Aller à…
RSS Feed

Les « Faux Amis de la Syrie » réunis à Istanbul


 

ASSWRA        Site du Mouvement démocratique arabe

« Résister à l’occupation, c’est vivre libre »

 

 

 

Inscription à notre liste de diffusion: « Assawra »

[email protected]

 

 

samedi 20 avril 2013, par La Rédaction

Le groupe des « Amis de la Syrie », Etats-Unis en tête, se réunit samedi après-midi à Istanbul pour marquer à nouveau son soutien à la fragile coalition de « l’opposition » au régime du président Bachar al-Assad, qui multiplie les appels pressants pour obtenir leur aide militaire directe.

Alors que le conflit est entré dans sa troisième année et a déjà fait plus de 70.000 morts, les pays occidentaux hésitent toujours à livrer des armes aux « rebelles », inquiets de les voir tomber entre les mains de ses groupes les plus radicaux, comme le front al-Nosra qui vient de faire allégeance à Al-Qaïda.

A en croire les experts, le groupe des onze principaux pays occidentaux et arabes qui soutiennent l’opposition syrienne ne devrait pas franchir ce pas lors de sa rencontre dans la mégapole turque.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui a fait le déplacement sur les rives du Bosphore, a promis de tout faire pour rapprocher les points de vues sur la question, mais reste d’une extrême prudence.

« Nous essayons d’avancer avec précaution pour nous assurer de ne pas créer encore plus de désordre », a confié mercredi le chef de la diplomatie américaine devant le Congrès.

« Les extrémistes qui trouvent des financements et sont engagés dans la bataille constituent à l’évidence un danger et nous voulons essayer de les écarter, si c’est possible », a ajouté M. Kerry.

Nourris de leur expérience en Afghanistan, les Etats-Unis n’ont jusque-là renforcé leur soutien à « l’opposition » syrienne par petites touches. Lors de la dernière réunion des Amis de la Syrie en février à Rome, ils ont annoncé pour la première fois une aide directe de 60 millions de dollars mais en ont exclu tout équipement « létal ».

Selon la presse américaine, M. Kerry pourrait profiter de la réunion d’Istanbul pour franchir une nouvelle étape et annoncer la livraison de matériel militaire défensif comme des gilets pare-balles, des véhicules ou des lunettes de visée nocturne. Mais toujours pas d’armes.

Plus en pointe, la France et la Grande-Bretagne ont un temps plaidé pour la levée de l’embargo décrété par l’Union européenne (UE) sur les fournitures d’armes, la seule mesure capable selon elles de faire pencher la balance militaire en faveur des terroristes.

Mais Paris a reculé, estimant que les conditions sur le terrain n’étaient « pas réunies » pour la fourniture d’armes. « Il y a toute une série d’argumentations pour ou contre », a résumé le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, « on ne peut pas dire aujourd’hui que ce sera tout oui, ou tout non ».

Certains font aussi remarquer que l’équipement en armes des fractions les plus modérées de « l’opposition » pourrait permettre de renforcer leur position par rapport à ses groupes les plus radicaux.

A défaut de trancher ce débat, les Amis de la Syrie vont tenter samedi d’asseoir l’autorité du nouveau « Premier ministre intérimaire » Ghassan Hitto, « élu » le mois dernier (par l’OTAN,ndlr)mais aussitôt contesté, notamment par le chef démissionnaire de la « Coalition nationale de l’opposition » Ahmad Moaz al-Khatib. Tous les deux sont annoncés samedi à Istanbul.

Pour Salman Shaikh, directeur du Brookings Doha Center, le rendez-vous turc intervient à un « moment crucial ». « La vérité, c’est que (le gouvernement intérimaire) ne représente rien sur le terrain et qu’il n’aura aucune crédibilité « , explique-t-il, « et il est  loin du compte ».

Mercredi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a répété tout le mal que son pays, principal soutien de Bachar al-Assad, pensait du groupe des Amis de la Syrie, dont il ne fait pas partie. « Ce processus contribue de façon négative à une issue de la crise », a-t-il jugé.

Les hôtes turcs de la réunion de samedi, soumis au flot continu des réfugiés syriens sur leur sol, veulent, eux, croire qu’elle permettra d’accoucher de décisions susceptibles d’accélérer la chute du régime de Damas.

« Le nombre de Scuds tirés de Damas sur Alep au cours des trois derniers mois est de 205 », a relevé jeudi soir le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu jeudi soir. « Samedi, nous demanderons pourquoi la communauté internationale reste silencieuse », a-t-il ajouté.

(20-04-2013 – Avec les agences de presse

Pourquoi chercher midi à quatorze heures afin de sauver la Syrie?

Il suffit de vouloir dialoguer avec Bachar El Assad et son gouvernement comme le souhaite une certaine opposition, celle qui n’est pas affiliée au Qatar et à l’impérialisme occidental .
Cette opposition indépendante et constructive  veut contribuer au dialogue en lançant des comités de dialogue en Syrie. Sachons l’écouter !!!
Ginette