Aller à…
RSS Feed

Le parlement irakien élit Abdul Latif Rashid président de la République


Publié par Gilles Munier sur 14 Octobre 2022, 11:30am

Catégories : #Irak

Les élections rompent une impasse politique de plusieurs mois et sont intervenues quelques heures après que des roquettes ont frappé des zones proches de la zone verte de Bagdad.

Revue de presse : Al Jazeera (13/10/22)*

Les législateurs irakiens ont élu le politicien kurde Abdul Latif Rashid comme nouveau président du pays, ouvrant la voie à la formation d’un nouveau gouvernement et mettant fin à une année d’impasse.

Rashid a remplacé son compatriote kurde Barham Saleh à la tête de l’Etat après le vote à deux tours au parlement jeudi, remportant plus de 160 voix contre 99 pour Saleh, a déclaré un responsable de l’assemblée. Saleh aurait quitté le bâtiment du Parlement pendant le décompte des votes.

Le politicien chiite Mohammed Shia al-Sudani a été rapidement nommé Premier ministre désigné, assumant la tâche de réconcilier les factions chiites rivales et de former un gouvernement après un an d’impasse. Al-Sudani remplace le Premier ministre par intérim Mustafa al-Kadhemi.

Dans le système irakien de partage du pouvoir, la présidence est réservée aux groupes kurdes à nommer tandis que le poste de Premier ministre relève des blocs chiites. Le président du parlement est un sunnite.

Reportant de Bagdad, Mahmoud Abdelwahed d’Al Jazeera a déclaré que l’élection de Rashid signale que « ce chapitre de la rivalité a été conclu au parlement irakien », tout en notant que la formation d’un gouvernement pourrait encore être une bataille difficile.

« Il reste à voir quelles réactions pourraient se produire dans les rues étant donné que cela n’a pas été facile », a déclaré Abdelwahed. « Ce processus a pris beaucoup de temps et il a inclus des violences entre partisans de partis politiques rivaux. »

Al-Sudani, 52 ans, qui bénéficie du soutien du Cadre de coordination pro-iranien, aura désormais 30 jours pour former un gouvernement, une tâche ardue qui nécessitera de gagner ceux qui sont affiliés à l’influent dirigeant chiite Muqtada al-Sadr .

L’ impasse politique la plus récente a commencé après qu’al-Sadr soit devenu le plus grand vainqueur d’un vote parlementaire d’octobre 2021, mais n’a pas réussi à rallier suffisamment de soutien pour former un gouvernement. Al-Sadr a annoncé en août ce qu’il a appelé son « retrait définitif » de la politique, déclenchant des manifestations qui ont fait au moins 30 morts.

En juillet, lorsqu’ al-Sudani a été proposé pour la première fois pour ce rôle, des manifestants soutenus par al-Sadr ont également pris d’assaut le parlement. L’impasse a vu les deux parties installer des camps de protestation dans la zone verte fortement fortifiée, qui abrite de nombreux bâtiments gouvernementaux.

L’Irak avait déjà fait trois tentatives infructueuses cette année pour élire un nouveau chef d’Etat.

La présidence a également été âprement disputée entre les deux principaux partis de la région kurde d’Irak – le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) qui a nommé Rashid, et son rival traditionnel, l’Union patriotique du Kurdistan (UPK).

L’élection de Rashid soulève des inquiétudes quant à l’escalade des tensions entre le PDK et l’UPK, qui ont mené une guerre civile dans les années 1990.

Attaques à la roquette avant le vote

Avant la session tant attendue, au moins neuf roquettes ont visé le bâtiment du parlement à l’intérieur de la zone verte, blessant au moins cinq personnes.

L’attaque a été rapidement condamnée par les ambassadeurs des États-Unis et du Royaume-Uni dans le pays, l’envoyé britannique Mark Bryson-Richardson tweetant que « la violence ne fait pas partie du processus politique et que les institutions de l’État doivent être autorisées à fonctionner ».

Ce n’était pas la première fois que des attaques à la roquette visaient le bâtiment du Parlement alors que les législateurs se préparaient à assister à une session.

Le 28 septembre, trois roquettes ont visé la zone verte alors qu’une session était convoquée pour renouveler la confiance au président du parlement, Mohammed al-Halbousi.

Rashid et al-Sudani ont tous deux une longue histoire dans la politique irakienne.

Rashid a été ministre des ressources en eau de 2003 à 2010 et a depuis été conseillé présidentiel. Il est originaire de Sulaimaniyah, une grande ville de la région kurde semi-autonome du nord de l’Irak, et parle le kurde, l’arabe et l’anglais.

Al-Sudani a pris de l’importance au sein de la direction politique chiite après l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003.

En 2010, il lance sa carrière politique à Bagdad, monte au sein du gouvernement du premier ministre Nouri al-Maliki et devient ministre des droits de l’homme, puis des affaires sociales, puis de l’industrie.

Rashid et al-Sudani sont tous deux considérés comme proches d’al-Maliki, un ennemi de longue date d’al-Sadr.

*Source : Al Jazeera

0 0 votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x