Aller à…
RSS Feed

L’Emir du Qatar : suite et fin?


 

IRIB- Des reportages, en provenance du Qatar, laissent croire que l’Emir du Qatar, le Cheikh Hamad bin Khalifa Al-e Thani, ……

…envisage, vraiment, de transférer le pouvoir au prince héritier.A en croire un diplomate américain, qui est, récemment, revenu du Qatar, les changements que le Cheikh Hamad bin Khalifa Al-e Thani vient de mettre en place, à l’intérieur des appareils sécuritaires du pays, montre qu’il pense, véritablement, à une transition de pouvoir au Prince héritier qatari. Certains disent que les inquiétudes liées à une éventuelle tentative de coup d’Etat, de la part du Premier ministre Hamad bin Jassem Al-e Thani, ont conduit l’Emir du Qatar à préparer un transfert de pouvoir. L’Emir du Qatar, le Cheikh Hamad, a repris le pouvoir à son père, au travers d’un coup d’Etat en douceur, en 1995. Le père du Cheikh Hamad, aussi, était arrivé au pouvoir, de la même manière, en 1972. Recourir au coup d’Etat, pour atteindre au plus haut niveau de pouvoir, semble, donc, assez courant, au Qatar. Ces antécédents historiques inquiètent le Cheikh Hamad. Or, le Premier ministre Hamad bin Jassem Al-e Thani croit être la personne la mieux placée, pour lui succéder. Mais le prince héritier est une autre personne: le Cheikh Tamim bin Hamad. Une guerre secrète est en cours, en fait, depuis un certain temps, entre l’Emir et le Prince héritier du Qatar, d’une part, et le Premier ministre du pays, de l’autre. L’Emir du Qatar a même changé, entièrement, le personnel en charge de la sécurité du Prince. L’assignation à résidence de trois officiers qataris et l’interdiction de déplacement à l’étranger frappant un certain nombre de militaires, dans l’entourage du Premier ministre qatari, font également partie des mesures prises par l’Emir du pays, en vue de contrôler la personne de Hamad bin Jassem Al-e Thani et de maintenir la monarchie, dans sa propre famille.

L’Emir du Qatar a 10 fils et 13 filles de ses trois femmes. Depuis que la maladie de l’Emir du Qatar a été révélée, au cours d’une rencontre, en septembre dernier, avec l’ex-Président français, Nicolas Sarkozy, la guerre de pouvoir s’est déclenchée, de façon plus explicite, entre les enfants de l’Emir, mais aussi, entre les deux familles Bin Khalifa et Bin Jassem. On dit, également, que la deuxième épouse de l’Emir du Qatar et mère de l’actuel prince héritier, Cheikha Mozah, orchestre, aujourd’hui, la guerre du pouvoir, dans ce pays. L’Emir du Qatar a, déjà, confié une grande partie de ses responsabilités à son fils Tamim, qu’il souhaite voir sur le trône, d’ailleurs, sérieusement, menacé, par un Premier ministre trop enclin à l’occuper. Selon le journal palestinien « Al-Manar », 70% des responsabilités de l’Emir du Qatar ont été transférées au Prince héritier, depuis que les médecins traitants de l’Emir lui ont recommandé de se reposer. Cependant, certain disent que la transition graduelle du pouvoir constitue un geste politique dissuasif, de la part de la famille Bin Khalifa de l’Emir, à l’adresse de la famille Bin Jassem du Premier ministre qatari, avant qu’elle ne se lance dans un véritable coup d’Etat, afin d’accéder au pouvoir.