Aller à…
RSS Feed

Le but de l’Opération spéciale en Ukraine n’est pas l’annexion de territoires étrangers, par Leonid Razvozzhayev


Histoire et société

Dieu me pardonne c’est son métier

Le but de l’Opération spéciale en Ukraine n’est pas l’annexion de territoires étrangers, par Leonid Razvozzhayev

https://svpressa.ru/blogs/article/352488/

21 novembre 2021

Voici dans le cadre de la démystification des discours bellicistes que nous tentons aujourd’hui dans ce blog un texte utile et qui est de ceux que nous publions volontiers. Parce qu’il illustre bien ce que nous défendons ici : comprendre, ouvrir le dialogue sans recourir à une propagande indigne qui crée les conditions de la guerre, regarder les faits, les origines des événements, pour trouver une solution. Nous le défendons à propos du conflit en Ukraine, de celui que le capital financier prépare en Chine mais aussi comme tout le vecteur des sciences humaines sous l’influence du marxisme: “Si nous pouvons comprendre comment ces comportements ont émergé, alors nous pouvons également utiliser nos compétences technologiques pour aller à la racine de ces problèmes et utiliser tout ce que nous avons appris pour enfin mieux prendre en main les rênes de notre avenir.” Le texte s’adresse d’ailleurs en priorité à la gauche et l’invite à renoncer à ses opportunismes qui la coupent des peuples, ce qui est bien le problème de l’heure où celle-ci s’enfonce dans une vision “objective” des deux impérialismes, interdisant tout mouvement de la paix. (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop)

Les principales erreurs des opportunistes dans l’évaluation du conflit ukrainien.

La plus grande erreur de la part de la gauche contemporaine dans l’évaluation du conflit ukrainien repose probablement sur l’idée erronée que la Russie mène une “guerre” impérialiste au sens marxiste du terme. Et à partir de là, on ressort deux-trois citations de Lénine d’il y a un siècle pour les appliquer au conflit actuel. Cela évite d’avoir à réfléchir par soi-même. En somme, de la pure scholastique, qui consiste à jongler avec une phrase marxiste, parfois même belle, parfois même plausible. Mais toujours en porte-à-faux, et souvent avec des intentions malhonnêtes !

Dans la lutte contre le gauchisme opportuniste, mon objectif principal est d’éduquer les masses en général et, en premier lieu, les communistes honnêtes qui sont tombés sous l’influence de propagandistes enragés travaillant, en substance, pour les intérêts des impérialistes occidentaux.

Ainsi, en ce qui concerne l’absence d’intérêt impérialiste de la part de la Russie pour l’Ukraine, à mon avis, la logique formelle parle. Voyez par vous-même, le budget nominal de l’Ukraine en 2021 était de 200 milliards de dollars. Et le fait qu’il ait augmenté de 43 milliards au cours de l’année n’a bien sûr rien à voir avec la croissance réelle de l’économie du pays, qui n’a augmenté que de 3,2 % en 2021. Le nominal a progressé uniquement en raison de la manipulation de la hryvnia ukrainienne. Un an plus tôt, il était de 156 milliards de dollars.

Et répondons honnêtement que ce PIB ukrainien de 2021 inclue les énormes prêts des pays occidentaux, le financement de la production militaire, etc. Si vous enlevez tout cela, le PIB sera nettement inférieur. En outre, la structure du PIB de l’Ukraine est bien sûr dominée par toutes sortes d’activités agricoles, métallurgie, production de voitures essentiellement occidentales, services et un pourcentage relativement faible de production et de traitement des hydrocarbures.

Où veux-je en venir, demanderez-vous. Quelqu’un a récemment écrit que la Russie avait pris le contrôle de 12 000 milliards de dollars de différents types de dépôts en Ukraine. Permettez-moi de vous rappeler que l’Ukraine est un pays situé au centre de l’Europe, limitrophe de plusieurs pays de l’UE, doté d’une infrastructure ferroviaire développée, de ports maritimes et fluviaux, d’aérodromes et d’autoroutes. Qu’est-ce que cela signifie ? Si l’Ukraine avait été si riche en ressources naturelles, toutes ces richesses auraient depuis longtemps été exploitées et extraites à grande échelle et le PIB de l’Ukraine aurait été dix fois plus important, avec un PIB basé sur l’extraction des ressources naturelles et non sur l’agriculture et toutes sortes d’activités manufacturières simples.

En même temps, je voudrais attirer votre attention sur le fait que les pays occidentaux disposent d’une technologie minière beaucoup plus avancée. Et si, au cours de ces années de contrôle total de l’Ukraine, ils n’ont pas été en mesure de porter l’extraction des minéraux à un niveau supérieur, alors la Russie, technologiquement arriérée, ne sera pas en mesure de le faire physiquement dans les prochaines décennies.

Par ailleurs, l’article “sensationnel” sur l’énorme richesse saisie par la Russie en Ukraine a déjà été réfuté par un certain nombre d’experts qui ont littéralement prouvé par a + b que toute l’Ukraine n’est pas évaluée à plus de 16 000 milliards de dollars. Dans le même temps, l’ensemble des gisements russes est désormais évalué à 12 000 milliards de dollars. Mais les élucubrations du Washington post ont été reprises par les gauchistes et transmises au monde entier comme parole d’Evangile.

Le PIB nominal de la Russie en 2021 était de 1,78 trillion de dollars. C’est en gros 10 fois plus que l’Ukraine.

Nous savons que lorsque les forces de sécurité russes entrent en Ukraine, elles essaient immédiatement de créer toutes sortes d’administrations, de commencer à délivrer la citoyenneté russe, etc. De cette façon, elles considèrent les citoyens ukrainiens comme égaux aux citoyens russes. Il n’y a pas non plus d’atteinte aux droits en raison de la nationalité. Du moins, au niveau officiel. Ainsi, l’assimilation des citoyens ukrainiens aux citoyens russes, du point de vue du budget russe, entraîne une charge supplémentaire, au moins en moyenne par rapport à chaque citoyen.

L’Ukraine compte 30 à 40 millions d’habitants et son PIB est 10 fois inférieur à celui de la Russie. Avec un simple calcul mathématique, nous pouvons facilement comprendre que, dans la pratique, pour élever le niveau de vie du territoire que nous contrôlons en Ukraine au niveau de celui de la Russie, le PIB de l’Ukraine devrait être au moins 2,5 fois supérieur à ce qu’il est actuellement. Si l’on considère qu’en Ukraine il y a 35 millions de personnes, donc trois fois moins qu’en RF, on divise le PIB de la Russie par 35 millions de personnes et on reçoit la somme plus de 500 milliards de dollars.

Je le répète, pour correspondre aux normes russes, le PIB de l’Ukraine ne devrait pas être de 200 milliards aujourd’hui (je vous rappelle qu’il s’agit d’une variante artificielle, en fait il est de 150-160 milliards), il devrait être au minimum de 500 milliards. Dans le même temps, il est clair que si l’Ukraine devait être “annexée”, tous les liens économiques avec les partenaires étrangers seraient rompus, les injections provenant de sources occidentales cesseraient, et ainsi de suite. Franchement, dans une telle situation, le PIB des territoires acquis diminuerait plusieurs fois. Probablement bien en dessous de 100 milliards de dollars.

Je pense que cela est basé sur des scénarios optimistes, sans destruction d’infrastructures, etc. Pour l’instant, c’est déjà un fantasme, car une grande partie des infrastructures ukrainiennes ont été détruites.

La prise de contrôle de l’Ukraine ne pouvait donc présenter aucun avantage commercial dès le départ, et encore moins à l’heure actuelle, après une opération SVO pas très réussie, pour ne pas dire plus.

Oui, maintenant nous voyons de plus en plus de trahison flagrante des intérêts nationaux de la part de la grande bourgeoisie russe. Certains diront que c’est la preuve que le Kremlin a lancé le SVO uniquement pour s’emparer d’un autre pays et en tirer profit, etc. Mais personnellement, je pense différemment. Oui, je reconnais le fait que pour le Kremlin, la motivation dans ce conflit est probablement principalement liée à des intérêts commerciaux. Mais ce ne sont pas des intérêts commerciaux envahissants, c’est la protection de ses intérêts commerciaux, dont la source est en Russie. Et quelle était la menace pour eux ? Et la menace pour eux était sans aucun doute le régime nazi en Ukraine, sous le contrôle direct des impérialistes occidentaux, surtout des États-Unis.

Certains diront peut-être : “Qu’avons-nous à faire de ces intérêts de la bourgeoisie russe à protéger ses positions commerciales ? Ma réponse à cette question est la suivante : bien sûr, nous pouvons ignorer le fait que la vie de tout citoyen russe dépend, à un degré ou à un autre, de la vente de matières premières d’hydrocarbures à l’étranger, ainsi que de toutes sortes d’activités commerciales menées par les oligarques russes. C’est mauvais en soi, mais c’est un fait. Bien sûr, cela ne signifie pas que nous devons nous battre pour les intérêts commerciaux des oligarques russes, mais nous ne devons pas non plus nous réjouir de la destruction des vestiges de l’industrie russe. Surtout lorsqu’il s’agit de concurrencer le super-impérialisme occidental dirigé par les États-Unis, qui n’est certainement pas bon pour les citoyens russes. Et cela, hélas, a été prouvé par la pratique, tant par notre peuple que par les peuples d’autres pays. La destruction de l’industrie, de la science, de la culture, etc. – Ce n’est qu’une petite fraction de ce que l’impérialisme occidental apporte à tous les pays coloniaux et semi-coloniaux.

Washington, bien sûr, a agi aussi effrontément que faire se peut dans une telle situation – il a préparé l’Ukraine à la guerre, et il a préparé également l’élite bourgeoise et compradore en Russie. Washington dispose de nombreux mécanismes pour cela.

Et il est insensé de nier que des millions de citoyens ukrainiens ont été opprimés par le régime nazi parce qu’ils sont russes ou russophones !

Il s’avère donc qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser les écrits des classiques pour prouver que le conflit en Ukraine n’est pas de nature impérialiste de la part de la Russie. Pour la Russie, le conflit en Ukraine est essentiellement anticolonial, émancipateur, unificateur dans le sens du rassemblement des terres et profondément anti-impérialiste. En ce sens, les actions de la Russie sont absolument progressistes d’un point de vue marxiste.

Mais certains gauchistes tentent encore de faire l’analogie de ce conflit avec la Première Guerre mondiale. Mais, après tout, recourons aussi à l’aide de Lénine.

Extrait de l’ouvrage de Lénine, Les Südekum russes.

« Engels écrit à Marx en 1870 que W. Liebknecht fait à tort de l’anti-bismarckisme son seul principe directeur….

L’unification de l’Allemagne était nécessaire et Marx, tant avant qu’après 1848, l’a toujours reconnu. Engels, dès 1859, appelle explicitement le peuple allemand à la guerre pour l’unification. Lorsque l’unification a échoué de manière révolutionnaire, Bismarck l’a fait de manière contre-révolutionnaire, à la manière d’un junker. L’anti-bismarckisme, en tant que principe unique, est devenu un non-sens, car l’achèvement de l’unification nécessaire est devenu un fait. Et en Russie ? ».

(Il y a ici une analogie directe avec la situation actuelle concernant le conflit en Ukraine. La protection de la population russe et russophone vivant dans les territoires ancestraux de la Russie, qui constituent la majeure partie de l’Ukraine, est une question urgente pour l’ensemble de la société russe. Il ne s’agit pas d’un phénomène honteux, défini par certains gauchistes comme un prétendu chauvinisme social. C’est un phénomène progressiste, marxiste. Surtout dans le contexte de l’absence d’une situation révolutionnaire dans les pays de l’impérialisme occidental et en Ukraine).

En fait, Lénine, dans une lettre à Armand datée du 19 janvier 1917, écrit explicitement que nous refusons de défendre la Patrie pour quelques raisons seulement qui se sont présentées en 1914-1917.

« Dans la guerre impérialiste de 1914-1917, entre les 2 coalitions impérialistes, nous devons être contre la ” défense de la Patrie “, car (1) l’impérialisme est la veille du socialisme ; (2) la guerre impérialiste est une guerre de voleurs pour le butin ; (3) les 2 coalitions ont un prolétariat avancé ; (4) une révolution socialiste est mûre dans les 2. C’est la seule raison pour laquelle nous sommes contre la ” défense de la patrie “, c’est la seule raison ! ».

Voici une autre citation de Lénine dans Les Südekum russes :

A propos de la mise sous silence des préparatifs de guerre de la part des pays occidentaux !

« La bourgeoisie allemande est sophistiquement accusée de troubler la paix et les longs et persistants préparatifs de guerre contre elle par la bourgeoisie de la “triple concorde” sont passés sous silence. »

Et voici le point de vue plus détaillé d’Illich sur la question actuelle de savoir s’il importe de savoir qui a attaqué le premier – “Résumé du prolétariat et de la guerre, 1 (14) octobre 1914” :

« Cette guerre impérialiste, nous l’avons tous attendue, nous nous y sommes préparés. Et si c’est le cas, peu importe qui a attaqué ; tout le monde se préparait à la guerre, et attaquait celui qui, à ce moment-là, le jugeait plus avantageux ».

Ainsi, dans ces deux exemples, j’ai montré que même dans les guerres impérialistes, il n’y a absolument aucune différence pour un marxiste, qui a fait le premier pas dans la guerre. Parce que vous devez examiner la situation dans son ensemble.

En outre, dans le cas des guerres de libération nationale, Lénine justifie pleinement la nature même offensive de ces guerres. Une citation du même résumé :

« Bien sûr, même maintenant, il y a encore dans le tableau vivant de la réalité des taches de l’ancienne peinture. Ainsi, de tous les pays en guerre, seuls les Serbes se battent encore pour leur existence nationale. En Inde et en Chine aussi, les prolétaires conscients ne pouvaient pas suivre une autre voie que la voie nationale, car leurs pays ne se sont pas encore constitués en États-nations. Si la Chine devait mener une guerre offensive dans ce but, nous ne pourrions que sympathiser avec elle, car objectivement ce serait une guerre progressive. De même, Marx aurait pu prêcher une guerre offensive contre la Russie en 1848.

Permettez-moi de vous rappeler que l’Ukraine est, dans une large mesure, une partie historique de l’espace panrusse. Et le fait que les territoires où vit la population russe et russophone nous ont été arrachés autrefois, pas même par des moyens militaires, mais par la ruse, n’est pas un argument pour dire que notre peuple n’a pas le droit à la réunification. Et la voie de la réunification pour les marxistes peut être comprise et acceptée dans un sens moral par n’importe qui, même les militaires, si les circonstances sont telles ».

Ainsi, dans mon article, j’ai prouvé par a + b que le conflit en Ukraine n’est pas impérialiste en termes de marxisme scientifique pour la Russie. En outre, il a un caractère nettement libérateur. Quelle que soit l’attitude de la classe bourgeoise russe dominante face à ce conflit. De plus, c’est la bourgeoisie au pouvoir, ou plus précisément la majorité d’entre elle, qui semble intéressée à voir perdre la Russie, et probablement, selon son souhait, à continuer à exister dans une position de vassal par rapport à l’impérialisme occidental.

En fait, il y a plusieurs conflits au sein de ce conflit global, la confrontation entre la semi-colonie, qui est la Russie elle-même dans ses relations avec l’impérialisme occidental, la confrontation entre notre semi-colonie et la colonie de l’Occident qu’est l’Ukraine, la confrontation entre les citoyens à l’intérieur de l’Ukraine et le régime compradore nazi et la confrontation entre les patriotes russes, y compris les communistes, et les forces pro-occidentales bourgeoises compradores russes.

Et tout en menant une bataille d’information contre le nazisme ukrainien et l’impérialisme occidental, nous ne devons évidemment pas oublier la confrontation entre la société patriotique de gauche russe et la bourgeoisie réactionnaire pro-occidentale de Russie.

D’ailleurs, Lénine, dans une lettre à Armand du 19 janvier 2017, expose un certain nombre de conditions dans lesquelles nous pouvons nous opposer à la défense de notre patrie. L’un des points les plus importants est qu’il doit y avoir une situation révolutionnaire dans les pays en guerre et un puissant mouvement du prolétariat révolutionnaire capable d’initier une action révolutionnaire dans tous les pays en guerre, et pas seulement dans un pays. Après tout, dans le cas contraire, nous nous rangeons du côté de l’ennemi, en l’occurrence les prédateurs impérialistes de l’Occident.

Cela signifie-t-il que nous ne faisons qu’apporter de l’eau au moulin pour la défense de la politique actuelle du Kremlin ? Non, bien sûr : nous défendons les idéaux lumineux de la justice, la défense des couches opprimées et défavorisées de la société ukrainienne, contre l’impérialisme voyou des États-Unis et de l’Occident en général, la défense de la patrie dans ce cas n’est pas étrangère au marxisme.

Cela dit, nous ne devons pas oublier qu’il y aura bientôt des millions de jeunes vétérans en Russie qui seront de toute façon impliqués dans la lutte politique. Et ils peuvent devenir la force qui peut aider à réformer de manière significative le capitalisme russe. Et notre tâche est de faire de notre mieux pour que cela se fasse sous la direction de la gauche.

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x