Aller à…
RSS Feed

LE PROCES DE CARLOS EN APPEL AUX ASSISES À PARIS


EPE, 25 mai 2013

Pour nous qui connaissons le commandant Ilich Ramirez Sanchez « Carlos », parce que nous sommes plusieurs à lui rendre visite régulièrement à la Maison Centrale de Poissy, son nouveau procès a une grande résonance politique: pas plus que pour George Ibrahim Abdallah,combattant et dirigeant du FPLP,il n’y a de chances qu’un juge puisse décider de sa libération, même s’il a déjà purgé 20 ans de prison en France; aucune chance non plus que la condamnation à perpétuité soit revue à la baisse.

Mais c’est une belle occasion pour l’accusé de raconter et d’expliquer ce qu’est SA révolution, celle qu’il a menée jusqu’à son enlèvement au Soudan sur ordre de Ch Pasqua, et qui sont les révolutionnaires à qui il rend hommage, avec une loyauté exemplaire. S’il rejette la responsabilité pour les attentats qui lui sont reprochés, il n’en désigne jamais d’autres responsables

Le commandant « Carlos » ferait un excellent conseiller pour un gouvernement révolutionnaire, en France, au Venezuela, ou ailleurs. Il a l’envergure d’un diplomate, la carrure d’un chef militaire, la culture historique du monde chrétien et du monde musulman, le patriotisme et l’internationalisme prolétarien. Il garde toute son énergie et le don pour la conversation.

Ce procès est celui de ses juges et des journalistes qui (comme celui du Nouvel Observateur qui refuse prudemment de donner son nom) refusent de reconnaître la dimension politique libératrice du combat de « Carlos »: organes frileux de la dépendance et de la servilité envers ceux qui prétendent faire régner sur la planète entière sionisme et capitalisme, indissocialbes et impitoyables.

Une cour honnête reconnaîtrait le manque de preuves que souligne l’accusé, le fait que 20 années de prison effective ne sont jamais infligées aux grands délinquants financiers responsables de la mort d’innombrables victimes de leur IMPUNITE qui chutent dans la misère, et tiendraient compte, comme pour tout condamné effectuant sa peine, de l’excellente conduite du prisonnier pendant ces 20 dernières années; après quoi,elle déciderait de le remettre immédiatement à la justice vénézuélienne. Ce serait un geste magnifique pour tous les peuples du monde atterrés par la bassesse et la soumission de l’Etat français aux diktats impériaux, télécommandés que nous sommes par les USA.

***