Aller à…
RSS Feed

« ONG » et impérialisme US par le petit blanquiste


 

NDI.JPG

Le National Democratic Institute  (NDI) est une de ces organisations qui se proclament « non gouvernementales » bien qu’elles soient financées directement par le gouvernement des États-Unis et par d’autres institutions liées à la CIA.

Sous couvert de « développer la démocratie et le respect des droits de l’homme à travers le monde », le NDI se livre à des entreprises de subversion dans les pays ciblés par les Etats-Unis en finançant des partis d’opposition et en prêtant une assistance particulière aux opposants qualifiés de « dissidents ».

Madeleine Albright.JPGLié au Parti démocrate, le NDI est présidé par l’ancienne Secrétaire d’Etat de Clinton, Madeleine K. Albright. [1]

L’année dernière, seize représentants du NDI et de deux autres ONG connues également pour leurs liens avec la CIA  – la Freedom House (FH) et l’International Republican Institute (IRI) – ont été arrêtés en Egypte et menacés d’être traduits en justice pour ingérence dans les affaires intérieures de ce pays.

Dotées d’un financement estimé à 65 millions de dollars, ces organisations se livraient à diverses activités destinées à influencer le cours de la vie politique égyptienne selon les objectifs voulus par les Etats-Unis.

Les seize accusés ont finalement été relâchés après qu’Hillary Clinton ait menacé de diminuer l’assistance militaire (évaluée à 1,3 milliard de dollars) que les Etats-Unis fournissent à l’Egypte.

Le NDI et d’autres officines gouvernementales des Etats-Unis ont joué un rôle décisif dans le renversement des gouvernements de Géorgie en 2003, d’Ukraine en 2004 et du Kirghizistan en 2005.

Evènements que les médias occidentaux ont qualifiés de « révolutions » en leur affublant des noms de couleurs ou de fleurs : orange, rose, tulipe…

De son côté, la Russie a dénoncé la prolifération d’associations étrangères sur son territoire dont certaines auraient participé à un plan secret de déstabilisation du pays.

Michael McFaul.JPGMichael McFaul, représentant du NDI en Russie en 1992, avait déclaré : « Nous n’allons pas dicter à la Russie le chemin de la démocratie. Nous allons seulement appuyer ce que nous aimons appeler les valeurs universelles ».

En janvier dernier, Michael McFaul est devenu ambassadeur des Etats-Unis en Russie.

Le National Endowment for Democracy (NDE),financé par le Congrès des Etats-Unis, est un des contributeurs du NDI.

Allen Weinstein.JPGUn des fondateurs du NED, Allen Weinstein, expliquait en 1991, que bien des choses que son organisation faisait maintenant « étaient faites clandestinement par la CIA vingt-cinq ans auparavant ».

Certains voient dans l’action de ces organisations une forme de privatisation de la politique étrangère des Etats-Unis qui permet au gouvernement de se dégager officiellement de toute responsabilité.

William Blum, ancien fonctionnaire du département d’Etat, lui attribue un autre avantage stratégique : les organisations « non gouvernementales font partie de l’image et du mythe, (…)elles contribuent à conserver à l’étranger un niveau de crédibilité qu’une agence officielle ne pourrait atteindre ».

 

[1] A noter que le NDI est affilié à l’Internationale socialiste et se flatte d’avoir pour partenaire le Parti socialiste européen  dont est membre le Parti socialiste français.

JPD 
Jean-Pierre Dubois