Aller à…
RSS Feed

Comment une minuscule île grecque va devenir un dépotoir pour armes chimiques syriennes


Comment une minuscule île grecque va devenir un dépotoir pour armes chimiques syriennes

Les armes chimiques syriennes et… Gavdos
Anastase ADONIS
04/06/2014

Deux précisions du Grand Soir :
1) l’Ile est le petit point rouge (sous la Crète, en blanc) sur l’illustration ci-contre.
2) Ils sont où, les écolos ?
LGS

René Goscinny aurait sans doute créé un épisode au nom d’une solidarité évidente entre un « village gaulois » et une petite île paisible qui n’a rien demandé à personne. On aurait vu alors très probablement une expédition gauloise armée de potion magique embarquer pour Gavdos… un village d’irréductibles Gavdois qui lutte contre les pollueurs.

Le 14 septembre 2013, les Etats-Unis et la Russie ont conclu un accord pour éliminer les armes chimiques en Syrie sur la base des engagements pris par le gouvernement syrien. Le démantèlement du programme d’armes chimiques est sous la responsabilité de l’OIAC, à La Haye, qui a reçu aussi le prix Nobel. Il est encadré par la résolution 2118 de l’ONU qui stipule que la totalité des substances chimiques doit être détruite pour le 30 Juin 2014. Il est question de 1290 tonnes, dont 300 de gaz moutarde, sans compter les produits précurseurs, dits de catégorie 2 (c’est le cas d’isopropanol), qui servent juste à les fabriquer et dont le simple mélange donne du gaz moutarde et du gaz sarin).

700 tonnes d’agents chimiques, les plus potentiellement dangereux, doivent être transférés ainsi par le biais de moyens navals américains et détruits (jetés tous simplement) dans les eaux internationales. La destruction de ces agents devrait se faire par hydrolyse en haute mer…. L’Angleterre a accepté que 150 tonnes de « précurseurs B » soient détruits sur son sol par Veolia Environnement qui doit les traiter dans son incinérateur situé à Ellesmere Port, dans le Cheshire. L’Allemagne a proposé de détruire 370 tonnes d’armes chimiques, par le biais de la Société Geka, basée à Munster (Basse-Saxe). D’autres pays participent symboliquement.

La destruction des armes pourrait ne pas être terminée avant Juillet, du fait des retards pratiques et de sécurité, liés à l’accès au port de Lattaquié, d’où ils doivent quitter le sol syrien.

Ce retard permettrait peut-être de laisser se propager une petite voix, celle d’une île, puisque celle de la Grèce est étouffée par les mécanismes de l’UE. Gavdos est son nom et elle est située au sud de la Crète, au bord d’un des abysses que nous offre la Méditerranée, l’endroit choisi pour « détruire » les substances chimiques, une destruction fondée sur l’hypothétique efficacité du processus de l’électrolyse.

René Goscinny n’est pas là, et la voix des 100 personnes qui habitent l’île est portée par l’écrivain G. Lekakis (http://www.lekakis.com/) pour dire ainsi non à ce processus de pollution. Voici le document qu’il a édité pour sensibiliser les Grecs : http://www.afh-mp.fr/images/Documents/Gavdos4.pdf

Anastase Adonis
Source : http://www.afh-mp.fr/FR/
URL de cet article 25859
http://legrandsoir.info/les-armes-chimiques-syriennes-et-gavdos.html

0 0 voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x