Aller à…
RSS Feed

Hitto, le candidat de la CIA, et sa dédicace aux Alaouites .


 
 
A peine désigné par quelques membres de la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution syrienne ( CNFORS)  comme premier ministre intérimaire, sur recommandation américaine indéfectible, que les vérités sur Ghassan Hitto se révèlent.Son approche de la crise syrienne est franchement sectaire. En témoignent des propos franchement sectaires qu’il a écrits sur sa page Facebook.
«  Dédicace aux Alaouites et à tous ceux qui manquent d’honneur et de conscience, qu’ils s’essuient le front avec le soulier d’un soldat de l’Armée libre », a-t-il écrit.

Non sans soulever un tollé même chez les opposants, lesquels ont dit s’attendre au pire s’il accède au pouvoir
«  M. Ghassan, c’est honteux d’identifier les gens d’après leur origine ou leur religion, vous êtes kurde et devez avoir expérimenté ce sentiment », a commenté sur sa page facebook, la poétesse syrienne Leila Kam-Almaze, selon Arabi-Press.

Quant à l’opposant Khalaf Daoud, il a déclaré d’un ton sarcastique : «  Un commentaire pareil de la part du respectable Premier ministre de la coalition datant du 30 septembre 2012, devrait rassurer les minorités que la diversité sera garantie dans la Syrie du futur ».
Alors que pour Arabi-Press, les propos de Hitto sont franchement « racistes et vulgaires ».

L’homme de la CIA

De plus, Hitto n’est pas seulement de nationalité américaine, mais le candidat de la CIA
En témoigne le chroniqueur du site anglophone d’AlManar, l’américain Franklin Lamb, qui tient son information d’une source d’un membre de la Commission du Congrès américain.
«  Hitto est le meilleur parmi des nuls », lui a-t-il confié en ajoutant : « en fin de compte, c’est un Américain, cela fait trente ans que Ghassan est ici et il est l’un de nous. Et qui se soucie s’il est venu ici encore adolescent pour échapper au service militaire en Syrie. Nous pouvons compter sur lui ».

En suggérant sa candidature, la CIA a dit s’attendre à ce qu’il puisse mettre fin aux luttes intestines au sein de l’opposition, et surtout «  à ce qu’il puisse anticiper sur les fous du cirque et parce qu’il pourra aider à la formation d’un bloc avec les Etats-Unis pour se débarrasser des salafistes en Syrie », selon ce que la Maison Blanche aurait assuré à l’Union européenne.

L’endoctrinement de Hitto

Lamb assure que la formation en profondeur de Hitto est déjà entamée et qu’une «équipe consultative se charge de l’endoctriner  ». Il subit des cours intensifs pour apprendre comment éviter les périls et devrait tirer les leçons de la Libye, de l’Egypte et de l’Irak.

C’est après avoir lu attentivement les recommandation de la CIA qu’il a prononcé son discours après sa désignation , dans lequel il a dit reconnaitre faire face à beaucoup de difficultés mais qu’il s’engage à fournir les services qui font défaut à de nombreux Syriens , promettant des élections libres et équitables dans une Syrie post-Al Assad.

Les faiblesses à remédier

En revanche, la Maison Blanche craint pour Hitto le manque de soutien de la part des membres de la coalition, surtout qu’il n’a été désigné que par 35 voix sur les 49 présents, alors que 15 membres ont quitté la salle.

Toujours selon Lamb, d’aucuns ont ouvertement reconnu l’avoir choisi parce qu’il est le chouchou des Américains alors que d’autres ont affirmé l’avoir rejeté pour la même raison. Comme c’est le cas de l’opposant Kamal al-Labawani : « Nous sommes et serons contre ce gouvernement et jamais nous ne lui donnerons aucune légitimité. La démocratie est issues  du peuple  et non pas d’un conseil composé par les gouvernements des Etats-Unis,du Qatar et de l’UE », a-t-il promis.

 Ainsi  Haytham al-Maleh , figure de proue de l’insurrection syrienne  a dit : «  Je mets mon bulletin sans nom, parce que je veux un candidat de l’intérieur de la Syrie ».

Pour Lamb, une chose est sure : « Washington, Doha et Tel Aviv ont mis en place leur homme ».
Moins sure est  la réaction du peuple syrien : «  Ce que le peuple syrien pense de cette  élection sera probablement  bientôt connue », a-t-il conclu.

Nuland décide

Autre signe du diktat américain sur la coalition : c’est la Maison Blanche qui décide si son chef Moaz al-Khatib doit rester ou pas à sa tête. Ce vendredi, sa porte-parole Victoria Nuland a assuré qu’il restera jusqu’à la fin de son mandat, c’est-à-dire pendant 6 mois.

La piraterie du siège

Mise à l’écart et irritée par les ingérences étrangères, une faction importante de l’opposition syrienne de l’intérieur a laissé éclater sa colère mercredi. Selon le Comité de coordination nationale pour les forces de changement démocratiques, dirigé par Hassan Abdel Azim et Haytham al-Mannaa, ce qui se passe est «  une ingérence flagrante dans les affaires de l’opposition », voire «  une reproduction d’un régime dictatorial répressif soutenu par l’étranger et non émanant de la volonté du peuple », selon la description donnée par son secrétaire Raja Nasser pour le journal AsSafir.

Rejetant l’attribution du siège syrien de la Ligue arabe à la coalition, qualifiée de «piraterie », le comité a accusé les Etats arabes de confisquer la volonté du peuple syrie.