Aller à…
RSS Feed

La barbarie des miliciens en Syrie atterrit au Liban


L’équipe du site

Du jamais vu même pendant la guerre civile : les Libanais et surtout les Tripolitains sont sous le choc des images diffusées par la télévision libanais New TV, diffusées sur You Tube, montrant un ressortissant syrien, trainée la corde au cou dans les rues de la ville de Tripoli, pendant plus de trois kilomètres, avec d’horribles traces de torture, sur le visage surtout.

«  Je suis un nassirien (Alaouite) chabbih », était-il écrit sur le torse et le dos nus de la victime Yasser Moustafa al-Bazzazi.

Le mot chabbih est utilisé par les miliciens de l’insurrection syrienne pour taxer et diaboliser tous ceux qui soutiennent le pouvoir en Syrie, quelque soient leur confession ou religion.

Selon le journal libanais al-Akhbar, mêmes les anciens combattants tripolitains qui Le réseau d'information de Tripoli du levantavaient participé aux batailles de la guerre civile sont littéralement choqués par ce qui s’est passé dans leur ville. Ils assurent n’avoir jamais vu un tel spectacle terrifiant.

Signe supplémentaire de la terreur qui règne dans cette ville, occupée par les bandes appartenant au courant du Futur, au député de la Jamaa Islamiyya, Khaled Ad-Daher et aux salafistes, la victime a été trainée comme un chien, sans que les forces de sécurité n’interviennent. Voire même sous leurs yeux.

Selon le correspondant du journal libanais, la ville présentait mardi un spectacle désolant : en plein, jour, les rues étaient vides.
Entremps, personne ne demande ce qu’est advenu de la victime.

Une réponse “La barbarie des miliciens en Syrie atterrit au Liban”

  1. claudia
    avril 25, 2013 à 5:37

    C’est le retour des années noires du barbarisme. Attila ou Ghengis Khan font piètre figure à côté de ces gens-là. Et ce siècle n’est pas dépourvu de barbares en cravate tels les Bush, Obama, Sarkozy, Hollande, Cameron & Cie qui, eux, sont immunisés contre toute tentative d’accusation par le TPI qui, en retour, est lui-même inopérant et corrompu. Ce laisser-faire est très inquiétant pour l’avenir de l’humanité. Ce serait intéressant de voir un CEO de Goldman & Sachs se faire traîner dans les rues de la même manière.