Aller à…
RSS Feed

NON AUX GUERRES IMPÉRIALISTES !


Message du 24/09/12

Communiqué du Collectif communiste Polex – Lettre ouverte aux autorités françaises

NON AUX GUERRES IMPÉRIALISTES !

Le 15 septembre 2012 à la Fête de l’Humanité, des militants venus de diverses régions de France, rassemblés sous le sigle « Pour les assises du communisme » organisaient un débat sur le thème « Les nouvelles guerres coloniales de l’impérialisme occidental et de la France en Afrique et au Moyen-Orient ».

Divers intervenants (PC du Bénin, PADS Algérie, une militante de Chypre, un ethnologue spécialiste du Sahara), se sont succédés en dénonçant les dangers de guerre liés dans ces régions du monde aux ingérences occidentales. A l’initiative du Collectif communiste Polex, les participants au débat ont approuvé le texte ci-dessous d’une lettre ouverte aux autorités françaises (texte joint en document Word).

Devant l’imminence des dangers de guerre, nous proposons à chaque citoyen épris de paix et du droit des peuples à choisir eux-mêmes leur destin, de l’envoyer signée à :

Monsieur le Président de la République,

Palais de l’Elysée,
58 rue du Faubourg Saint Honoré
75008 PARIS

(ou http://www.elysee.fr/ecrire/)

et à :
Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères,
37 Quai d’Orsay,
75351 PARIS 07 SP

NB : Les lettres adressées au Président de la République ne s’affranchissent pas.

__________

Monsieur le Président, Monsieur le Ministre,

En tant que citoyens soucieux soucieux du prestige de la France dans le monde, attendons de vos choix qu’ils répondent à la volonté de paix de ceux qui vous ont mandatés, au lieu de chausser les bottes du va-t-en-guerre impérialiste Sarkozy.

Non, messieurs Hollande et Fabius, ce n’est pas à l’OTAN, aux dirigeants occidentaux et aux Émirs du Golfe de choisir les dirigeants de la Syrie, mais aux seuls Syriens, sans ingérence extérieure.

Non, messieurs Hollande et Fabius, l’atroce guerre qui ravage la Syrie n’est pas uniquement une lutte armée entre le pouvoir d’El-Assad et ses opposants, mais une ingérence inacceptable de puissances extérieures, les USA, la Turquie, Israël, le Qatar, l’Arabie Saoudite et, malheureusement, la France, qui fournissent aux insurgés de l’argent, des armes, des mercenaires et une aide logistique et technologique, souvent camouflée en acte humanitaire, y compris quand ils relèvent du terrorisme islamiste.
Oui, messieurs Hollande et Fabius, il est temps de revenir à la raison, et à l’héritage de Jaurès, dont vous vous réclamez, et au droit de chaque nation de disposer d’elle-même, sans ingérence de puissances étrangères, comme le prescrit la Charte de l’ONU de 1948. Imposer en Syrie, comme vous l’avez proposé, une zone d’interdiction aérienne, serait un acte de guerre et d’agression contre un pays indépendant, aux conséquences imprévisibles.

Non, messieurs Hollande et Fabius, le matraquage télévisuel qui impose au public français une version des faits exclusivement favorable aux insurgés et des accusations rarement étayées contre le gouvernement syrien, ne justifie en rien cet alignement sur l’impérialisme étasunien et l’aventurisme à la Sarkozy.

Nous attendons de vous le changement que vous aviez annoncé, une rupture claire avec la diplomatie guerrière du Président précédent, qui a utilisé l’armée française pour imposer à la Libye et à la Côte d’Ivoire des gouvernements soumis à l’Occident, qui a aidé les séparatistes touaregs à amputer le Mali de sa partie nord, avec l’aide des intégristes soutenus par les Émirs du Golfe.
Nous exigeons de la France que le suffrage universel vous a confiée, qu’elle affirme haut et fort sa volonté de paix, son refus de participer directement ou indirectement à toute ingérence impérialiste, aux aventures militaires projetés à Washington, Tel Aviv, Dubaï ou Abidjan au Sahara malien, en Syrie, Iran, etc. Nous attendons de votre part une condamnation ferme de l’annonce faite par les autorités israéliennes de bombarder l’Iran cet automne, au risque de déclencher ainsi un conflit mondial.

Veuillez croire, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, à nos sentiments républicains.

Nom :

Adresse :

Signature :