à l’alerte précoce et au ciblage. Nous ne pouvons pas savoir ce qui se passe réellement dans les coulisses, mais je reçois des informations selon lesquelles les Russes sont en état d’alerte, comme ils l’ont été pendant la première guerre du Golfe. Hélas pour lui Saddam Hussein n’a pas écouté les avertissements russes.

6 – La Russie devrait-elle déclarer que l’Iran est maintenant sous protection russe ? Absolument pas ! Pourquoi ? Pensez à ce qui se passe comme si vous étiez assis, vous-même, au Kremlin : l’Empire est sur le point de se lancer dans sa dernière guerre – oui, je crois ça, voir plus loin – et les spécialistes russes savent tous que les États-Unis vont la perdre, et méchamment. Pourquoi diable interviendriez-vous lorsque votre «ennemi principal» – expression employée par le KGB / SVR / FSB pour «USA» – est sur le point de faire quelque chose de totalement stupide ?

En plus, c’est aussi un problème culturel. En Occident, les menaces sont constamment utilisées. Non seulement pour effrayer l’ennemi, mais aussi pour se sentir moins terrifié. En Asie – et la Russie est beaucoup plus culturellement asiatique qu’européenne – les menaces sont considérées comme un signe de faiblesse et de manque de détermination. Pendant toute sa carrière, Poutine n’a utilisé qu’une seule menace et une seule fois : convaincre les Ukronazis qu’une attaque pendant la Coupe du monde aurait «de graves conséquences pour l’État ukrainien». Mais vous devez comprendre que d’un point de vue russe, l’Ukraine est militairement si faible qu’elle est risible en tant qu’ennemi et que personne sain d’esprit ne doutera jamais de l’issue d’une guerre ukrainienne contre la Russie. Il s’agit d’un cas extrême et exceptionnel. Mais regardez le cas de l’intervention russe en Syrie : contrairement à leurs homologues occidentaux, les Russes n’ont pas d’abord passé des semaines à menacer État islamique ou quelqu’un d’autre en Syrie. Lorsque Poutine a pris la décision, ils ont simplement emménagé, si discrètement que les meilleurs militaires de la galaxie n’ont jamais détecté le mouvement russe.

Donc, si, et je ne pense pas que cela se produira, la Russie a déjà décidé de se préparer à protéger l’Iran, les États-Unis le sauront quand des militaires américains mourront en grand nombre. D’ici là, la Russie ne lancera pas de menaces. Encore une fois, en Occident, les menaces sont quotidiennes. En Orient, elles sont un signe de faiblesse.

Vous savez maintenant pourquoi les menaces américaines sont totalement inefficaces 🙂

7 – Niveau des forces américaines au Moyen-Orient. Les États-Unis entretiennent un vaste réseau de bases tout autour de l’Iran et sur toute la planète, vraiment. Les chiffres réels sont secrets, bien sûr, mais supposons, à titre d’argument, que les États-Unis ont, plus ou moins, 100 000 soldats basés près de l’Iran, le chiffre réel n’a pas d’importance et les Iraniens le connaissent quand même. Ce qui est crucial, c’est ceci : cela ne signifie pas que les États-Unis ont 100 000 soldats prêts à attaquer l’Iran. Une grande partie de ce personnel n’est pas vraiment apte au combat, le rapport entre les combattants et le soutien varie d’un pays à l’autre et d’une guerre à l’autre, mais disons simplement que la plupart de ces 100 000 personnes ne sont pas des combattants. Non seulement cela, mais il y a une grande différence entre, disons, de nombreuses compagnies et bataillons dans une région et une véritable division blindée. Par exemple, la 82e AirBorne est une force d’infanterie, pas vraiment mécanisée, incapable d’engager, disons, une brigade blindée. Voici un aparté historique : pendant la première guerre du Golfe, les États-Unis ont envoyé la 82e AB comme force centrale de l’opération «Desert Shield». Et c’est là que Saddam Hussein a commis sa pire erreur. S’il avait envoyé ses divisions blindées à travers la frontière saoudienne, il aurait fait de la viande hachée de cette 82e. Les États-Unis le savaient. En fait, on a demandé une fois à Cheney ce que les États-Unis auraient fait si les Irakiens avaient détruit la 82e. Il a répondu que la première ligne de défense était la puissance aérienne, porte-avions et missiles de croisière de l’US Navy. Et si cela échouait, les États-Unis auraient dû utiliser des armes nucléaires tactiques pour arrêter les divisions irakiennes. Ce serait l’un de ces cas où l’utilisation d’armes nucléaires aurait du sens d’un point de vue purement militaire, les armes nucléaires sont parfaites pour traiter les blindages, mais d’un point de vue politique, cela aurait été un désastre de relations publiques (voir supra). La même chose est vraie aujourd’hui. Pour que les États-Unis se lancent dans une opération terrestre sérieuse, il faudrait plusieurs mois pour que le niveau de force soient suffisamment élevé et vous pouvez être sûr que l’Iran ne le permettra jamais. Si l’oncle Shmuel essaie d’envoyer une vraie, grosse force en Arabie Saoudite, vous pouvez être sûr que les Iraniens frapperont avec tout ce qu’ils ont !

Le résultat final est le suivant : les États-Unis ont plus que suffisamment de moyens dans la région pour frapper / bombarder l’Iran. Les États-Unis n’ont pas, et de loin, le niveau de force pour envisager une opération majeure au sol, même en Irak, alors imaginez en Iran !

8 – Qu’en est-il du détroit d’Ormuz ? Il ne fait aucun doute dans mon esprit que l’Iran peut fermer le détroit d’Ormuz. En fait, tout ce que les Iraniens doivent faire pour le fermer, c’est dire qu’ils se réservent le droit de détruire – par quelque moyen que ce soit – tout navire tentant de passer. Ce sera suffisant pour arrêter tout trafic. Bien sûr, si cela se produit, les États-Unis n’auront pas d’autre choix que d’attaquer la côte sud de l’Iran et d’essayer de faire face à cette menace. Et oui, je suis désolé de décevoir mes amis iraniens, je crois que les États-Unis pourraient probablement rouvrir le détroit d’Ormuz, mais cela nécessitera des « bottes sur le terrain » dans le sud de l’Iran et c’est quelque chose qui après un succès initial, se transformerait en un désastre militaire massif à moyen et long terme car les Iraniens auront non seulement le temps de leur côté, mais ils auront un rêve devenu réalité : enfin des GI américains seront à portée de main, littéralement. Donc, typiquement, les États-Unis l’emporteront, mais seulement pour se retrouver dans un piège.

9 – Les Iraniens cherchent-ils la mort ? Ceci est important, merci à Larchmonter 445 de l’avoir suggéré ! La réponse courte est non. Pas du tout. Les Iraniens veulent vivre et ils ne cherchent pas la mort. Mais, ils savent aussi que la mort en défense de l’islam ou en défense des opprimés est un acte de «témoignage à Dieu», c’est que signifie le mot arabe «shahid» – et aussi le mot grec ?????? «martyr». Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela signifie que même si les soldats musulmans ne devraient pas rechercher leur mort et s’ils doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour rester en vie, ils n’ont aucune peur de la mort. Pour bien comprendre cet état d’esprit, il vous suffit de prendre conscience du slogan chiite le plus célèbre et le plus crucial «Chaque jour est Ashura et chaque pays est Karbala» (voir l’explication ici). Si je devais traduire cela dans un cadre de référence chrétien, je suggérerais que «Chaque jour est le Vendredi Saint et chaque terre est le Golgotha». C’est-à-dire, « peu importe où vous êtes et quelle que soit l’heure, vous devez être prêt à sacrifier votre vie pour Dieu et pour la défense des opprimés ». Donc non, les Iraniens sont un peuple joyeux, comme les Arabes, et ils ne cherchent pas la mort. Mais ils ne la craignent pas non plus et ils acceptent avec gratitude la possibilité de devoir sacrifier leur vie pour défendre la justice et la vérité. C’est une raison de plus pour laquelle les menaces des imbéciles en phase terminale comme Pompeo ou Trump n’ont aucun effet sur les musulmans.

10 – Que se passera-t-il vraiment maintenant ? Mes amis, c’est le début de la fin pour l’Empire. Oui, je sais, cela semble incroyable, mais c’est exactement ce que nous voyons se produire sous nos yeux. Le mieux que les États-Unis puissent espérer maintenant est un retrait rapide et complet du Moyen-Orient. Pour une longue liste de raisons politiques, cela ne semble pas actuellement un scénario réaliste. Et après ? Une guerre majeure contre l’Iran et contre tout le «croissant chiite» ? Pas une bonne option non plus. Non seulement les États-Unis perdront, mais ils perdront à la fois politiquement et militairement. Frappes limitées ? Pas bon non plus, car nous savons que l’Iran ripostera massivement. Une concession majeure en coulisses pour apaiser l’Iran ? Non, ça n’arrivera pas non plus car si les Iraniens laissent le meurtre de Soleimani impuni, Hassan Nasrallah, Bashar al-Assad et même l’ayatollah Ali Khamenei seront les prochains à être assassinés. Une campagne aérienne massive ? Très probablement, et au début, cela plaira, beaucoup de drapeaux brandis aux États-Unis, mais rapidement cela se transformera en une catastrophe énorme. Utiliser des armes nucléaires ? Bien sûr, et détruire votre image politique pour toujours, et pas seulement au Moyen-Orient, mais dans le monde entier.

À titre d’illustration parfaite, il suffit de vérifier la dernière menace stupide faite par Trump à l’Irak : «S’ils nous demandent de partir [les Irakiens], si nous ne le faisons pas de manière très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vues auparavant . Par comparaison, cela rendra douces les sanctions iraniennes». Voyez-ça ! c’est exactement le genre de langage stupide qui offensera profondément tout patriote irakien. C’est le genre de langage qui émane d’un empire au dernier stade de l’agonie.

Trump restera dans l’histoire comme l’homme qui pensait qu’il pouvait effrayer les peuples iranien et irakien avec des «tweets».

Pathétique en effet.

Conclusion

J’espère que ces explications vous seront utiles, surtout lorsque vous serez frappé par un tsunami massif de propagande agitant le drapeau américain, et Trump : «Nous sommes les meilleurs». Autrement dit : ce sont des conneries. Les guerres modernes sont d’abord et avant tout des guerres de propagande, et ce que vous voyez produire par les élites dirigeantes américaines ne sont que cela – des «opérations de com». Qu’ils agitent leurs drapeaux, fabriqués en Chine, qu’ils déclarent «Unis, nous sommes debout» – pour quoi faire exactement n’est jamais spécifié – et qu’ils répètent que l’armée américaine est la force la plus formidable de la galaxie. Ce ne sont que des tentatives désespérées de contrôler le récit, rien d’autre.

Oh, et une autre ironie : alors que le Sénat, contrôlé par le GOP, est très peu susceptible de destituer Trump, n’est-il pas pathétiquement hilarant que Trump ait maintenant, en effet, commis des actes qui devraient le faire démettre de ses fonctions ? Bien sûr, dans le monde réel, l’État profond néo-américain contrôle les deux partis et les deux partis soutiennent pleinement une guerre contre l’Iran. Pourtant, c’est une de ces ironies de l’histoire qu’il convient de mentionner.

Je reprendrai mon travail demain matin.

Jusque-là, je vous souhaite une bonne nuit / matinée / journée.

The Saker

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone
3 612

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.