Aller à…
RSS Feed

La guerre contre la Syrie pour les « Nuls ».


http://free-medias.com/site/

 

 


Par Chantal Dupille

L’OTAN a déclaré la guerre à la Syrie, et nous ne le savons pas.


Les Médias sont au service de l’Occident, donc au service de ses guerres et de sa mondialisation financière ultra-libérale. En France, nombre de grands titres de la Presse appartiennent aux industriels de guerre, aux marchands de mort. Donc, tout n’est que mensonges et propagande de guerre. Honte aux journalistes vendus aux puissants, « prostitués », honte aux « Merdias » ( pour reprendre les expressions des blogueurs engagés pour la Vérité) !

 

Il suffit de voir qui ils interviewent pour comprendre leur parti-pris : Débats à sens unique donc faux débats, interviews d’opposants au Régime… on ne voit jamais à l’écran un partisan de Bachar-el-Assad expliquer la situation, défendre le point de vue du pays ! Il faut dire et répéter que nos Merdias sont orchestrés, en France, depuis Sarkozy, par des « Sayanims », en quelque sorte par des agents d’Israël défendant exclusivement les guerres de l’OTAN, la mondialisation financière, les ingérences de l’Occident dans les pays insoumis, les Révolutions « de couleurs »…  –  et tout cela au détriment de l’Information digne de ce nom, honnête (celle que je défends). Et à propos des « Sayanims », il faut aussi savoir qu’ils occupent actuellement dans notre pays, au détriment de son indépendance, tous les postes essentiels non seulement dans la Presse, mais au sein du gouvernement, dans les hautes administrations, etc. Voici des noms de dirigeants : Sarkozy, Copé, Jacob à Droite, et à Gauche, hier DSK aujourd’hui Hollande, Delanoë, Huchon, demain Valls, Hidalgo, Harlem Désir ou Cambaliéris… Autrement dit, la direction des Partis comme les Postes de Président de la République, de Maire de Paris, de Président du Conseil Général etc, sont détenus par une seule Communauté au détriment de la diversité – et de notre pays ! Seule Martine Aubry échappait à la règle, mais elle va être remplacée à la tête du PS, et tant Dominique de Villepin dauphin de Jacques Chirac que Ségolène Royal ont été évincés, ou discrédités par les Médias aux ordres du CRIF. Il est inadmissible de voir tous les secteurs clefs verrouillés par les membres d’une même Communauté au service non de la France, mais en réalité d’Israël et plus largement de l’Occident de plus en plus criminel. Et même les conseillers des Présidents sont sortis du même moule: Attali, DSK, BHL – BHL ce va-t-en guerres pour le compte d’Israël qui devrait se retrouver devant le Tribunal de la Haye, vient d’être reçu par Hollande comme hier par Sarkozy, alors que le nouveau Président a promis le changement !

 

La Syrie est attaquée par l’OTAN qui se sert de l’opposition des islamistes radicaux, fanatiques, obscurantistes et barbares, contre le Régime de Bachar-el-Assad laïc et tolérant envers les minorités religieuses ou ethniques. Elle use, par tous les moyens à sa disposition,  de son légitime DROIT de défendre son territoire agressé. Le pays est en guerre, il est attaqué de l’extérieur !


Il n’y a pas de Révolution arabe « spontanée » comme en Tunisie ou en Egypte – d »ailleurs en fait provoquée par les Services Secrets de l’Occident pour déstabiliser les pays, soit parce qu’ils ne sont pas soumis, alignés, soit parce qu’à leur tête il y a des « dictateurs » corrompus, comme Ben Ali ou Moubarak monopolisant les ressources à leur profit et appuyés sur une armée financée par les Américains (donc corrompue elle aussi). L’Occident veut remplacer les dictateurs par des marionnettes dociles laissant par ex les multinationales piller le pays conquis. En d’autres termes, l’accaparement des richesses d’un territoire n’est plus au profit d’un Clan, d’une famille, mais de l’Occident néo-colonial prédateur.

 

Les Anglo-Saxons ne défendent pas la démocratie dans le monde, ils la piétinent en permanence en favorisant l’accession au pouvoir de dictateurs comme en Amérique Latine des années 80, ou comme en Iran avec le Shah (coup d’Etat de la GB contre le dirigeant iranien démocratiquement élu, Mossadegh, parce qu’il était nationaliste). Et ils n’hésitent pas à s’appuyer sur les barbus d’Al Quaïda pour détruire un Etat souverain tel que la Syrie, voler ses ressources comme le gaz, contrôler le pays, s’en servir ensuite comme rampe de lancement contre l’Iran, exactement comme avec la Libye contre la Syrie.


Une démocratie, d’ailleurs, ne peut pas être exportée, encore moins bombardée !

 

Le dirigeant Bachar-el-Assad déplaît à l’Occident parce qu’il refuse de se soumettre à lui, parce qu’il veut protéger la souveraineté de son pays, parce qu’il a créé des liens avec des Etats non alignés comme lui (l’Iran, par exemple), parce qu’il défend le peuple palestinien contre l’armée d’occupation israélienne…


Il y a toujours eu une Opposition à Bachar-el-Assad, des intellectuels séduits par les mirages de l’Occident prétendument démocratique, et surtout des islamistes fondamentalistes radicaux. Mais ce qui se passe aujourd’hui, c’est la déstabilisation d’un pays souverain par les USA, Israël, la GB et leurs alliés français, du Qatar, d’Arabie Saoudite, de Turquie. Les monarchies pétrolières sont toutes corrompues et la Turqui est un allié fidèle de l’OTAN.


Aujourd’hui, les Islamistes sont financés et armés par l’Occident judéo-chrétien qui soit dit en passant, aspire à chasser les chrétiens des terres d’Orient là où ils ont toujours fait bon ménage avec les Arabes ou avec les Musulmans (Ex: Palestine occupée, Irak, Libye, Syrie, Iran..). Et ces fanatiques sont prêts à tout pour abattre Bachar-el-Assad laïc et nationaliste.


Les massacres sont soit mis en scène dans les Studios du Qatar, soit ils proviennent d’anciennes images (d’Irak par ex), soit, aujourd’hui, ils sont commis par les islamistes eux-mêmes ivres de fureur contre la Syrie laïque, moderne, et prêts à tout pour parvenir à leurs fins. Ces massacres sont présentés par les « Merdias » comme étant perpétrés par l’Armée fidèle au Régime, alors qu’ils sont commis par les islamistes barbares. Tout n’est que mensonges. L’Armée syrienne dite « libre » n’est pas libre mais financée et payée par l’Occident pour servir ses intérêts. Et l’Observatoire des Droits de l’Homme n’est qu’une officine au service des intérêts de l’Occident (pas neutre, donc), et il est basé en GB. Tout n’est qu’imposture !

 

Quant aux bombardements, il ne s’agit pas pour Bachar-el-Assad diabolisé par l’Occident d’assassiner son peuple, mais de le défendre, et ces bombardements ne sont pas exécutés pour tuer les civils, mais afin d’ éliminer les terroristes islamistes réfugiés dans des maisons, ou même dans des établissements publics (hôpitaux, Monuments historiques..). Il faut savoir que les mercenaires de l’Occident se réfugient dans des ruelles étroites pour ne pas être attaqués par les tanks : En prenant en otage la population, en égorgeant des civils fidèles à Bachar-el-Assad, en massacrant pour que les Merdias instrumentalisent les faits contre le Régime.

 

Ingérence de la France :


Pourquoi la France de François Hollande fait-elle la même politique que sous Sarkozy (agent de la CIA et du CRIF) en s’ingérant dans les Affaires des autres ? En nommant Fabius le Sayanim à la tête du Ministère des Affaires Etrangères, Hollande a délibérément choisi de poursuivre la politique impériale et impérialiste de son prédécesseur à l’Elysée. Avec lui, il n’y aura pas de changements : Il est prisonnier du CRIF, c’est juste un fidèle exécutant des décisions du CRIF lui-même au service exclusif des intérêts d’Israël. En clair, comme Sarkozy et contrairement à un Chirac ou surtout à un de Gaulle, Hollande sous influence entraînera la France, sans concertation et sans l’accord des Français, dans les aventures impériales et impérialistes de l’Occident criminel seulement soucieux de contrôler tous les Etats de la planète… et leurs ressources !


Jusqu’à quand tolèrerons-nous les mensonges des Médias et ces guerres économiques sanguinaires ruinant des pays entiers (Irak, Libye, états africains…) ? Jusqu’à quand laisserons-nous les pires atrocités se produire au nom de la France ? Jusqu’à quand supporterons-nous de voir notre pays, en tête de ces croisades abominables, risquer de subir des représailles sur son sol truffé de centrales nucléaires ?


Il est important de se poser ces questions. Car la réflexion précède l’action contre la guerre...


Chantal Dupille 

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

.

A lire ou à voir :
http://www.legrandsoir.info/l-iran-celui-dont-nos-medias-ne-parlent-pas.html

 

http://www.dailymotion.com/video/xt4cvj_interview-de-rene-balme-maire-de-grigny-par-reopen911_news#from=embediframe

 

.

 

Par Chantal Dupille Publié dans : La Vérité sur la question Communauté : LES ALTERMONDIALISTES
Ecrire un commentaire
Jeudi 6 septembre 2012
webbua.univ-angers.fr

 

Article paru aujourd’hui: Je le relaie. Il est intolérable, parce que Roger Garaudy a été un négationniste, qu’on enterre son oeuvre si originale. Et n’oublions pas qu’il fut un infatigable militant pour la foi sincère, pour la justice sociale, pour la paix, pour la communion des civilisations, et pour la promotion de la danse. Comme moi ! Chantal Dupille

 

Roger Garaudy:ombres et lumières

[Voir l’article intégral sur le blogue http://rogergaraudy.blogspot.com]

 
  Roger Garaudy mort, sa trace demeure. Avec les inévitables jeux d’ombres et de lumières .
     « Je ne peux plus vous faire d’autres cadeaux que ceux de cette lumière sombre
      Hommes de demain soufflez sur les charbons
                             A vous de dire ce que je vois « (1).

     Comme ces paroles s’appliquent bien à l’engagement de Roger Garaudy, appel constant à la vie, à la résistance et à l’invention de l’avenir. Il fallait bien convoquer un poète communiste français puisqu’aucun des dirigeants actuels du parti communiste français n’a eu le courage de dire ne serait-ce que quelques mots sur celui qui fût non seulement l’ami de Louis Aragon, de Paul Eluard et de Maurice Thorez – pour ne citer qu’eux – mais surtout pendant vingt ans l’un des principaux dirigeants de leur parti, avant que la bande à Marchais n’en soit le fossoyeur ainsi qu’il l’avait compris dès 1968.

     Les dirigeants du PCF n’ont pas pardonné à Garaudy d’avoir eu raison avant eux par exemple sur l’Union Soviétique, et les anti-communistes d’avoir été stalinien « des pieds à la tête » comme il le disait lui-même. Le communisme comme idéal: l’URSS patrie du socialisme, le dévouement des militants, l’exemplarité des dirigeants d’un parti qui à l’époque ne voulait pas être et n’était pas « un parti comme les autres ». Le communisme comme repoussoir: la dictature, les procès, l’écrasement du Printemps de Prague et la « normalisation ». Garaudy a participé à l’espérance communiste pour le pire comme pour le meilleur, mais il a su rompre avec le pire. Trop tard pour les uns, trop tôt pour les autres. Ombres et lumières ! Mais pourquoi ne voir dans le marxiste que le stalinien, et non par exemple l’homme du dialogue avec les chrétiens et l’homme d’un « marxisme du 20e siècle ».

     Après le communisme « réel », le retour aux sources: « Le socialisme et le communisme ont été défigurés et discrédités par l’expérience stalinienne et ses séquelles. Le socialisme et le communisme […] ont donné un visage à l’espérance des hommes […] Ce visage de la plénitude humaine dans toutes ses dimensions. Vivre selon la loi fondamentale de l’être: l’amour. La Croix m’en a appris les renoncements. La Résurrection les dépassements. Je suis chrétien. » (2)

     Le dialogue chrétiens-marxistes devient un élément du plus vaste dialogue  des cultures et des civilisations. Et l’on moque la naïveté de Don Quichotte de Garaudy – dont il est fier -, on dit qu’il enfonce des portes dont l’avenir montrera qu’elles n’étaient pas si ouvertes que ça, mais on n’argumente pas contre lui. Il participe au débat politique en France, à des conférences dans le monde entier, il écrit des livres qui « se vendent bien » (3), mais il ne fait pas, il ne fait jamais ce que le système médiatico-politique attend de lui.

     Comme il serait plus « convenable » en dénonçant l’URSS comme n’étant pas socialiste qu’il se rallie au capitalisme rebaptisé « libéralisme » pour s’accaparer la référence à la liberté ! Mais il continue à se battre « pour un socialisme à visage humain », selon la belle formule des communistes tchécoslovaques, contre ce qu’il appellera plus tard le « monothéisme du marché ». Comme il serait plus convenable en prenant ses distances d’avec le PCF qu’il rejoigne les héraults de l’anti-marxisme, mais non il défend le marxisme « méthodologie de l’initiative historique » et non « recettes de cuisine pour les gargotes de l’avenir » ou catalogue de lois immuables.

     Ayant rejoint l’Islam avec la Bible sous un bras et le Capital sous l’autre, il rallie ainsi en 1982, après l’éclatement de l’URSS, le camp du « nouveau Satan », celui de la religion majoritaire des exploités et des opprimés du monde.  Mais le musulman, comme le marxiste et comme le chrétien, ne fait pas ce que les « docteurs de la foi » attendent de lui.
     Dénonçant, et avec quelle vigueur, toutes les « théologies de la domination » (juives, chrétiennes, islamiques) il indispose fortement les intégristes de tous poils.
     Commencé avec le procès de son article dans « Le Monde » sur l’agression israélenne au Liban – qu’il gagne contre la LICRA – et parachevé avec le procès des « Mythes fondateurs de la politique israélienne » – qu’il perd -, son emmurement étouffe désormais pour le grand public la parole d’un homme qui a pourtant tant à dire. N’oublions pas, à notre époque où les intégristes sont pour l’Occident le danger principal ici et ses meilleurs alliés là-bas à l’Orient et en Afrique, qu’entre les deux dates Roger Garaudy a démonté l’argumentation de tous les intégrismes, de ceux de l’Occident (marxisme dogmatique, monothéisme du marché) à ceux de l’Orient (sionisme maladie du judaïsme et  « islamisme maladie de l’Islam) (4).

     La « shari’a » – la « Voie » – confondue avec le « fiqh » – le droit historiquement limité, et c’est la décadence de l’Islam. Comme il y eut avec Esdras et Jérémie la décadence du judaïsme prophétique en « loi ». Comme il y eut décadence du christianisme de Jésus en Constantinisme. Et, toute proportion gardée, comme il y eut décadence du marxisme en catalogue de prêt-à-porter, comme il y a décadence de l’histoire en histoire « officielle » avec ses lois qui en figent le contenu. Pourtant, si une révolution est bien, ainsi que la définit  Garaudy, pour une société ce qu’est une conversion pour l’individu – « changer le but et le sens de la vie  » – alors elle a aujourd’hui « plus besoin de transcendance que de déterminisme » (5).

     Les idoles, toutes les idoles doivent être brisées (6). Des mythes doivent être déconstruits. Roger Garaudy s’y est essayé toujours avec courage face aux risques encourus, mais parfois – rarement mais parfois – imprudemment. Comme le rénovateur Luther, à qui on a parfois comparé Garaudy, commit la faute de prendre le parti des princes allemands contre la révolte des paysans, le rénovateur Garaudy commit la faute de contester le chiffre de 6 millions de juifs victimes d’Hitler (7), chiffre pourtant admis – avec certes des variantes, mais faibles – par tous les historiens (8). La contestation de ce chiffre, comme celle de la réalité des chambres à gaz, n’apportent d’ailleurs rien à la démonstration de l’instrumentalisation du génocide des juifs au service d’un Etat, de sa politique, et de la politique américaine « hungtingtonienne » dans cette région, démonstration qui avait été déjà faite dans « L’affaire Israël » (9). Ombres et lumières !

     Sans l’ignorer, ne pas réduire Roger Garaudy à « L’affaire des Mythes » si l’on veut comprendre le sens de son oeuvre. Ne pas en faire un « gourou » à l’abri de l’erreur. Mais, adaptant une formule qu’il cite souvent, savoir trouver et ranimer la flamme sous la cendre.

(1) Aragon, Les poètes
(2) dernières lignes de Parole d’homme, 1974
(3) Par exemple Appel aux vivants (1979) et sa suite Il est encore temps de vivre(1980)
(4) Voir par exemple Intégrismes, 1991
(5) L’avenir, mode d’emploi, 1998; Le XXIe siècle, suicide planétaire ou résurrection ?, 2000; etc.
(6) Sa volonté d’être incinéré, au grand dam des intégristes, ne participe-t-elle pas elle aussi de cette exigence ?
(7) Les mythes fondateurs de la politique israélienne, 1998
(8) Par exemple Raul Hilberg, La destruction des juifs d’Europe, 1ère édition 1988, 2éme 2006
(9) 1983



Photos: – Roger Garaudy à une réunion du Bureau Politique du PCF, avec Maurice Thorez
                –  Roger Garaudy, l’Abbé Pierre et Helder Camara à Assise   

 

Posté par Alaindependant à 00:03 – 

 

(Je suis abonnée à cet excellent blog , Ch. D.) 

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2012/09/06/24990969.html

 

.

 

 

Par Chantal Dupille Publié dans : Grandes figures Communauté : SOIF DE LIRE…
Ecrire un commentaire
Mardi 4 septembre 2012

 

Oui, nous voulons des Médias indépendants ! Mais la Presse de « Gôche » est une fausse presse indépendante, comme Libération de Rothschild ne cédant rien sur l’essentiel (Libéralisme, mondialisation, Europe, guerres impérialistes…). Chantal Dupille

 

Envoyé par un Lecteur, merci Michel. On avance enfin vers la Vérité pour laquelle je combats toujours (et non pas comme les Wikipéteux voudraient le laisser croire, en faveur des dictateurs, moi l’humaniste !!!)

Chantal Dupille


ARTICLE FORMIDABLE ENFIN UNE AUTRE VERSION !

Merci Le Figaro Michel

« L’écroulement de la Syrie

serait catastrophique »


Par Renaud Girard Mis à jour le 03/09/2012 à 11:31 | publié le 02/09/2012 à 16:54 Réactions(202)

 

Le général libanais Jamil Sayyed est resté très proche d'Assad.
Le général libanais Jamil Sayyed est resté très proche d’Assad. Crédits photo : Grace Kassab/ASSOCIATED PRESS

INTERVIEW – Celui qui fut le tout-puissant directeur de la Sûreté générale libanaise lance une mise en garde à l’Occident.

De 1998 à 2005, dernières années de l’hégémonie syrienne au Liban, le général Jamil Sayyed fut le tout-puissant directeur de la Sûreté générale libanaise. Très proche encore d’Assad, il a reçu Le Figaro dans son appartement de la banlieue sud de Beyrouth, en permanence protégé par des soldats de la Sûreté générale.

 

LE FIGARO.- Le régime syrien est-il aux abois?


Général Jamil SAYYED.- Contrairement à ce que dit la propagande diffusée par les télévisions satellitaires du Golfe et par les médias occidentaux, la Syrie a un État et cet État est fort. Cela fait dix-huit mois qu’on nous prédit le renversement imminent du gouvernement de Bachar el-Assad, et il est toujours en place! Vous connaissez beaucoup d’États qui, placés dans la même situation, auraient si bien résisté? La Syrie est confrontée à une guerre médiatique planétaire sans précédent, à l’hostilité de tous ses voisins, à l’ingérence des pays arabes du Golfe, qui consacrent des ressources financières illimitées à aider les rebelles en les armant. L’État syrien n’a jamais cherché à plaire, il n’a jamais voulu se plier aux diktats des Américains dans la région, que ce soit sur la question palestinienne, que ce soit sur le soutien aux mouvements de résistance Hezbollah et Hamas, que ce soit sur l’invasion de l’Irak, que ce soit sur sa relation étroite avec l’Iran. C’est un empêcheur de tourner en rond. L’Amérique, suivie par la France et l’Angleterre, qui sont devenues volontairement ses vassaux au Moyen-Orient, a donc entrepris de détruire l’État syrien. Elle le fait grâce à la collaboration des pétromonarchies, qui doivent tout à Washington. Malheureusement pour elle, la Russie, avec Poutine, a repris du poil de la bête et n’est plus prête à laisser tomber ses alliés historiques.

 

Comment pouvez-vous reprocher aux Américains de soutenir l’avènement de la démocratie au Proche-Orient?


Assez d’hypocrisie! Le régime syrien était loin d’être parfait ; mais à comparer avec les autres régimes arabes toujours appuyés par l’Occident, il reste de loin le meilleur. Au moins, c’est un État laïque, où régnaient la liberté religieuse, la liberté de la femme, ainsi qu’une vie sociale intercommunautaire ouverte et pacifique. Rien à comparer avec ce qui se passe dans d’autres pays arabes grands alliés des États-Unis, où par exemple il est interdit de dire la messe et où les femmes n’ont pas le droit de conduire ou de voyager toutes seules! À Bahreïn, que s’est-il passé? La majorité chiite a manifesté pacifiquement pour demander l’établissement d’une monarchie parlementaire, c’est-à-dire l’élection par le peuple du premier ministre. Les pays du Golfe y ont envoyé leurs chars et les Américains n’ont rien trouvé à y redire. La Syrie n’était pas parfaite, mais aucun État n’est parfait au Moyen-Orient! Regardez le Liban. Certes, ce n’est pas une dictature. C’est une démocratie, mais elle est dominée par de petites dictatures communautaires, qui volent l’État quand elles s’entendent entre elles et qui le détruisent quand elles se disputent.

La réalité, c’est que le retrait américain peu glorieux d’Irak est une défaite occidentale sans précédent. Pour compenser cette défaite, qui a paniqué leurs alliés régionaux, pour regagner de l’influence dans la région, les Américains cherchent maintenant à rallumer le vieil affrontement sunnites-chiites.

 

Que vous inspire la déferlante «Frères musulmans», dans le monde arabe?


En dépit de maintes déclarations apaisantes, cette vague met grandement en danger les communautés chrétiennes d’Orient, lesquelles existaient bien avant le début de l’islam. Contre ce froid, les chrétiens disposaient d’un manteau, d’une veste et d’un pull. Ils ont perdu leur manteau en Irak, leur veste en Égypte, et maintenant on voudrait qu’ils perdent leur pull en Syrie et qu’ils se retrouvent en sous-vêtements au Liban!

La Syrie d’Assad est vue par beaucoup d’habitants de la région, et notamment par les chrétiens, comme un mur. C’est un mur, dont l’écroulement serait catastrophique. Cela fait peur même aux gens qui n’aiment pas ce régime. Car l’écroulement de ce mur va provoquer de multiples guerres intestines, visant à créer une nouvelle carte géopolitique du Moyen-Orient. Le mur syrien actuel protège les minorités, principalement chrétiennes. Et vous, occidentaux, vous avez entrepris de détruire ce mur: vraiment, je ne vous comprends pas!

 

N’exagérons pas. Les Occidentaux ne réclament que le départ d’Assad du pouvoir…


Mais ne comprenez-vous pas que le départ d’Assad aujourd’hui signifierait la dislocation de l’unité de la Syrie, le déchirement de son armée, l’anarchie, puis le déclenchement de petites guerres civiles partout en Syrie, dont personne ne sortirait vainqueur, à l’exception des groupes fanatiques islamistes? Les chrétiens seraient condamnés à l’exil. L’exemple de l’Irak ne vous a-t-il pas suffi?

 

Alors, quelle solution préconisez-vous?


L’arrêt immédiat de la violence armée des deux côtés, et l’établissement d’un dialogue politique entre le gouvernement Assad et l’opposition. Je connais bien Assad. Je suis sûr qu’il serait prêt à organiser des élections libres. Que ces élections se fassent dans un climat de paix civile et en présence d’observateurs internationaux! Si Bachar arrive à réunir 51 % des voix, qu’il reste ; sinon, qu’il quitte le pouvoir dignement, dans le calme, et qu’une amnistie générale soit prononcée. Vous me dites qu’Assad a beaucoup de sang sur les mains, je vous réponds: qui n’en a pas en Syrie actuellement? La paix est toujours le fruit d’un dialogue entre des parties qui, peu de temps auparavant, s’entre-tuaient.

 

N’est-il pas anormal que le Hezbollah, parti libanais, combatte, en Syrie, aux côtés de l’armée de Bachar?


C’est faux! Dans toute cette affaire, le Hezbollah est le parti libanais qui a montré le plus de retenue et d’esprit de responsabilité. Certes, il ne cache pas son affection pour le gouvernement syrien, lequel ne l’a jamais laissé tomber dans sa résistance à Israël. Mais il ne voit pas de gaieté de cœur couler le sang syrien ; il souhaite une solution politique. Au Liban, le Hezbollah garde son calme et fait tout pour que le conflit syrien ne déborde pas chez nous.


Une personnalité controversée

Peut-être la plus influente personnalité de la période syrienne au Liban, le général Jamil Sayyed est né en 1950 dans une famille chiite de la Bekaa. Enfant à Beyrouth, il est scolarisé dans les écoles chrétiennes, en français. En 1971, il sort major de sa promotion d’officiers à l’Académie militaire libanaise et, à ce titre, est envoyé en France, en stage à l’École de cavalerie de Saumur. En 1975, la guerre civile divise l’armée libanaise, chrétiens et musulmans de chaque côté ; le capitaine Sayyed se met à l’écart, jusqu’en juin 1976, date de l’entrée de l’armée syrienne au Liban, appelée au secours par les chrétiens dans leur lutte contre les Palestiniens. Il s’engage dans les rangs des unités multicommunautaires de l’armée libanaise, regroupées par les Syriens dans la Bekaa, et est nommé plus tard chef du service de renseignement de l’armée dans la région. En 1998, le général prosyrien Émile Lahoud, devenu président de la République, le nomme directeur de la Sûreté générale libanaise, l’équivalent de notre DCRI.
À maintes reprises, il rencontre Bachar el-Assad en tête à tête. Mais, après l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri en février 2005, les manifestants antisyriens réclament sa tête. Il démissionne en mai. Les enquêteurs du tribunal spécial des Nations unies sur le Liban le font incarcérer en août. Il est libéré quatre ans plus tard, le tribunal n’ayant pas réussi à retenir de preuves contre lui. À sa sortie de prison, il porte plainte, en France, pour diffamation, contre le juge allemand Detlev Mehlis, principal responsable de son incarcération. L’affaire n’est toujours pas jugée.

 

LIRE AUSSI:


Par Chantal Dupille Publié dans : La Vérité sur la question Communauté : LES ALTERMONDIALISTES
Ecrire un commentaire
Mardi 4 septembre 2012
18 février 2012

http://www.les-elegances.com/tag/axe-du-mal/

Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés.
David Rockefeller, Commission Trilatérale   1991

Demain la gouvernance mondiale ou la révolte des nations.
             …la dictature d’une caste où la liberté d’organisation des peuples.

.

 

 

Le véritable Axe du Mal

par Chantal Dupille

 

Plusieurs interprétations sont possibles. Celle d’Ignacio Ramonet est intéressante. Voici la mienne… On peut aussi ajouter à mon axe le Qatar, évidemment ! 

 

 

Propagande israélienne :

 

Axe du mal : Entente parfaite entre l’Algérie, la Syrie et l’Iran, trois 

www.israel-flash.com/…/axe-du-mal-entente-parfaite-entre-l’algerie-l…

Axe du mal : Entente parfaite entre l’Algérie, la Syrie et l’Iran, trois Etats terroristes.

.

 

Pour israël, l’Axe du Mal ce sont les pays non-alignés, dissidents, critiques vis-à-vis de lui Etat le plus voyou de la planète. Pour Bush, faux serviteur de Dieu et vrai suppôt du diable, la menace vient de la Corée du Nord, de l’Iran, et de l’Irak de Saddam Hussein. Particularité de ces Etats: Ils n’acceptent pas d’être soumis à l’Empire. D’après Bush, ce sont des Etats terroristes, possédant des armes de destruction massive. On sait ce qu’il advint de l’Irak (ne détenant pas d’armes de destruction massive). Israël, fort discret mais derrière les grandes destructions de la planète, rêve de réduire en poussière l’Iran (le Ministre des Affaires Etrangères de l’entité sioniste, par ex, évoque un Hiroshima pour l’Iran, pas moins), et comme d’habitude, de diviser pour régner. Le patriotisme, le nationalisme, l’indépendance nationale, l’indisposent : Ce sont des notions qu’israël souhaite seul incarner… Et il ose se dire démocratique ! Plus raciste, d’ailleurs, tu meurs ! §

 

La Corée du Nord est une dictature effroyable. Elle détient des armes de destruction massive, mais elle ne les utilisera que si elle est attaquée.

 

L’Irak ne possédait pas d’armes de destruction massive (à la différence d’israël, des Anglo-saxons, par ex) et il ne chérissait pas les terroristes. Mais sa puissance régionale et sa souveraineté irritaient l’Empire hégémonique. Exit l’Irak, comme d’ailleurs la Libye, par ex, coupable d’être indépendante, socialiste (répartissant ses ressources entre tous les citoyens), ou encore de pousser l’Afrique à se libérer de l’influence de l’Occident, etc etc. 

 

Quant à l’Iran, il n’a jamais attaqué personne, mais il a été attaqué par l’Irak. Il DOIT posséder l’arme nucléaire: Ce sera sa meilleure arme de dissuasion, alors qu’il est cerné de puissances hostiles et menacé de destruction massive par israël et ses sales potes anglo-saxons. Je rappelle que l’entité sioniste est considérée par les Européens comme la principale menace pour la planète (sondage Conseil de l’Europe). Bien évidemment !

 

 

 


 

Pour moi, le vrai Axe du Mal, c’est Londres-Washington-Tel-Aviv.

 

Londres, avec son histoire impériale et impérialiste pétrie de crimes aux quatre coins de la planète, Londres avec sa City et ses banksters, Londres avec sa Couronne d’Angleterre qui signe les décrets les plus infâmes, Londres qui décide de donner le coup d’envoi des guerres mondiales au mépris des vies humaines et du Droit. Entre autres !

 

Washington capitale politique d’une Amérique née dans l’extermination des populations autochtones (génocide qu’on commémore moins que la shoa, et même qu’on tente d’oublier et de faire oublier), Washington capitale d’une Amérique colonisée par la lie des populations (repris de justice, etc), Washington capitale d’une Amérique de cow-boys réglant leurs comptes à coups de révolvers, préférant la force au Droit, Washington capitale d’un Etat armant tous les bandits, tous les dictateurs et les plus grands terroristes de la planète, et prospérant dans le crime (guerres, drogue, etc),  Washington capitale d’une Amérique sans culture et polluée par la mentalité de parvenus prêts à tout pour affirmer leur pouvoir, leur puissance… quitte à dévaster la planète soi-disant au nom du Bien, de Dieu, de la démocratie. Quelle imposture !

 

Israël dont la sale réputation dans tous les domaines n’est plus à faire, vomie du monde entier et même maintenant d’une partie de ses alliés § 2, israël état raciste, voleur, pilleur, diviseur, meurtrier, va-t-en guerres partout et dirigé par des fascistes fanatiques illuminés, israël prêt à mettre à feu et à sang la planète pour un grand israël même planétaire, afin d’accomplir des visions folles inspirées directement du Talmud ou de la Torah, etc, etc.



http://www.communisme-bolchevisme.net/images/Bush_nato.jpg

 

Voilà le vrai Axe du Mal qui pèse sur le monde, entraînant dans son sillage une Europe en lambeaux, de plus en plus vassale pour son malheur et pour sa perte. Et par ricochet, le rapprochement de plus en plus d’Etats de la planète désireux de se libérer de cet axe hégémonique monstrueux, vorace, sanguinaire : Voilà la vraie « Communauté internationale », celle de l’avenir, menée par un Poutine soucieux de paix et de multilatéralisme, et par des Etats en pleine expansion comme la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud, ou tous ceux d’Amérique latine, pour ne citer que ces exemples….

 

Et nous, ne nous trompons pas de camp : Il va de Paris à Moscou (et même plus loin), selon la vision du Grand Général, celui qui a façonné notre pays, Charles de Gaulle. Et dont nous devons poursuivre l’héritage – et les visions prophétiques. Pour la préservation de la paix, au moins !

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

 

Aux USA On A Déjà Prévu Un Moyen Orient Sans Israël

 

§ Etat juif, pas de mariages mixtes, Talmud: « Un peuple Elu, une race supérieure, dominant le monde, extermination des goys comme des animaux ou leur mise en esclavage… ».  Et ce sont ses citoyens qui font la chasse aux racistes ? Ils sont mal placés ! Quelqu’un comme moi pour qui une seule race existe, humaine, et vomissant le communautarisme, le sectarisme, le fanatisme, ne peut que l’indisposer.

 

§ 2 Même les Américains commencent à se désolidariser de l’Etat voyou israël

 


 

siporcuba.it

.

L’axe du Mal

par Ignacio Ramonet, mars 2002

Aperçu

 

Trois fronts. Les citoyens doivent savoir que la mondialisation libérale attaque désormais les sociétés sur trois fronts. Central parce qu’il concerne l’humanité dans son ensemble, le premier front est celui de l’économie. Il demeure placé sous la conduite de ce qu’il faut vraiment appeler l’« axe du Mal », constitué par le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

Cet axe maléfique continue d’imposer au monde la dictature du marché, la prééminence du secteur privé, le culte du profit, et de provoquer, dans l’ensemble de la planète, de terrifiants dégâts : hyperfaillite frauduleuse d’Enron, crise monétaire en Turquie, effondrement calamiteux de l’Argentine, dévastations écologiques partout…

Et la prochaine Conférence internationale sur le financement du développement, qui se tient à Monterrey (Mexique) du 18 au 22 mars, risque d’aggraver le désastre général en affirmant que le secteur privé doit devenir le principal acteur du développement du Sud . Il est scandaleux que les chefs d’Etat et de gouvernement, en particulier ceux de l’Union européenne, refusent d’adopter, en faveur du développement, les indispensables mesures qui, seules, peuvent sauver de la misère les deux tiers de l’humanité.

On peut en retenir dix : annuler totalement la dette des pays pauvres ; mettre en place un système de règlement généreux, juste et équitable de la dette des pays du Sud ; définir des garanties pour que les futurs financements soient engagés dans des conditions satisfaisantes et utilisés en faveur du développement durable ; obtenir des pays riches qu’ils s’engagent à consacrer au moins 0,7 % de leur richesse au financement du développement ; rééquilibrer les termes de l’échange entre le Nord et le Sud ; garantir la souveraineté alimentaire dans chaque pays ; contrôler les mouvements irrationnels de capitaux ; interdire le secret bancaire ; déclarer hors-la-loi les paradis fiscaux ; et mettre en place enfin une taxation internationale des transactions (…)


Taille de l’article complet : 990 mots.

 Cet article est disponible en version intégrale dans leDVD-ROM d’archives
du Monde diplomatique.
.
http://www.monde-diplomatique.fr/2002/03/RAMONET/16213
_
Lundi 3 septembre 2012

La Syrie résisteEn Syrie, la victoire des mercenaires de l’impérialisme occidental et des pays arabes réactionnaires semblait il y a encore peu à portée de main. Mais les événements prennent manifestement une autre tournure.

 

Pourtant, la guerre contre le gouvernement syrien a été organisée et dirigée par la France, la Grande-Bretagne, la Turquie et bien sûr les États-Unis et Israël, et le sort d’Assad aurait dû être rapidement réglé. Or, la guerre se prolonge et les troupes de la rébellion cèdent régulièrement du terrain au prix parfois de lourdes pertes. Le scénario libyen ne sera pas réécrit. 

 

Nous devons désormais réfléchir aux raisons de la résistance syrienne et aux conséquences d’une éventuelle défaite des mercenaires. D’un point de vue strictement militaire, les puissances impérialistes et leurs alliés régionaux ne sont pas intervenus directement en Syrie. Il faut dire que Damas a réussi à préserver une capacité opérationnelle élevée qui présuppose efficience technologique et un niveau important d’équipements. L’ASL (armée syrienne « libre ») en sait quelque chose, condamnée à engager de durs combats pour conquérir chaque parcelle de terrain. Et, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que c’est plus une concentration d’attaques sur certains points (comme à Alep, qui avait été présentée jusque-là comme la nouvelle Benghazi) qu’une bataille menée sur une ligne de front. Et les résultats sont faibles : aucun territoire « libéré », des incursions dans des villages dans le but d’obtenir des victoires stratégiques ou tout simplement psychologiques qui aboutissent inversement à un  renforcement des liens entre le peuple syrien et le régime baasiste.

 

Il est maintenant clair que la Syrie est devenue autre chose qu’un terrain de confrontations, fussent-elles militaires.

 

La résistance du régime légitime en proie à une entreprise internationale de déstabilisation a pris une dimension qui dépasse de loin le cadre régional. C’est ainsi que le guide de la révolution iranienne, Ali Khamenei, a affirmé que la bataille qui sévit actuellement en Syrie s’inscrit dans le cadre de la lutte entre les forces de la Résistance et de Libération et l’impérialisme hégémonique. On peut le dire.

 

Capitaine Martin 

 

 

 

 

Jugeons ces criminels !

Par Chantal Dupille


 

Hollande et son sinistre clown Fabius, tous deux chargés par israël de faire les guerres qui lui sont profitables, ont donc décrété que le Président syrien en exercice devait partir, qu’un autre gouvernement devait être mis en place au plus vite, et que le Tribunal de la Haye devait juger Celui (Bachar el Assad) qui défend son pays agressé par l’OTAN et ses mercenaires d’Al Quaïda (toujours décriés mais dans ce cas, bien utiles).

 

Et moi je dis :

 

Hollande et Fabius, comme Sarkozy et Kouchner avant vous, fichez le camp ! Ainsi, on mettra en place un autre gouvernement en copiant vos méthodes contre la Syrie – mais un Gouvernement qui nous conviendra. D’ailleurs, vous n’êtes même pas dignes de lécher les pieds de Bachar-el-Assad ! Lui défend son peuple, au péril de sa vie ! Et nous exigerons du Tribunal de la Haye qu’il vous juge en même temps que tous les Sarkozy-BHL, Blair-Cameron, Netanyahu-Barak, Obama-Bush, Cheney-Rumsfeld-Hilary Clinton, etc.

 

 

Mgr DESMOND TUTU, PRIX NOBEL DE LA PAIX 1984 MONDIALEMENT CONNU POUR SA LUTTE CONTRE L’APARTHEID, ESTIME DANS « THE OBSERVER », QUE GEORGE W. BUSH ET TONY BLAIR DEVRAIENT ÊTRE JUGÉS A LA HAYE POUR LA GUERRE ILLÉGALE EN IRAK. (UPR)


Photo : Mgr DESMOND TUTU, PRIX NOBEL DE LA PAIX 1984 MONDIALEMENT CONNU POUR SA LUTTE CONTRE L'APARTHEID, ESTIME DANS "THE OBSERVER", QUE GEORGE W. BUSH ET TONY BLAIR DEVRAIENT ÊTRE JUGÉS A LA HAYE POUR LA GUERRE ILLÉGALE EN IRAK. ======================================== L'archevêque anglican noir sud-africain et prix Nobel de la paix Desmond Tutu vient de jeter un beau pavé dans la mare. Il a déclaré, dimanche 2 septembre, dans une tribune publiée par "The Observer" britannique, que les anciens dirigeants américain et britannique George Bush et Tony Blair devraient être jugés à la Haye pour la guerre en Irak, qui fut fondée selon lui sur un mensonge. ----------------------------------------- L'ANALYSE DE Mgr DESMOND TUTU ----------------------------------------- Mgr Tutu explique ainsi, dans cette tribune, les raisons pour lesquelles il a renoncé, cette semaine, à participer à Johannesburg à une conférence à laquelle assistait aussi l'ancien Premier ministre britannique. L'archevêque reproche à MM. Bush et Blair d'avoir menti en prenant pour prétexte l'invasion de l'Irak la possible présence dans le pays d'armes de destruction massive, alors qu'ils voulaient uniquement se débarrasser de Saddam Hussein, son ancien président. Mgr Tutu estime que MM. Blair et Bush ont ainsi « déstabilisé et polarisé le monde à un degré jamais atteint par aucun autre conflit dans l'histoire, avec désormais le spectre de la Syrie et de l'Iran.» Il cite des chiffres selon lesquels leur décision a abouti à ce que, rien qu'en Irak, 6,5 personnes meurent quotidiennement dans des attaques-suicides et des explosions de véhicule. Il ajoute que « plus de 110.000 Irakiens sont morts dans ce conflit depuis 2003, des millions ont été déplacés, et fin 2011, près de 4.500 soldats américains avaient été tués et plus de 32.000 blessés.» Et il ajoute pour conclure : « Rien que pour ces faits, dans un monde cohérent, les responsables de ces souffrances et de ces pertes de vies humaines devraient suivre le même chemin que certains de leurs pairs africains et asiatiques qui ont eu à répondre de leurs actes (devant la Cour Pénale Internationale de) la Haye. Les bons dirigeants sont les gardiens de la morale, et la question n'est pas de savoir si Saddam Hussein était gentil ou méchant, ou combien de personnes de son peuple il a massacré. La question est que M. Bush et M. Blair n'auraient jamais dû s'abaisser à ce niveau d'immoralité. » --------------------------------- LA RÉPONSE DE TONY BLAIR --------------------------------- L'ancien Premier ministre Blair a immédiatement réagi dans un communiqué. Tout en professant un grand respect pour le combat contre l'apartheid de l'archevêque, M. Blair a qualifié sur son site internet de « vieille antienne » ses accusations de mensonge, alors que « toutes les analyses indépendantes ont démontré le contraire », selon lui. Il juge aussi « bizarre de la part de Mgr Tutu de considérer que le massacre par Saddam de centaines de milliers de ses concitoyens est sans rapport avec la moralité dans la décision de le renverser. M. Blair considère plutôt que le massacre de 5.000 personnes à l'arme chimique dans la ville d'Halabja en 1988, ou le million de morts de la guerre Iran-Irak, en partie avec des armes chimiques également, l'assassinat par Saddam de ses opposants politiques, ou encore la torture systématique de son peuple, rendent au contraire très moral de l'avoir renversé. » ------------------------- MES COMMENTAIRES ------------------------- 1°) Un nouveau mensonge de M. Blair ------------------------------------------- Lorsque l'ancien Premier ministre répond que « toutes les analyses indépendantes ont démontré » que l'Irak pouvait posséder des armes de destruction massive, il commet une mensonge éhonté. C'est justement parce que les preuves manquaient de façon flagrante - et que les services de renseignements français, allemands, russes et chinois informaient discrètement leurs gouvernements respectifs que c'était faux - : a)- que l'Allemagne ne se joignit pas à la meute des vassaux européens de Washington pour réclamer la guerre en Irak, b)- que le gouvernement Chirac-Villepin s'opposa aux Américains sur cette question au début 2003 au Conseil de Sécurité des Nations-Unies. 2°) Et les autres responsables de la guerre en Irak ? ------------------------------------------------------------ Il est dommage que Mgr Tutu ne cite pas les autres dirigeants qui ont approuvé la guerre en Irak, c'est-à-dire essentiellement : - le président de la Commission européenne de l'époque, l'Italien Romano Prodi, - la quasi-totalité des dirigeants des pays de l'Union européenne, et notamment : - le Premier ministre portugais de l'époque, José Manuel Barroso, devenu ensuite président de la Commission européenne, poste qu'il occupe toujours actuellement, - le Premier ministre espagnol de l'époque, José María Aznar ( Désormais retiré de la politique, ce dernier se livre depuis lors à maintes activités lucratives : - il est notamment "Conseiller" auprès d'entreprises multinationales privées comme Centaurus Capital (fonds de placement), Doheny Global Group (secteur de l'énergie en Europe de l'Est) et de JER Partners (groupe immobilier en Amérique du Sud). - il est également membre du Conseil d'administration de la société NewsCorp, dirigée par le milliardaire Rupert Murdoch - ce qui lui assure des "jetons de présence" de 148 000 € par an -. - José María Aznar donne aussi de nombreuses "conférences" grassement rémunérées, dans lesquelles il est censé expliquer sa vision politique du monde aux foules ébaubies. - Enfin, cerise sur le gâteau, il est aussi "professeur-associé" à la Georgetown University de Washington, la célèbre université américaine qui forme notamment tous les cadres de la CIA). 3°) La défense de M. Blair doit se plaider devant la Cour Pénale Internationale ------------------------------------------------------------ Il faut prendre acte de la réponse d'Anthony (dit "Tony") Blair. Mais elle ne change en rien, ni le raisonnement, ni la demande de Mgr Tutu qui sont l'un et l'autre parfaitement fondés. Car la Cour Pénale Internationale est une juridiction permanente relevant des Nations-Unies, qui a été justement établie pour juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l’humanité et de crime de guerre. Or les faits reprochés à George W. Bush, Anthony Blair (et aussi aux autres dirigeants de l'UE ) sont suffisamment établis pour que ces responsables soient en effet traduits devant cette Cour Pénale Internationale de La Haye, afin que celle-ci les juge. Comme tout tribunal, c'est elle qui devra vérifier les arguments à charge et les arguments à décharge, puis qui rendra un jugement, en déclarant les prévenus innocents ou coupables. Ce n'est certes pas à l'un des prévenus, M. Blair en l'espèce, de prononcer son propre acquittement, en se soustrayant à tout jugement. Il est frappant de noter que, si M. Blair n'avait rien à se reprocher, il serait le premier à demander sa comparution devant la Cour Pénale Internationale, afin que celle-ci lave son honneur. En s' y refusant et en prononçant son propre acquittement, il se comporte au contraire comme tous les grands criminels de guerre de l'histoire contemporaine, qui ont tous eu la même réaction. ------------------------ François ASSELINEAU 2 septembre 2012 [source : http://www.romandie.com/news/n/_Irak_Mgr_Tutu_estime_que_Blair_et_Bush_devraient_etre_juges_a_la_Haye_RP_020920121217-11-236150.asp? ] ------------------------------------------ RAPPEL Né en 1931, Mgr Desmond Tutu, fut le premier Noir à occuper le poste de doyen du diocèse de Johannesburg, en 1975. Dans ces fonctions, Mgr Tutu fit le prêche lors des funérailles de Steve Biko, fondateur du "Black consciousness movement" ("Mouvement de conscience noire"), assassiné en 1977, qui avait été l'un des organisateurs des manifestations de Soweto (réprimées par la police et qui dégénèrent en massacre en 1976). Ayant reçu le Prix Nobel de la Paix en 1984 pour son combat non violent contre l’apartheid, auréolé de cette nouvelle stature internationale, il fut nommé archevêque du Cap, pour l'Église anglicane d'Afrique du Sud, le 7 septembre 1986, devenant ainsi le premier Noir à occuper cette éminente fonction. Il fut ensuite le président de la « Commission de la vérité et de la réconciliation » ( 1996 - 1997 ). Chargée de faire la lumière sur les crimes et les exactions politiques commis, durant la période de politique d'apartheid, au nom des gouvernements sud-africains, cette Commission de réconciliation nationale a constitué l'un des actes fondateurs de la nouvelle Afrique du Sud.
.
Par Chantal Dupille Publié dans : S’engager, résister Communauté : Résistance 2007
Ecrire un commentaire
Mardi 4 septembre 2012

.

Secrets de François et Danielle Mitterrand :

http://www.dailymotion.com/video/xn0yt7_secret-de-francois-et-danielle-mitterrand_news

..

.
.
François Mitterrand a dit avant sa mort :

« La France ne le sait pas mais nous sommes en guerre avec l’Amérique, oui une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment, oui ils sont très dur les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le Monde, c’est une guerre inconnue, une guerre permanente sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ! »
.

Danielle Mitterrand a dit en 2005 :

« Durant la célébration du Bicentenaire de la Déclaration des Droits de l’Homme, en juillet 1989, j’ai pu voir jusqu’à quel point nous étions soumis aux Etats-Unis.
L’Etat français pas plusieurs dignitaires, en particulier des Latino-Américains.
Comme par hasard, c’était ces pays-là que Washington voulait détruire.
Je me rappelle avoir dit à François : «?Jusqu’à quel point allons-nous être dépendants de l’humeur des Etats-Unis, ne pas pouvoir choisir nos invités pour nos festivités… ??
Ce fut une honte.?»
«?En France, on élit et nos élus font des lois qu’ils n’ont jamais proposé et dont nous avons jamais voulu. (…)
La France est-elle une démocratie ?
Une puissance mondiale ?
Je le dis en tant que française : cela ne veut rien dire.?»

Nouvelle venue dans le débat politique, l’Union Populaire Républicaine (UPR) rassemble des Français, de droite et de gauche, dont les rangs grossissent rapidement. Notre point commun à tous, c’est que nous refusons l’asservissement de la France, et que nous posons la question fondamentale qu’aucun parti ni aucun média ne veut poser :

Avons-nous oui ou NON intérêt à rester encore dans l’Union Européenne ?

Pour aller plus Loin :

http://www.u-p-r.fr/

.
.
Qui gouverne réeellement la France ?
.
.

.
C’est un descriptif des pouvoirs transférés à l’UE et des pedigrees des responsables européens (BCE, CJCE, Commissaires européens, lobbys américains à la Commission, etc.).

Nouvelle venue dans le débat politique, l’Union Populaire Républicaine (UPR) rassemble des Français, de droite et de gauche, dont les rangs grossissent rapidement. Notre point commun à tous, c’est que nous refusons l’asservissement de la France, et que nous posons la question fondamentale qu’aucun parti ni aucun média ne veut poser :

Avons-nous oui ou NON intérêt à rester encore dans l’Union Européenne ?

Pour aller plus Loin :

http://www.u-p-r.fr/

.
.
.
L’Europe, c’est la guerre ! ..
.

Leurope c’est la guerre ! – Union Populaire Républicaine (UPR)

www.u-p-r.fr/actualite/france-europe/leurope-cest-la-guerre

18 juil. 2012 – Sans que quiconque le lui ait demandé, Gaël a eu l’idée de concevoir une vidéo « zapping » sur le thème « LEUROPEC’EST LA GUERRE !

LEurope ce n’est pas la paix… c’est la guerre! –ZAPPING …

? 10:24? 10:24

www.dailymotion.com/…/xs7r2l_l-europe-ce-n-est-pas…17 juil. 2012 – 10 min
LEurope ce n’est pas la paix… c’est la guerre! –ZAPPING–. gael229 … François Asselineau, UPR …
.